Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cours Saint Expédit
  • Cours Saint Expédit
  • : Devoirs de vacances : des cahiers de vacances en maths, français, anglais. Par correspondance. Révision, aide aux devoirs, remise à niveau, soutien scolaire pendant l’année, école à la maison, instruction dans la famille. Pédagogie traditionnelle. Primaire, collège, lycée. Correction personnalisée des cours de vacances. Professeur agrégé.
  • Contact

Recherche

Liens

27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 20:06

 

Deux programmes sont possibles :

 

 

Soit "Préparer la 3e/2de brevet"

ou bien, si vous avez largement le niveau brevet ou que vous avez déjà suivi ce cours, vous pouvez commander :

"Préparer la3e/2de littérature"

 

Programme

du cours d’anglais Préparer la 3ème/2de littérature

 

 

Temps de travail : Il y a quatre chapitres d’apprentissage et un cinquième chapitre de révision de vocabulaire (800 mots). Il y a deux méthodes pour travailler ce cours selon si l’on apprend par cœur les textes ou non. Votre enfant doit compter une dizaine d’heures de travail par chapitre s’il choisit la méthode d’apprentissage approfondie. Le 5ème chapitre sera étudié en 3 heures si les 4 premiers chapitres ont été bien appris. Un chapitre est divisé en 5 journées. Le 5ème jour d’un chapitre est celui du devoir qui réinvestit les notions étudiées les 4 jours précédents. Le découpage en journées n’est qu’indicatif. Vous organisez votre travail comme vous le voulez. Pour ce niveau, il n’y aura pas de choix entre 5 ou 7 chapitres car si votre enfant assimile le programme de ces 5 chapitres parfaitement avec la méthode d’excellence décrite plus bas, il sera devenu très bon en anglais et peut-être même le premier de la classe dans cette matière.

 

 
  

 

CHAPITRE 1

 

 

VERSION-VOCABULAIRE : Chaque semaine, une nouvelle histoire est abordée en anglais, par extraits. Le vocabulaire propre à cette histoire est étudié sous forme de liste. Tous les textes sont présentés intégralement traduits, ligne par ligne. On peut les écouter sur un CD joint au cours. Ils sont lus par un anglais du Royaume-Uni. Ces textes sont à apprendre soit par cœur (méthode d’excellence), soit par extraits (méthode minimale). Si l’enfant choisit la méthode d’excellence, nous lui donnons une technique efficace que nous lui expliquons pas à pas. Ce système d’apprentissage est le secret pour devenir très vite excellent en anglais, quel que soit le niveau de départ. Cette semaine, nous étudions 5 extraits de A little princess, de Frances Burnett. Il y a en tout dans le cours, tous chapitres confondus, 17 textes de 250 mots chacun en moyenne.

 

CONJUGAISON : Le présent simple et le présent progressif (ou continu) aux formes affirmative, négative, interrogative. Règles d’emploi. Exercices.

 

GRAMMAIRE : Le pluriel des noms. Les pronoms personnels sujets et compléments. Place de l’adjectif : règle de base. Exercices.

 

THEME : Chaque journée comporte 5 à 8 phrases de thème choisies dans le texte appris auparavant. La méthode minimale consiste à apprendre uniquement les phrases de thème demandées chaque jour. Si l’on a choisi la méthode d’excellence, on sait déjà le texte par cœur et ces phrases se font très rapidement en 5 minutes. A chaque devoir, on demandera 10 phrases de thème environ qui seront choisies parmi les phrases de thème vues dans la semaine. Il faut donc, pour bien se préparer au devoir, se réciter de nouveau les textes vus dans la semaine en entier ou par extraits suivant la méthode choisie en cachant la partie anglaise avec un papier et en s’aidant avec la traduction française. Le thème appris par cœur avec la compréhension des règles est une des meilleures méthodes pour réussir et progresser très vite en anglais. Cela effraye un peu de prime abord, mais on s’y habitue vite et on est étonné de voir très rapidement la vitesse d’apprentissage s’accélérer. Ces phrases sues par cœur seront réinvestissables dans des essays et par oral. Votre enfant, à la fin de ce cours aura acquis une aisance d’expression qui vous surprendra, à condition d’avoir appris sérieusement les textes. Il est capital de veiller à cela et de l’aider à bien appliquer la méthode d’apprentissage au début. Il vaut mieux être assis à côté de lui pour les deux premiers chapitres car s’il n’applique pas la méthode décrite à la page suivante, il se découragera et ralentira sa vitesse d’apprentissage.

Chaque devoir de chaque semaine à renvoyer à la correction comportera donc, outre ces dix phrases de révision de thème, d’autres questions de grammaire et/ou de conjugaison. Tout sera vu auparavant dans le cours. Si le cours est appris, l’enfant peut donc avoir une très bonne note, même s’il est en grande difficulté.

 

 

CHAPITRE 2

 

VERSION-VOCABULAIRE : Tales of Narnia, The lion, the witch and the wardrobe de C.S Lewis. (Narnia tome II). Même esprit qu’au chapitre 1 : 4 extraits passionnants sont à apprendre entièrement ou par extraits.

 

CONJUGAISON : Le prétérit (ou simple past) : forme interrogative, affirmative et négative. Liste des verbes irréguliers.

 

GRAMMAIRE : Les comparatifs, d’égalité, d’infériorité et de supériorité, les superlatifs relatif et absolu, réguliers et irréguliers. Le cas possessif, les adjectifs et pronoms possessifs. Les pronoms réfléchis.

 
  

 

CHAPITRE 3

VERSION-VOCABULAIRE : The dawn treader ou L’Odyssée du Passeur d’Aurore, C.S. Lewis. (Narnia tome V) : 4 extraits.

 

CONJUGAISON : Le présent perfect, morphologie et règles d’emploi.

 

GRAMMAIRE : les questions-tags. Les propositions subordonnées relatives. L’exclamation. Some-any-no.

 
  

 

CHAPITRE 4

 

VERSION-VOCABULAIRE : The railway children, d’Edith Nesbit : 4 extraits.

CONJUGAISON : Le futur avec will : forme interrogative, affirmative et négative. To be going to. L’impératif et les auxiliaires de mode avec leur équivalent (can, may, to be allowed to, must, to have to etc.) : forme interrogative, affirmative et négative.

GRAMMAIRE : L’article the. Quand faut-il le mettre ?

 

 
  

CHAPITRE 5

 

VOCABULAIRE : Révision des 800 mots vus dans ce cours.

Le devoir à renvoyer à la correction est une interrogation facile de 20 mots de vocabulaire, contrairement aux autres devoirs qui donnent une large place au thème.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cours saint Expedit - dans 4.1 Vers la 2de : anglais
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 20:17

DEVOIRS DE VACANCES : PROGRAMME de FRANÇAIS 

RÉVISER LA 2de ET PRÉPARER LA 1re : toutes séries

(anciennement nommé "vers la 1re")


Révision de la seconde et anticipation de la 1re

en vue du bac de français 

 

 

 

Voici le programme détaillé du cours vers la première. Ce cours comprend sept chapitres. Vous avez le choix entre deux formules : soit vous demandez les cinq premiers chapitres, soit vous prenez les sept chapitres. À vous de juger du temps dont dispose votre enfant et de sa capacité de travail. Certains élèves utilisent les chapitres 6 et 7 à titre de documentation mobilisable pour les exercices de 1re et pour le baccalauréat.

 

Chaque chapitre comprend :

 

1. UN COURS préparant directement aux exercices du bac. Il donne les connaissances essentielles et nécessaires pour réussir l'écrit et l'oral. La stylistique et les différentes doctrines littéraires sont en bonne place. Pour chaque type d'épreuve écrite, une méthode précise est donnée. Ce cours est moins une révision du programme de seconde qu'une préparation immédiate au baccalauréat. Il s'adresse donc aux élèves de tous niveaux car il présente d'une façon ordonnée l'ensemble de la culture littéraire et des connaissances techniques demandées pour réussir cette épreuve.

 

2. DES EXERCICES AUTOCORRECTIFS se rapportant au cours. Les corrigés sont envoyés à l'élève en même temps que le cours. Il peut ainsi évaluer lui-même s'il a assimilé correctement le cours et s'il peut entreprendre le devoir. Les corrigés sont détaillés et  proposent de nombreuses problématiques, plans et références littéraires. Ils complètent le cours. Dans le cours et les corrigés sont données de nombreuses idées de lecture.

 

3. L'ÉNONCÉ DU DEVOIR auquel n'est joint aucun corrigé, à l'inverse des exercices autocorrectifs. L'élève renvoie ce devoir au Cours Saint Expédit qui le lui retourne corrigé dans les meilleurs délais. En plus de sa correction personnalisée, l'élève trouvera joint à son devoir un corrigé type qui lui sert de modèle.

 

L'élève reçoit tous les documents complets dès l'inscription. Il envoie les devoirs à son rythme, comme il l'entend. Il n'est tenu à aucune obligation. Même si, pour diverses raisons, l'élève n'a pas envoyé de devoirs à corriger, il lui reste un cours qui lui sera utile durant l'année scolaire et des exercices corrigés. Il peut, s'il le désire, renvoyer ses devoirs au-delà des dates de vacances, durant toute l'année scolaire.

 

Pour sept chapitres, le travail de l'élève correspond à une moyenne de deux heures par jour de travail sur un mois (temps de rédaction des devoirs compris). L'avantage majeur de ce cours est de stimuler et de guider l'élève par une correction personnalisée. Pour progresser en expression écrite, un entraînement et une correction sont indispensables.

 

VERS LA PREMIÈRE

 

 

CHAPITRE 1 - le commentaire de texte

 

COURS : méthode pour construire l'introduction, le plan, la conclusion. Boîte à outils d'analyse stylistique pour éviter la paraphrase . Exemple de commentaire entièrement rédigé avec des explications méthodologiques.

 

EXERCICES : répondre à des questions sur un texte, trouver des plans détaillés, rédiger deux commentaires de texte (Textes de Du Bellay, Mérimée, Bossuet, Verlaine).

 

DEVOIR : rédaction d'un commentaire d'un sermon de Bossuet.

 

 

CHAPITRE 2 - Les questions de lecture

 

COURS : définitions détaillées de versification et de nombreuses figures de style. Explications sur la valeur des modes et des temps.

 

EXERCICES : nombreuses questions de versification et de stylistique à partir de grands textes littéraires. (Textes de Rimbaud, Baudelaire, Hugo)

 

DEVOIR :  rédaction d'un commentaire d'un texte extrait des Châtiments de Victor Hugo.

 

 

CHAPITRE 3 - Le sujet de dissertation au bac

 

COURS : comment analyser un sujet, construire un plan, rédiger l'introduction en trois étapes, le développement, la conclusion en deux étapes. Exemple de dissertation entièrement rédigée.

 

EXERCICES : étudier la thèse et l'argumentation d'un sujet. Formuler clairement une problématique. Rédiger une introduction, une transition, une conclusion. Faire des plans de dissertations liées à des problématiques littéraires.

 

DEVOIR : rédaction d'une dissertation : " Chez Molière, la comédie est-elle, selon vous, un miroir grossissant ou une peinture fidèle de la réalité ? "


 

CHAPITRE 4 - Registres, genres et histoire littéraire

 

COURS : 1. Définition des registres suivants : comique, tragique, pathétique lyrique, épique, fantastique, réaliste, polémique didactique.
                 2. Les genres et l'histoire littéraire : définition et généralités sur la façon d'identifier un genre. Résumé d'histoire littéraire des XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Étude de l'Humanisme et de La Pléiade, du classicisme, des Lumières, du romantisme.

 

EXERCICES  : trouver le registre et le genre des textes proposés. Montrer quels éléments stylistiques concourent à créer tel registre. Exercice bilan sur un extrait de Candide de Voltaire.

 

DEVOIR : rédaction d'une dissertation : " La littérature a-t-elle pour fonction de distraire ou de convaincre ? "

 

CHAPITRE 5 - Le sujet d'invention au bac

 

COURS : les deux grands types de sujets d'invention : le sujet d'imagination / le sujet argumentatif, les pièges à éviter. Conseils de rédaction. Une méthode d'étude des textes supports (corpus) est donnée.

 

EXERCICES : étude de textes supports. Relever les éléments d'un texte pouvant servir à écrire une suite. Rédiger la suite d'une anecdote tirée des  Mémoires d'Outre-Tombe de Chateaubriand ou une page de journal à propos du Cid de Corneille. Deux autres sujets de type argumentatif sur le théâtre.

 

DEVOIR : rédaction d'un sujet d'invention : " Vous éditez une anthologie de poèmes. Rédigez sa préface dans laquelle vous justifierez vos choix. "  (corpus, textes de Boileau et Heredia).

 

 

CHAPITRE 6 - La poésie à l'écrit et à l'oral du bac

 

COURS : les caractéristiques des genres poétiques : la poésie lyrique / épique / à visée moralisatrice. Qu'est-ce-qu'un poète ? Les grandes problématiques du genre. Histoire littéraire : conceptions classique / romantique / parnassienne / symboliste / moderne. Évolution des formes.

 

EXERCICES : ils présentent des textes littéraires très connus dans lesquels s'expriment les différentes conceptions de Boileau, Musset, Heredia, Verlaine, Baudelaire, Rimbaud et Apollinaire. Plusieurs sujets de type bac sont proposés.

 

DEVOIR : dissertation sur les différents rôles revendiqués par les poètes.

 

 

CHAPITRE 7 - Le théâtre à l'écrit et à l'oral du bac

 

COURS : l'évolution du théâtre du Moyen Age au XIXe siècle ; la comédie avant Molière, le théâtre de Molière, la tragédie classique, le drame romantique. Les problématiques de la mise en scène. Conseils pour bien commenter le théâtre.

 

EXERCICES : commenter et répondre aux questions sur les extraits proposés (Molière, Boileau, Labiche). Les thèses de Racine dans deux extraits de ses préfaces. Dissertation.

 

DEVOIR : sujet d'invention portant sur un problème de mise en scène.

 

-------------------------------

 

Pour commander ce cours, reportez-vous à la rubrique : Comment s'inscrire ?

 

Si vous vous posez certaines questions, merci de vous reporter aux rubriques  Réponses à vos questions et La méthode saint Expédit.

 

 

 

 

© Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

34660 Cournonsec

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 
Repost 0
Published by Frederique Dollie - dans 4.2 Vers la 1re : français
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 20:21

 

Devoirs de vacances : cahier de maths

Réviser la 2de et préparer les 1re S/ES/L

 

Vous trouverez à la suite les programmes des différentes séries. Descendre sur la page pour les trouver. 

 

PROGRAMME de MATHS RÉVISER LA 2de  ET PRÉPARER LA 1re S
(anciennement nommé "VERS LA 1re S") 

Les notions abordées préparent spécialement au programme de S

 

 

En 7 chapitres choisis parmi les plus importants à connaître pour la classe de première S, les points clés du programme de seconde sont passés en revue à travers l'étude d'exemples détaillés accompagnés de rappels de cours.

 

Chaque chapitre est divisé en quatre parties, auxquelles s'ajoute un devoir final. L'ensemble du cours est conçu de façon à ce que l'élève puisse consacrer à chaque chapitre environ cinq jours de travail, à raison de deux heures par jour en moyenne.

Pour chaque paragraphe du cours, il est proposé un ou plusieurs exercices. Ces exercices sont de niveau de difficulté variable, mais nous avons privilégié les exercices d'entraînement visant à favoriser l'acquisition des réflexes de base et d'une certaine aisance, notamment en calcul. Seuls les devoirs proposés à la fin de chaque chapitre contiennent des exercices de recherche plus étoffés.

   
Il existe deux formules : soit l'on prend 5 chapitres (et donc 5 devoirs) ou, pour une révison plus approfondie, on peut prendre 7 chapitres et donc 7 devoirs.

 

Chapitre 1 : maîtriser les techniques du calcul algébrique

 

Fractions

- Addition de fractions "avec des x"

- Simplifier sans se tromper

- Un piège classique : le signe "-" devant une fraction

 

Racines carrées

- Rappels, calculs élémentaires

- Rendre un dénominateur entier

- Vraies et fausses formules

 

Identités remarquables

- Les classiques

- Les nouvelles

 

Factorisation

- Factorisations simples

- Lorsqu'il faut changer un signe

- Lorsqu'on ne voit pas de facteur commun

 

Chapitre 2 : équations, inéquations, tableaux de signes

 

Équations et inéquations du premier degré

- Mise en garde

- Règles de résolution

- Exemples d'équations

- Exemples d'inéquations

 

Équations "produit nul" et équations "quotient nul"

- règles de résolution

- Exemples d'équations se ramenant à une équation "produit nul"

- Exemples d'équations "quotient nul"

 

Inéquations produits

- Un exemple détaillé

 

Inéquations quotients

- Les doubles barres

 

Chapitre 3 : statistiques

 

Pourcentages

- Le symbole %

- Calculs de pourcentages, augmentation, diminution, etc.

 

Série statistique qualitative, série quantitative discrète

- population, effectif, caractère

- fréquences, fréquences cumulées croissantes et décroissantes

- Paramètres statistiques (valeur minimale, maximale, étendue, mode, moyenne, médiane)

- représentation graphique : histogramme, polygone des effectifs

 

Propriété de la moyenne

- Linéarité de la moyenne

 

Chapitre 4 : fonctions (1) : généralités

 

Qu'est-ce-qu'une fonction ? Ensemble de définition, image, antécédent

- Déterminer une image

- Déterminer un (des) antécédents(s)

- Déterminer un ensemble de définition

 

Tableau de variations, tableau de signes

- Dresser un tableau de variations à partir d'une courbe

- Dresser un tableau de signes à partir d'une courbe

- Savoir exploiter un tableau de variations

- Établir un tableau de variations à partir d'une situation géométrique

 

Résolution graphique d'équations et d'inéquations

- Exemples simples

- Avec plusieurs courbes

- Utilisation de la calculatrice

 

Liens entre l'aspect algébrique et l'aspect graphique

- Images et antécédents

- Inéquations

- Situations issues de la géométrie

- Déterminations d'un maximum ou d'un minimum

 

Chapitre 5 : fonctions (2) : les fonctions de référence

 

La fonction carrée

- Parité

- Variations

- Équations et inéquations

 

La fonction inverse

- Ensemble de définition

- Parités

- Variations

- Équations et inéquations

 

Préparation à la classe de première : trois nouvelles fonctions

- La fonction cube

- La fonction racine carrée

- La fonction valeur absolue

 

Résolution d'équations et d'inéquations à partir des courbes


 

Chapitre 6 : les vecteurs

 

Qu'est-ce-qu'un vecteur ? Addition et multiplication par un réel

- Définition

- Addition

- La relation de Chasles

- Multiplication par un réel


Vecteurs colinéaires, points alignés

Repérage

Vecteur et géométrie

- Petit dictionnaire : langage des vecteurs - langage de la géométrie

- Résoudre un problème géométrique par le calcul dans un repère bien choisi

 

Chapitre 7 : trigonométrie


Le cercle trigonométrique

- Définition

- Comment placer un point sur le cercle trigonométrique ?

- Conversion degrés-radians

 

Cosinus et sinus, valeurs remarquables

- Définition, lien avec les formules de collège, valeurs remarquables

 

Formules de trigonométrie

- La formule de trigonométrie la plus importante

- Explorons les symétries du cercle trigonométrique

 

Équations et inéquations trigonométriques

 

 

PROGRAMME de MATHS VERS LA 1re ES (et 1re L) : 

(Révision de la 2de en sélectionnant particulièrement les notions nécessaires pour ES ou l'enseignememnt obligatoire au choix de 1re L) 

 

 

En 5 chapitres choisis parmi les plus importants à connaître pour la classe de première ES, les points clés du programme de seconde sont passés en revue à travers l'étude d'exemples détaillés accompagnés de rappels de cours.


Contrairement à nos autres cours, ne sont proposés que cinq chapitres.

 

Chaque chapitre est divisé en quatre parties, auxquelles s'ajoute un devoir final. L'ensemble du cours est conçu de façon à ce que l'élève puisse consacrer à chaque chapitre environ cinq jours de travail, à raison de deux heures par jour en moyenne.

Pour chaque paragraphe du cours, il est proposé un ou plusieurs exercices. Ces exercices sont de niveau de difficulté variable, mais nous avons privilégié les exercices d'entraînement visant à favoriser l'acquisition des réflexes de base et d'une certaine aisance, notamment en calcul. Seuls les devoirs proposés à la fin de chaque chapitre contiennent des exercices de recherche plus étoffés.

 

 

Chapitre 1 : maîtriser les techniques du calcul algébrique

 

Fractions

- Addition de fractions "avec des x"

- Simplifier sans se tromper

- Un piège classique : le signe "-" devant une fraction

 

Racines carrées

- Rappels, calculs élémentaires

- Rendre un dénominateur entier

- Vraies et fausses formules

 

Identités remarquables

- Les classiques

- Les nouvelles

 

Factorisation

- Factorisations simples

- Lorsqu'il faut changer un signe

- Lorsqu'on ne voit pas de facteur commun

 

Chapitre 2 : équations, inéquations, tableaux de signes

 

Équations et inéquations du premier degré

- Mise en garde

- Règles de résolution

- Exemples d'équations

- Exemples d'inéquations

 

Équations "produit nul" et équations "quotient nul"

- règles de résolution

- Exemples d'équations se ramenant à une équation "produit nul"

- Exemples d'équations "quotient nul"

 

Inéquations produits

- Un exemple détaillé

 

Inéquations quotients

- Les doubles barres

 

Chapitre 3 : pourcentages et statistiques

 

Pourcentages

- Le symbole %

- Calculs de pourcentages, augmentation, diminution, etc.

 

Série statistique qualitative, série quantitative discrète

- population, effectif, caractère

- fréquences, fréquences cumulées croissantes et décroissantes

- Paramètres statistiques (valeur minimale, maximale, étendue, mode, moyenne, médiane

- représentation graphique : histogramme, polygone des effectifs

 

Propriété de la moyenne

- Linéarité de la moyenne

 

Chapitre 4 : fonctions (1) : généralités

 

Qu'est-ce-qu'une fonction ? Ensemble de définition, image, antécédent

- Déterminer une image

- Déterminer un (des) antécédents(s)

- Déterminer un ensemble de définition

 

Tableau de variations, tableau de signes

- Dresser un tableau de variations à partir d'une courbe

- Dresser un tableau de signes à partir d'une courbe

- Savoir exploiter un tableau de variations

- Établir un tableau de variations à partir d'une situation géométrique

 

Résolution graphique d'équations et d'inéquations

- Exemples simples

- Avec plusieurs courbes

- Utilisation de la calculatrice

 

Liens entre l'aspect algébrique et l'aspect graphique

- Images et antécédents

- Inéquations

- Situations issues de la géométrie

- Déterminations d'un maximum ou d'un minimum

 

Chapitre 5 : fonctions (2) : les fonctions de référence

 

La fonction carrée

- Parité

- Variations

- Équations et inéquations

 

La fonction inverse

- Ensemble de définition

- Parités

- Variations

- Équations et inéquations

 

Préparations à la classe de première : deux nouvelles fonctions

- La fonction cube

- La fonction racine carrée

 

 

Résolution d'équations et d'inéquations à partir des courbes

 

 

 

 

Pour commander ce cours, reportez-vous  sur la gauche de votre écran, à la rubrique : Comment s'inscrire ? Les tarifs

Si vous vous posez certaines questions, merci de vous reporter sur la gauche de votre écran aux rubriques Réponses à vos questions et Méthode Saint Expédit.

 

 

 

© Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

34660 Cournonsec

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Frederique Dollie - dans 4.2 Vers les 1res : maths
commenter cet article
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 21:03
 
Préparation de l’écrit
 
- faire les devoirs de vacances Vers la 1re pendant l’été qui suit la classe de 2de. Outre la méthodologie et un entraînement progressif aux épreuves, vous trouverez tous les points indispensables à apprendre par cœur pour vous constituer une culture littéraire solide en lien direct avec le programme du bac. N’hésitez pas à commander le cours même en cours d’année. (prendre les 7 chapitres).
 

- travailler les sujets de dissertations corrigés donnés dans ce blog (voir colonne de gauche). 

 

- faire les annales corrigées.

 

- se procurer des ouvrages bien faits au rayon périscolaire des grandes librairies. 

 

- si on veut s'entraîner, on peut se mettre en relation avec le Cours Saint Expédit qui accepte de corriger des devoirs (10 € le devoir). Il peut fournir des sujets si besoin. 

 

LE PROGRAMME OFFICIEL

 

Les objets d’étude

 

 

Objets d’étude

Série L

Séries ES/S

Séries technologiques

1

Le roman et ses personnages

x

x

x

2

La poésie

x

x

x

3

Le théâtre : texte et représentation

x

x

x

4

Argumenter : la question de l'homme

x

x

x

 

  

 

 

 

5

Renaissance et Humanisme

x

 

 

6

Les réécritures

x

 

 

 

Les 3 axes

 

Les objets d’étude doivent être étudiés selon 3 axes : - l’histoire littéraire

- les genres

- les registres

Ces trois axes sont analysés et expliqués dans la brochure Vers la 1re

 

SAVOIR MOBILISER SES LECTURES LE JOUR DU BAC

 

En lien avec le programme officiel, faites une liste par objet d’étude des livres que vous avez déjà lus. Par exemple, concernant le roman, vous avez sans doute déjà lu des romans. Souvent à l’oral, le candidat ne pense pas à évoquer ses lectures ou dit qu’il n’a pas lu grand chose. Faire des lectures, c’est bien mais il faut savoir en parler et donc lire des ouvrages critiques. Je vous conseille la collection Profil de chez Hatier.

 

Ci-dessous, vous trouverez quelques idées de lecture (voir aussi la rubrique Quels livres faire lire ?)

 

Objet d’étude : le roman : Le colonel Chabert de Balzac, Le grand Meaulnes de Alain Fournier, Vol de nuit de Saint exupéry, La Petite Fadette de G. Sand, Don Quichotte de Cervantès, Quo Vadis, Sienkiewicz

 

Objet d’étude : la poésie : Anthologie de la poésie française, Le livre de poche, collection Libretti, 1,5 €

 

Objet d’étude : le théâtre : Cinna, Horace, Corneille, Hernani, Hugo, Molière, On ne badine pas avec l’amour, Musset

 

Objet d’étude : l’argumentation : Zadig, Voltaire, La ferme des animaux, Orwell, Le meilleur des mondes, Huxley

 

COMMENT AMÉLIORER SON NIVEAU DE VOCABULAIRE

 

Dans la vie de tous les jours, nous utilisons environ 800 mots. Un dictionnaire pour les élèves de collège contient environ 40 000 mots. Il manque donc beaucoup de mots aux lycéens et aux étudiants à l’université pour comprendre les textes qui leur sont proposés.

 

Il faut donc vous constituer des fiches de vocabulaire où vous notez les mots nouveaux pour vous. Lorsque vous lisez, ayez un crayon et un petit papier et relevez 10 ou 20 mots par livre. Lorsque vous avez un peu de temps, consultez le dictionnaire et mettez une définition simple, un synonyme. Relisez vos fiches de temps en temps. Faites ceci jusqu’à ce que vous ne rencontriez que rarement des mots nouveaux.

 

J’ai moi-même pratiqué cette méthode, j’ai commencé en 1re puis j’ai poursuivi jusqu'à bac + 2 soit environ 4 ans de collecte. J’ai appris 4 000 mots environ. Petit à petit, je comprenais tous les textes qui, pourtant, devenaient de plus en plus difficiles puis dans un second temps, je commençais à utiliser les mots nouveaux dans mes travaux écrits et oraux. En philosophie en terminale, en classe préparatoire, à l’Agrégation, cela a fait la différence.

 

 

CONSEILS POUR BIEN COMPRENDRE LA MÉTHODE DU COMMENTAIRE DE TEXTE

 

Le commentaire est au choix à l’écrit et obligatoire à l’oral dans toutes les sections. A l’aide d’un exemple, nous allons vous montrer les pièges à éviter : Commenter la phrase suivante : « Et je pleure ! »

 

Commentaire de Valérie : Le narrateur est abattu et extrêmement triste. Il sanglote. Nous pouvons le voir avec l’expression : « Et je pleure ! »

Commentaire de Paul : L’auteur utilise la première personne du singulier et l’on peut remarquer la forme exclamative.

Commentaire de Jean-Arnaud : Le narrateur est abattu et extrêmement triste. Il sanglote. Nous pouvons le voir avec l’expression : « Et je pleure ! » L’utilisation de la première personne, la forme exclamative mettent en valeur le lyrisme du  texte.

 

Notes obtenues :

 

Valérie : 7/20 maximum. Valérie a bien compris les idées du texte mais elle ne commente pas le style. Elle redit le texte, c’est de la paraphrase.

Paul : 5/20 maximum. Paul fait des remarques stylistiques mais il ne parle pas du principal : les idées.

Jean-Arnaud: 20/20. Jean-Arnaud part du plus important, de l’idée, comme Valérie, puis ensuite évite la paraphrase en évoquant le style.

Vous trouverez dans le cours Vers la 1re une fiche avec tout ce que l’on peut dire sur le style pour vous permettre d’éviter la paraphrase.
 

COMMENT AMÉLIORER SON ORTHOGRAPHE ?
 

Voir la rubrique du site : Comment améliorer son orthographe au collège et au lycée ?

 

© Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

34660 Cournonsec

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 
Repost 0
Published by Frederique Dollie - dans 5.1 IEF : le bac de français
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 20:35

QUELQUES CORRIGÉS DE SUJETS DE DISSERTATION

 

INTRODUCTION

 

Un plan de dissertation ne s'invente pas : il se construit à partir d'une culture littéraire. C'est pourquoi j'ai mis en ligne ces corrigés de dissertation. Étudiez-les. Cela enrichira votre culture. Vos dissertations futures pourront combiner ou inventer de nouvelles sous-parties en fonction des problématiques.

Veillez à savoir faire les 3 types de sujets car, selon les années, ils ne sont pas d'égale difficulté. Au baccalauréat, une année, c'est l'invention qu'il faut prendre, une autre année, c'est la dissertation, une autre, le commentaire, etc.

Pour bien préparer le baccalauréat, je vous recommande de commander et de faire le cours intitulé vers la 1re. cf. Programme détaillé vers la 1re français (bac toutes séries) qui vous donne les problématiques essentielles et la méthodologie pour les 3 types de sujets.

En complément, suivez un stage sur un week-end proposé par l'organisme Week-end bac (aller sur www.weekendbac.com). Ces stages ont beaucoup de succès car ils vous donnent en peu de temps de solides repères, notamment en histoire littéraire.

Bon courage.

 

 


SUR LA POÉSIE :

 

Sujet : Le poète doit-il s'engager ?

 

On adopte un plan dialectique.

 

I. Le poète s'engage

A. La poésie : une arme ex : liberté, Paul Eluard

B. Utilisation de genres variés (la fable par exemple,) ou de registres très divers (pathétique, satirique, polémique dans les Châtiments de V. Hugo).

 

II. Mais il reste un artiste avant tout

A. L'écriture poétique, une écriture particulière. C'est ce qui donne la force à l'engagement. Durant le Seconde Guerre Mondiale, on assiste à un retour à une tradition esthétique que le symbolisme et le surréalisme avaient semblé dépasser : réapparaissent alors les règles classiques de versification, ainsi que des thèmes puisés dans les grands moments de l'histoire de France.

B. Le poète peut refuser l'engagement et prôner l'art pour l'art : l'art n'a d'autre but que lui-même, que la beauté, il ne saurait servir une cause, être utile à quelque chose. C'est le mouvement parnassien de Heredia et Gautier.

 


Sujet : Montrer en quoi la poésie est un genre propice à exprimer l'évasion.

 

On adopte un plan thématique.

 

I. Evasion hors du quotidien


A. Etre poète, c'est jeter un regard neuf sur les choses. Ex. Francis Ponge dans le Parti pris des choses qui fait un poème sur le pain. Il voit les Alpes dans la croute du pain !

B. Une évasion liée à une utilisation particulière de la langue (vers ou prose poétique) : jeu sur les sonorités et les rythmes.

 

II. Conséquence, évasion vers un monde intérieur

A. La poésie se prête bien à l'expression des sentiments personnels (le lyrisme) car son langage particulier est expressif. Les effets poétiques cités plus haut soulignent les émotions. Ex. : les Contemplations de V. Hugo

B. Evasion vers un monde mystérieux et onirique

Les correspondances de Baudelaire, « Les parfums, les couleurs et les sons se répondent » Analysez le mouvement symboliste et le surréalisme qui fait de la métaphore un « stupéfiant » : la métaphore rapproche des réalités différentes, c'est une figure de style très créative. Le mot Poésie veut dire création.

 


Sujet : Peut-on dire du poète qu'il est celui qui sait jouer avec le langage ?

 

On adopte un plan dialectique

 

I. L'importance du jeu

A. La langue est un matériau plastique, ex. Calligrammes d'Apollinaire, ce sont des poèmes en forme de dessins.

B. Le poète joue avec le langage car il est inventif et créatif : jeux de mots Ex. Ponge dans Le Parti pris des choses qui écrit Sète alors pour C'est alors ou cf. le jeu du "cadavre exquis" des surréalistes qui crée des rapprochements inattendus.

 

II. Mais la poésie est une activité sérieuse

A. Le jeu sur le mot est un travail sur la langue pour rendre le vers expressif cf. l'assonance en i dans Phèdre de Racine : « Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue. »

B. Beaucoup de poètes revendiquent une mission plus haute que le jeu avec le langage : une mission morale (la fable, La Fontaine), une mission politique (la poésie satirique des Châtiments de Hugo), une mission prophétique (ex. : concept romantique du poète-mage-guide.)

 

SUR LE THÉATRE

 

Sujet : «  Il est des pièces de théâtre qui ne sont pas à représenter mais à lire ». Commentez.

 

On adopte un plan dialectique.

 

I. Importance de la lecture.

A. Lire permet de goûter tranquillement chez soi la beauté du texte. Ex : la beauté du vers racinien ou les hardiesses de l'alexandrin romantique dans Hernani. Avec le livre, on peut revenir en arrière, relire un passage.

B. Certaines pièces ont été écrites exprès pour la lecture (documentez- vous sur « le spectacle dans un fauteuil » de Musset. Autre exemple Cromwell de Hugo est injouable car il y a beaucoup trop de personnages. L'intérêt de ce genre de texte est la forme dialoguée très vivante et les spécificités du genre théâtral qui demeurent à la lecture (coup de théâtre, quiproquo, etc.)

 

II. Mais intérêt de la représentation

A. Le texte théâtral est fait pour la scène. (Par exemple, l'aparté se comprend mieux quand il est joué ; cela est vrai de tous les jeux de scène). Le comédien par son jeu et le ton adopté fait mieux comprendre le sens de la pièce.

B. La mise en scène est toujours intéressante car :

- elle suppose des choix (distribution, décor, costumes, ...)

- elle est donc une lecture particulière de la pièce, une interprétation. Il est intéressant d'aller voir la même pièce de théâtre dans des mises en scène différente. Par exemple, pour monter Phèdre de Jean Racine, le metteur en scène peut choisir de costumer Phèdre d'une certaine manière, ce qui changera totalement la perspective de la pièce : Phèdre habillée en costume grec (un drapé) met la pièce sous le signe de l'Antiquité et le tragique est alors lié à la fatalité des dieux. Phèdre habillée en costume du XVIIe renvoie à l'actualité contemporaine au temps de l'écriture et le tragique est alors lié au jansénisme. Phèdre habillée en costume actuel (jean et pull) montre l'actualité de la pièce : le tragique est lié à l'amour, sentiment qui domine Phèdre.

 

Sujet : Le texte théâtral est-il suffisant pour monter un spectacle ?

 

On adopte un plan dialectique. Le même que précédemment.

 

I. Importance du texte

Voir ci-dessus

Autre idée : les didascalies qui par définition ne sont pas jouées sur scène peuvent être amusantes à la lecture : regardez la première page de La cantatrice chauve de Ionesco)


II. Mais qui n'est pas suffisant

Expliquer le rôle de la mise en scène.

À noter qu'il existe des spectacles théâtraux qui se passent de textes (cf la commedia dell'arte au XVIIe qui improvise sur un canevas)

 


Sujet : La mise en scène d'une pièce de théâtre est-elle une lecture fidèle du texte ou une recréation ?

 

On adopte un plan dialectique.

 

I. Une lecture fidèle

A. Respect du texte

B. Respect des didascalies

C. Respect du contexte, résurrection d'une époque (exemple le second Empire avec le début des chemins de fer dans Le voyage de M. Perrichon d'Eugène Labiche)

 

II. Mais forcément, une mise en scène est une lecture de la pièce

Voir ci-dessus

 

Conclusion : Recréation, terme excessif, plutôt relecture.

 

Sujet : La comédie sert-elle seulement à faire rire ?

 

Plan thématique

 

I. La comédie sert à faire rire

A. La devise de la comédie classique (c'est-à-dire du XVIIe) est de « plaire et de toucher » donc une comédie réussie est une comédie où le spectateur aura trouvé du plaisir. C'est pourquoi Molière a beaucoup de succès, y compris auprès du roi, au même moment où la tragédie avec Corneille et Racine est à son apogée.

B. La comédie varie les sources et la nature du comique. Les procédés sont multiples (comique de caractère, de gestes, de mots, de situation : analysez un ou deux exemples). Pensez à varier les auteurs, ne citez pas que Molière.

 

II. Pour mieux instruire

A. Au XVIIe, la grande comédie s'éloigne de la farce et de la commedia dell'arte et propose une réflexion profonde. Les caractères sont finement construits et les situations portent à la réflexion. (Exemple avec Don Juan, personnage complexe qui est un séducteur mais aussi un libertin matérialiste. La grande comédie est parfois écrite en alexandrins : le style noble souligne la hauteur de la réflexion (Le Misanthrope, Tartuffe)

B. La comédie peut aborder des sujets très divers, critique morale ou sociale. Cf. le rapport maîtres et valets au XVIIIe avec Marivaux et L'île des esclaves ou Le jeu de l'amour et du hasard. 

 

III. Le comique peut aussi servir à inquiéter

Dans le théâtre de l'absurde, le comique est absurde (Par exemple, les personnages parlent pour ne rien dire). Cf. La Cantatrice chauve de Ionesco. Ce comique, décalé, pose une réflexion sur le langage et sur l'impossible communication entre les hommes.

 

Je vous laisse terminer. Mieux vaut 2 bonnes parties que 3 parties mal construites.

 

Dans toute dissertation littéraire, veillez à varier les siècles, les auteurs.

 

Sujet : Après avoir expliqué ce qu'est le tragique, vous direz en quoi le dialogue de théâtre est particulièrement propre à mettre en œuvre ce registre.

 

On adopte le plan thématique suggéré par le sujet.

 

I. Définitions du tragique (registre)

A. Le tragique est la fatalité voulue par les dieux (cf Phèdre de Racine)

B. Le tragique est la cruelle destinée de l'homme obligé de faire des choix difficiles voire impossibles (cf le dilemme dans Le Cid de corneille par exemple)

C. Le tragique est tout simplement la bêtise humaine cause de désastres (cf. la fin de La guerre de Troie n'aura pas lieu de Giraudoux : contrairement aux mythes, la guerre est finalement déclarée, non pas à cause des dieux, mais à cause d'un soldat borné et excité.)

 

II. Le tragique au théâtre (le genre de la tragédie)

A. Enfermement dans un lieu et un temps (règle des trois unités chez les Classiques au XVIIe : on se concentre uniquement sur une action, la crise tragique, pendant une journée, le jour de la crise tragique, dans un seul lieu qui voit se confronter les protagonistes.)

B. Intensité du tragique au théâtre

Le théâtre est le lieu de l'action vécue : les comédiens par leur jeu, vivent  et font ressortir les émotions. La forme dialoguée du texte confère à la tragédie une grande vie. Le tragique peut être renforcé par les costumes, les jeux de lumières, etc.

 

SUR LA QUESTION DE L'HOMME DANS LES GENRES DE L'ARGUMENTATION 

 

Sujet : Pensez-vous que l'on puisse traiter de sujets graves et sérieux sur le mode humoristique ?

 

On adopte un plan dialectique.

 

I. Oui, l'humour rend réceptif

A. La fantaisie de l'argumentation permet de « plaire et de toucher », comme disent les Classiques au XVIIe. Ainsi La Fontaine, avec ses personnifications dans les Fables, écrira : « Je me sers d'animaux pour instruire les hommes ».

B. L'humour omniprésent dans les comédies est plaisant (comique de caractère, de gestes, de mots, de situation). Il a aussi une portée morale (par exemple, critique de l'avarice dans L'Avare de Molière dont la devise est « castigat ridendo mores », ce qui se traduit par « corriger les mœurs par le rire »).

 

II. Oui, l'humour peut se révéler une arme efficace.

A. Le conte philosophique est un genre littéraire qui conjugue la fantaisie, l'humour, les exagérations et qui utilisent ces éléments pour mieux faire passer une critique politique, sociale et religieuse. L'humour quand il se fait ironie est un registre qui relève du comique et qui a une portée argumentative. Chez Voltaire, l'ironie fait sourire et en même temps, cette ironie est féroce et fait réfléchir (cf chapitre 3 de Candide, « la boucherie héroïque »).

B. L'humour peut faire réfléchir. Dans le théâtre de l'absurde, le comique est absurde. (Par exemple, les personnages parlent pour ne rien dire cf. La Cantatrice chauve de Ionesco). Ce comique, décalé, pose une réflexion sur le langage et l'impossible communication entre les hommes.

 

Remarque : quand j'ai trop de choses à dire dans une partie, je divise ma partie en deux. Ici, la partie correspondant au « oui » mobilise deux parties.

 

III. Pour certains sujets graves, l'humour n'est pas le meilleur outil

A. L'humour peut choquer : peut-on rire de la souffrance ? Importance du respect, pb. de l'humour douteux, cf. les humoristes qui plaisantent sur les handicapés, sur des groupes raciaux, etc.

B. L'humour est parfois facile et masque une pensée pauvre. On se moque et on ridiculise facilement. Hugo utilise souvent ce genre d'humour dans les Châtiments en prenant à parti Napoléon III et en utilisant des arguments ad hominem. Or si l'on veut se faire une idée du bilan du Second Empire, il faut mieux lire un essai historique.

 

Sujet : Les textes littéraires et les formes d'argumentation souvent complexes qu'ils proposent vous paraissent-ils être un moyen efficace de convaincre et persuader ?

 

On adopte un plan dialectique.

 

I. Oui : efficacité pour convaincre (rôle de la raison)

A. La littérature est un dialogue avec les plus grands esprits. La postérité élimine les auteurs médiocres et ne conservent que les grands esprits. Lire un livre, c'est rentrer dans la pensée d'un auteur, c'est en quelque sorte, converser avec lui. Le témoignage d'un auteur comme Primo Lévi dans Si c'est un homme acquiert une force argumentative car il est littéraire, c'est-à-dire construit et réfléchi ; ce n'est pas simplement une tranche de vie, si touchante soit-elle.

B. La littérature permet un exposé développé des idées ; on peut aller au fond des choses, c'est le cas avec le genre de l'essai. On pense ici à Montaigne qui propose, dans les Essais, une réflexion enrichie au fil des éditions. Le livre quand il est de valeur ne se démode pas. À l'inverse, les médias qui vivent de l'actualité, c'est-à-dire dans l'instant, proposent une réflexion partielle et souvent assez superficielle.

 

II. Oui : efficacité pour persuader (rôle de la sensibilité)

A. La littérature propose des formes d'argumentations complexes c'est-à-dire indirectes : la fable, le conte philosophique. Le conte philosophique est un genre littéraire qui conjugue la fantaisie, l'humour, les exagérations et qui utilisent ces éléments pour mieux faire passer une critique politique, sociale et religieuse (analyser un exemple de conte philosophique).

B. La poésie avec ses rythmes et sa musicalité peut aussi être une arme efficace pour convaincre. Beaucoup de poètes revendiquent une mission plus haute que le jeu avec le langage : une mission morale (la fable, La Fontaine), une mission politique (la poésie satirique des Châtiments de Hugo), une mission prophétique (ex. : concept romantique du poète-mage-guide). De même pour le théâtre.

 

III. Les limites

A. la difficulté du texte littéraire

Pour être convaincant, le texte littéraire doit-être compris. Or, il est souvent difficile. Par exemple, le registre ironique, figure de décalage, suppose une interprétation de la part du lecteur. Tout le monde ne rit pas spontanément en lisant Voltaire. Lire s'apprend. Rousseau par exemple critique l'enseignement des fables de la Fontaine aux enfants. Ceux-ci ne comprendraient pas correctement la morale.

C'est pourquoi, la publicité, les médias semblent plus efficaces car ils martèlent de slogans ou des idées simples et consensuelles.

B. Le problème est donc celui de la réception d'une œuvre littéraire. Le lecteur doit connaître le contexte de l'œuvre littéraire pour bien comprendre la portée et le sens du livre. Lire Candide sans connaître Leibnitz ou lire Phèdre sans connaître Jansénius réduit considérablement la portée de l'œuvre.

 

Sujet : Quels intérêts présente le conte dans le combat des idées ?

 

On adopte un plan thématique.

 

I. Le conte divertit : les idées passent mieux

A. La fantaisie : La description de l'idéal politique voltairien dans Candide utilise la forme de l'utopie et met en scène un pays imaginaire où on embrasse le roi, où il n'y a pas de prison, ni de justice.

B. L'exotisme (cf Zadig, conte oriental) permet de relativiser les coutumes occidentales en montrant que, dans d'autres pays, on fait différemment. La critique avance masquée sous le voile d'un exotisme distrayant.

 

II. De plus le conte schématise

A. Les thèses sont clairement définies, voire caricaturées. Le conte n'est pas un essai, il ne cherche pas à proposer une argumentation rationnelle et structurée. Le but est de frapper l'imagination. Dans Candide, la thèse de Leibnitz est simplifiée et se résume à un slogan « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». Cela frappe l'esprit du lecteur.

B. Le conte utilise la répétition et l'accumulation. Dans Candide ou Zadig, chaque chapitre est une variation sur le même thème. Des registres spécifiques viennent appuyer la démonstration. (Par exemple, l'ironie ou le réalisme de certains détails, cf. chap 3 sur la guerre dans Candide).

 

SUR LE ROMAN

 

Sujet : le héros de roman peut-il être médiocre ?

 

I. Le héros de roman est un personnage héroïque

A. Le héros épique

Le roman naît au Moyen-âge. Le personnage est un héros qui accomplit des exploits. On pense aux chevaliers de la Table Ronde (Chrétien de Troyes, Yvain ou le chevalier au lion).

B. Le roman divertit ; il suscite l'évasion. Le personnage de roman est quelqu'un hors du commun qui suscite l'intérêt, qu'on admire. D'où la vogue du roman sentimental que dévore Emma Bovary (Cf Madame Bovary de Flaubert) du roman d'aventures (Alexandre Dumas, Le comte de Monte-Christo), du roman policier (Georges Simenon et le Commissaire Maigret, Maurice Leblanc et Arsène Lupin), du roman de science fiction (Isaac Azimov, Pierre Boulle et La planète des singes), du roman exotique avec un aventurier (Pierre Loti), du roman historique (Henrik Sienkiewicz, Quo Vadis). À chaque fois est mis en scène un personnage qui présente d'éminentes qualités physiques et morales.

 

II. Le héros peut être médiocre

A. Au Moyen-âge, on appelle "roman", un texte en vers ou en prose écrit en langue romane. Ce sont des écrits plaisants par opposition aux ouvrages sérieux composés en langue latine. Ce genre n'est pas codifié comme a pu l'être au XVIIe la tragédie qui ne doit présenter que des personnages nobles. Dans le roman, le personnage peut être médiocre c'est-à-dire moyen au sens étymologique, sans qualités particulières. Il pourra ressembler au lecteur. D'où le procédé de l'identification du lecteur. C'est la première fonction du roman, la plus importante. Exemple, au XIXe, le personnage est souvent jeune et inexpérimenté et il évolue au cours du roman en apprenant les choses de la vie d'où le nom de roman d'apprentissage. Souvent individualiste, le héros est avide de réussite et de liberté. On pense à Eugène de Rastignac dans Le Père Goriot de Balzac. Rastignac quitte sa province pour réussir à Paris. Cet itinéraire est celui de beaucoup de jeunes à l'époque, même si tous ne réussissent pas dans la Capitale.

B. L'antihéros. C'est un personnage principal qui présente un comportement opposé au héros. Exemples : on trouve des antihéros chez Zola qui applique à ses romans la théorie de l'hérédité venant d'être découverte : ses personnages sont soumis au déterminisme et n'arrivent pas à sortir de l'alcoolisme notamment. Autre exemple : Don Quichotte, dans le roman espagnol du XVIIe de Cervantès, se bat conte des moulins à vent (registre comique).

C. La disparition du personnage dans le Nouveau Roman

L'expression le "Nouveau roman" désigne un mouvement littéraire des années 1950. Dans le Nouveau Roman, une lettre ou un numéro peuvent servir à désigner le personnage qui n'a plus de caractère, de psychologie. Le roman devient une "recherche" à laquelle doit participer le lecteur.

 

Sujet : le roman copie-t-il le réel ?

 

I. oui

A. Quelques citations extraites de la brochure Vers la 1re 7 chapitres : « Le romancier est fait d'un observateur et d'un expérimentateur ». Zola Le roman expérimental. « Le roman est un miroir qui se promène sur une grande route. Tantôt il reflète à vos yeux l'azur des cieux, tantôt la fange des bourbiers de la route » Stendhal Le Rouge et le Noir.

Le romancier restitue le réel et analyse la société : dans la Comédie humaine, Balzac entreprend la peinture de son époque, et veut "faire concurrence à l'état-civil" en créant 3 à 4 000 personnages dans une centaine de romans. Il peint des types représentatifs dans leur milieu (d'où l'importance des descriptions).

Zola dans l'essai le Roman expérimental va encore plus loin : pour lui l'écriture romanesque est une science proche de la sociologie. Zola prépare chaque roman par une enquête sur le terrain.

B. Le roman engagé

Le roman est un texte de type narratif (il raconte une histoire) qui peut être en même temps de type argumentatif (il défend une thèse). Exemples :

- le roman critique le société de son époque (Rabelais derrière le comique et le merveilleux propose un enseignement humaniste ; Hugo dénonce l'injustice et la misère dans Les Misérables)

- portée politique (George Orwell, écrivain anglais du XXe siècle critique la société totalitaire dans 1984) ; Ce roman est un roman de science fiction, donc il ne copie pas le réel a priori. Mais en fait il s'agit de la description du communisme totalitariste soviétique.

Il y a donc bien un lien du roman avec la société ou les préoccupations contemporaines de l'auteur.

 

II. non

A. Faire vrai consiste à donner l'illusion complète du vrai. « J'en conclus que les réalistes de talent devraient s'appeler plutôt des illusionnistes » Maupassant, Préface de Pierre et Jean. Il faut inventer, créer, c'est-à-dire mentir. « L'art du roman est de savoir mentir ». Aragon, J'abats mon jeu. Exemple : les romans champêtres de George Sand (La petite Fadette), au-delà de la description réaliste du Berry, propose une vision idéaliste de la campagne et de l'amour.

B. Le roman divertit ; il suscite l'évasion. Le personnage de roman est quelqu'un hors du commun qui suscite l'intérêt, qu'on admire. D'où la vogue du roman sentimental que dévore Emma Bovary (Cf Madame Bovary de Flaubert), du roman d'aventures (Alexandre Dumas, Le comte de Monte-Christo), du roman policier (Georges Simenon et le Commissaire Maigret, Maurice Leblanc et Arsène Lupin), du roman de science fiction (Isaac Azimov, Pierre Boulle et La planète des singes), du roman exotique avec un aventurier (Pierre Loti), du roman historique (Henrik Sienkiewicz, Quo Vadis). À chaque fois est mis en scène un personnage qui présente d'éminentes qualités physiques et morales. On est loin de la réalité.

 

Vous trouverez de nombreuses citations sur le roman dans le cours : Vers la 1re 7 chapitres.

 

 

AVERTISSEMENT

 

« Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur, ou de ses ayants droit, ou ayants cause, est illicite (loi du 11 mars 1957, alinéa 1er de l'article 4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. La loi du 11 mars 1957 n'autorise, aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article 41, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective d'une part, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration ».

 

 

 

© Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

34660 Cournonsec

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 

 

 

Repost 0
Published by Cours saint Expedit - dans 5.2 Corrigés de dissert 1re
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 16:37

 

Les programmes des différentes séries sont donnés les uns en dessous des autres.

 

 
      DEVOIRS DE VACANCES

PROGRAMME de MATHS VERS LA Tale

(Révision de la 1re S)

 

 

 

 

Vous avez le choix entre 2 formules : 5 ou 7 chapitres.

Dans les chaptres 1 à 5, les points clés du programme de première S sont passés en revue à travers l'étude d'exemples détaillés accompagnés de rappels de cours. Les chapitres 6 et 7 anticipent sur le programme de T S. 

 

Chaque chapitre est divisé en quatre journées, auxquelles s'ajoute un devoir final. L'ensemble du cours est conçu de façon à ce que l'élève puisse consacrer à chaque chapitre environ cinq jours de travail, à raison de deux heures par jour en moyenne.

Pour chaque paragraphe du cours, il est proposé un ou plusieurs exercices. Ces exercices sont de difficulté variable, mais nous avons privilégié les exercices d'entraînement visant à favoriser l'acquisition des réflexes de base et d'une certaine aisance, notamment en calcul.

 

Vous recevez deux fascicules :

- le 1er contient le cours, les exercices et les devoirs. Les exercices s'intercalent dans le cours pour maîtriser immédiatement les notions. Le cours est synthétique mais clair. Il va droit au but et aide efficacement à la compréhension. Les exemples sont nombreux.

- le 2e fascicule contient les corrigées des exercices. Tous les calculs sont détaillés pas à pas. Ce 2e fascicule est donc très important et l'élève pourra s'y reporter régulièrement.

 

Chapitre 1 : le second degré

 

Équations du second degré

- Les cas où il est inutile de calculer le discriminant

- Les formules générales

- Factorisation du trinôme du second degré

 

Inéquations du second degré, fonctions du second degré

- Le signe du trinôme

- Résolution d'inéquations du second degré

- Fonctions du second degré : ce qu'il faut savoir

 

Somme et produit des racines, et autres astuces

- Somme et produit des racines

- Une technique pour trouver rapidement les racines de certains trinômes

- Équations de degré supérieur à 2

 

Équations se ramenant à une équation du second degré

- Équations bicarrées

- Autre changement de variable

- Équations à paramètre

 

Chapitre 2 : études de fonctions : dérivées

 

Préliminaires : image, antécédent, coefficient directeur

- Fonctions : comment déterminer une image ?

- Fonctions : comment déterminer un ou des antécédents ?

- Fonctions : comment trouver un ensemble de définition ?

- Que représente le coefficient directeur d'une droite ?

 

Dérivabilité

- Etude détaillée d'un exemple : la vitesse instantanée d'une voiture

- Conclusion : qu'est-ce-qu'un nombre dérivé ?

 

Les dérivées à connaître

- Dérivées des fonctions usuelles

- Formules de dérivation

- Dérivée d'une composée

 

Applications usuelles des dérivées

- Équation de la tangente

- Dérivée et variations

- Dérivée et extrema locaux

 

Chapitre 3 : probabilités

 

- Le vocabulaire des probabilités

- Les formules à connaître

- Variables aléatoires

 

Chapitre 4 : suites

La notion de suite

- Exemples d'introduction

- Notations et vocabulaire

- Définition d'une suite par son terme général

- Définition d'une suite par son premier terme et une relation de récurrence

 

Vocabulaire usuel sur les suites

- Suite croissante, suite décroissante, suite monotone

- Méthodes pour étudier les variations d'une suite

- Suite majorée, suite minorée, suite bornée

- Suite convergente, suite divergente

- Suite constante, suite périodique

 

Suites arithmétiques et géométriques

- Suites arithmétiques : définitions

- Suites arithmétiques : terme général

- Suites arithmétiques : somme des premiers termes

- Suites géométriques : définition

- Suites géométriques : terme général

- Suites géométriques : limites

- Suites géométriques : somme des premiers termes

 

Quelques exercices types sur les suites

- Utilisation d'une suite auxiliaire

- Variations et convergence

 

 

Chapitre 5 : produit scalaire

 

Les différentes définitions

- Les trois définitions

 

Propriétés du produit scalaire

- Commutativité et distributivité

- Produit scalaire et orthogonalité

- Signe du produit scalaire

- Carré scalaire et carré de la norme

- Ce qu'il ne faut pas faire

 

Applications du produit scalaire

- Les relations d'Al Kashi

- Le théorème de la médiane

- Équations de droite

- Équations de cercle

 

Géométrie analytique

 

 

Les chapitres 6 et 7 anticipent sur le programme de Terminale afin de se préparer au mieux. L'élève peut s'aider des corrigés des exercices et des exemples de cours pour faciliter son apprentissage.

 

 

Chapitre 6 : études de fonctions : limites, asymptotes, tableau de variation

 

Limites

- Les limites les plus évidentes

- La division par une expression qui tend vers l'infini

- La division par une expression qui tend vers 0

- Limites à gauche et à droite

- Les formes indéterminées

- Limite d'un polynôme à l'infini : la règle du terme de plus haut degré

- Limite d'une racine carrée à l'infini

 

Asymptotes

- Interprétation graphique de certaines limites

- Asymptotes horizontales et verticales

- Asymptotes obliques

- Position de la courbe par rapport à l'asymptote

 

Étude complète d'une fonction rationnelle

- Les huit étapes indispensables

 

Étude complète d'autres fonctions

- Exemple avec une fonction irrationnelle

- Exemple avec une fonction trigonométrique

 

 

 

Chapitre 7 : géométrie dans l'espace

 

- La perspective cavalière et ses dangers

- Les règles d'incidence, sections de solides par un plan

- Sections, parallélisme

- Orthogonalité

 

Pour commander ce cours, reportez-vous  sur la gauche de votre écran, à la rubrique : Comment s'inscrire ? Les tarifs

Si vous vous posez certaines questions, merci de vous reporter sur la gauche de votre écran aux rubriques  Réponses à vos questions et Méthode Saint Expédit.

 

 

 DEVOIRS DE VACANCES : PROGRAMME de MATHS 

VERS LA Tale ES : 

et

Enseignement de spécialité de Tale L
   

Les points clés du programme de Première ES (et de l'enseignement de spécialité de Tale L) sont passés en revue à travers l'étude d'exemples détaillés accompagnés de rappels de cours.

 

Chaque chapitre est divisé en quatre journées, auxquelles s'ajoute un devoir final. L'ensemble du cours est conçu de façon à ce que l'élève puisse consacrer à chaque chapitre environ cinq jours de travail, à raison de deux heures par jour en moyenne.

 

Pour chaque paragraphe du cours, il est proposé un ou plusieurs exercices. Ces exercices sont de niveau de difficulté variable, mais nous avons privilégié les exercices d'entraînement visant à favoriser l'acquisition des réflexes de base et d'une certaine aisance, notamment en calcul.

 

 

          

Vous recevez deux fascicules :

- le 1er contient le cours, les exercices et les devoirs. Les exercices s'intercalent dans le cours pour maîtriser immédiatement les notions. Le cours est synthétique mais clair. Il va droit au but et aide efficacement à la compréhension. Les exemples sont nombreux.

- le 2e fascicule contient les corrigés des exercices. Tous les calculs sont détaillés pas à pas. Ce 2e fascicule est donc très important et l'élève pourra s'y reporter régulièrement.

 

 

Chapitre 1 : le second degré

 

Équations du second degré


- Les cas où il est inutile de calculer le discriminant
- Les formules générales
- Factorisation du trinôme du second degré

 

Inéquations du second degré, fonctions du second degré

 

- Le signe du trinôme

- Résolutions d'équations du second degré

- Fonctions du second degré : ce qu'il faut savoir


Systèmes d’équations linéaires

Inéquations linéaires à deux inconnues, programmation linéaire

 

Chapitre 2 : études de fonctions : dérivées



Préliminaires : image, antécédent, coefficient directeur

- Fonctions : comment déterminer une image ?
- Fonctions : comment déterminer un ou des antécédents ?
- Fonctions : comment trouver un ensemble de définition ?
- Que représente le coefficient directeur d'une droite ?

Dérivabilité

- Étude détaillée d'un exemple : la vitesse instantanée d'une voiture
- Conclusion : qu'est-ce-qu'un nombre dérivé ?

Les dérivées à connaître

- Dérivées des fonctions usuelles

- Formules de dérivation

- Dérivée d'une composée

 

Applications usuelles des dérivées

 

- Equation de la tangente

- Dérivée et variations

- Dérivée et extrema locaux

 

Chapitre 3 : problèmes économiques et sociaux



Pourcentages et coefficient multiplicateurs

 

Problèmes types bac sur les pourcentages

 

Coût total, coût marginal, coût moyen, coûts fixes

 

Optimisation du bénéfice

 

 

 

Chapitre 4 : probabilités et statistiques

 

 

Le vocabulaire des probabilités

 

Les formules à connaître

 

Paramètres d’une série statistique

 

Série statistique à deux variables

 

 

Chapitre 5 : suites



La notion de suite

 

- Exemples d'introduction

- Notations et vocabulaire

- Définition d'une suite par son terme général

- Définition d'une suite par son premier terme et une relation de récurrence

 

Variations d’une suite

 

- Suite croissante, suite décroissante, suite monotone

- Suites arithmétiques et géométriques

- Quelques exercices types sur les suites

 

 

   

Pour commander ce cours, reportez-vous  sur la gauche de votre écran, à la rubrique : Comment s'inscrire ? Les tarifs

Si vous vous posez certaines questions, merci de vous reporter sur la gauche de votre écran aux rubriques  Réponses à vos questions et Méthode Saint Expédit.

 

© Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

34660 Cournonsec

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Frederique Dollie - dans 6.1 Vers la Terminale : maths
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 16:28

AMÉLIORER SON ORTHOGRAPHE
AU COLLÈGE ET AU LYCÉE

 

L'orthographe s'améliore avec la maturité de l'enfant et un élève de 2de fera moins de fautes qu'un élève de 6e même s'il n'a pas fait beaucoup de dictées au collège. Le déclic arrive souvent au lycée. Cela dit, le déclic aura lieu si l'on maintient une exigence orthographique. L'orthographe doit rester un souci.

C'est la lecture, c'est-à-dire la mémoire visuelle, qui est la principale source d'acquisition de l'orthographe. Il faut donc lire régulièrement et une certaine quantité. Le rappel des règles d'orthographe grammaticale et les exercices de type Bled ont leur utilité mais l'orthographe lexicale s'acquiert principalement par la lecture. Les fascicules du Cours Saint Expédit de niveau primaire proposent une révision systématique des mots de base sélectionnés selon leur fréquence dans la langue. Les fascicules du Cours Saint Expédit de niveau collège proposent de nombreux outils.

À l'épreuve anticipée de français du baccalauréat, officiellement, on enlève 2 points maximum pour l'orthographe. Une orthographe déplorable peut faire manquer la moyenne à un devoir. Quelle que soit la matière du baccalauréat, il y a toujours une décote si l'orthographe laisse à désirer.

Vous trouverez ci-dessous les fautes que je rencontre le plus fréquemment dans les copies de baccalauréat et dans les devoirs que les élèves de lycée me rendent. Beaucoup de mots paraissent simples mais recèlent des pièges. Le mieux est de vous faire dicter cette liste sans même la regarder afin de faire le point. S'il y a des mots dont vous ne connaissez pas le sens, profitez-en pour chercher leur définition. Vous pourriez recopier sur une fiche personnelle les mots fautifs et poursuivre votre fiche en mettant les mots qui vous posent problème (soyez attentif aux corrections portées sur vos copies). Relisez votre fiche de temps en temps.

 

Liste destinée aux élèves de lycée, de BTS

à se faire dicter ou bien à se dicter soi-même en s'enregistrant 

 

 

une tribu

accueillir, un recueil, un écueil, l'orgueil (euil devient ueil après un c ou g)

bouleverser

succinct,e ; distinct,e

les noms terminés en on doublent le nbouillon / bouillonner ; carillon / carillonner  ;  exception / exceptionnel

la veille, vieille, un vieillard, un vieil homme

la voie (le chemin), la voix (qui parle)

faisait, faisant

ils font partie, un parti politique, une partie de cartes

une conséquence

fuir, élire

entraîner

emmener, amener

le rythme

venger, la vengeance

courir, nourrir, la nourriture, mourir

battre, combattre

un brigand, le brigandage

se décider

se marier, le mariage

parce que

toujours

la cime, l'abîme

apprendre, appris

une étymologie

une onomatopée

l'haleine

développer, un développement, une enveloppe

synonyme, homonyme

l'horizon

la plupart

un quatrain

la rhétorique

une métaphore

conscience, inconscience, inconsciemment

interroger

apporter, apport

apprécier

un champ lexical

le souffle

souffrir

siffler

sympathie, antipathie

une cellule

apparaître

immobile (im/mobile), immoral (im/moral), inoubliable (in/oubliable)

apercevoir, un appel, appeler

e + 2 consonnes : se prononce è, ne pas mettre d'accent : elle, terre, j'appelle, nous appelons, jeter, je jette, nous jetons, l'esprit

ramasser

un embarras, un débarras

nommer

sûrement, sûr

j'ai dû

pendant, cependant

parmi, hormis

accorder

une addition, une adresse

la danse

le thym, teint, étain

un essaim

se vanter

ce qui, ce que

un intérêt, intéresser

chaque + sg : chaque élève mange

marron

la concurrence

commander

s'arrêter, arrêt

familier, e ; familial, e

un œil

un tabou

un enjeu

la banalisation

cédille : c+e = ce ; c+i = ci retenir le mot ceci ; façon, forcément

noms féminins en -tié ou : pas de e : une disparité, une propriété, l'amitié

aucun + sg

un dilemme, indemne

une espèce

l'espace, spatial

une référence

un poète, la poésie

susciter

a priori (le a est latin) ; a posteriori

une répercussion

une discussion

une péripétie

un outil

une opinion

difficile, facile

mauvais voire nul

ailleurs

tout le monde

un groupe défini

notamment

un modèle

la logique

un magasin, un magazine

le langage

le hasard

le labyrinthe

des figures telles que

quelles que soient les hypothèses

l'hiver

le patois

un univers

minutieux, la minutie

malgré

un décès

le peigne

un défaut

vingt, le doigt

être partisan de

faire part de quelque chose, à part

faire la part des choses

interpeller

le corps, un discours, le temps

avoir recours à

nulle part

un soutien, un maintien

amplifier

en général

un souci

insouciance

la satire, un satyre

une opinion 

 

 

© Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

34660 Cournonsec

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 
Repost 0
Published by Frederique Dollie - dans 8.1 Améliorer l'orthographe ?
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 08:37


 

QUE FAIRE LIRE À NOS ENFANTS ?

 

Comment les motiver à lire ?

 

 

1. Donner l'exemple : lire avec l'enfant. Avec les petits, lire une page sur deux, continuer à lui lire des histoires pour ne pas que l'enfant ressente l'apprentissage de la lecture comme une privation de moments agréables. Lire le début avec lui pour lancer l'intrigue.

 

2. Sélectionner les bons livres, en fonction du goût des enfants et de la difficulté du livre. Pour que la lecture reste un plaisir, sélectionner des livres faciles. Même facile, un livre reste formateur car l'enfant visualise des mots ce qui est très bon pour l'orthographe et le vocabulaire. Le but étant de favoriser notamment la mémoire visuelle lors de la lecture, mieux vaut lire beaucoup de livres simples que peu de livres compliqués. Pour les non-lecteurs ou les jeunes lecteurs, la BD avec textes peut être un début. (Tintin, Michel Vaillant, etc., voir Éditions du Triomphe)

 

3. S'organiser. Contrairement à l'image, lire demandera toujours un effort. Il faut donc aménager un temps de lecture dans l'emploi du temps de l'enfant. Comme la lecture est indispensable, si l'enfant ne lit pas de lui-même, il ne faut pas la rendre facultative sous-prétexte qu'elle doit rester un plaisir. Une demi-heure de lecture peut être imposée comme on impose des devoirs de vacances ou des exercices de maths. Dans ce cas, bien choisir le livre.

 

  

SUGGESTIONS DE LECTURES NIVEAU PRIMAIRE

 

La lecture permet l'acquisition de l'orthographe, du vocabulaire et donne de l'aisance en rédaction. Il est donc souhaitable que votre enfant lise.

Il faut faire attention en choisissant les livres. Ceux-ci doivent être écrits en bon français et ne pas employer de termes familiers. Par conséquent, il vaut mieux proscrire les livres qui emploient les mots : "super ! rigoler, etc." Ce sont de tels mots et de telles tournures familières qui, plus tard, seront sanctionnés en rédaction. Attention aussi aux histoires qui ne sont pas toujours morales et déstructurent les enfants en leur montrant de mauvais exemples.

Voici une liste de livres qui distrairont sainement vos enfants, tout en leur présentant des textes en bon français. Les livres sont donnés par tranche d'âge mais les enfants plus âgés peuvent lire les livres donnés pour les plus jeunes. En effet, tous les livres cités sont formateurs et il importe de ne pas faire lire des livres trop difficiles afin de préserver le plaisir de la lecture.

On peut se procurer d'occasion certains de ces livres, à Emmaüs par exemple.

 

De 6,5 à 9 ans et plus 

 

- Certains albums du Père Castor, éd. Flammarion.

- Les Martine, éditions Casterman

- Les Jojo Lapin, collection Ma 1re bibliothèque rose, Hachette : attention, choisir ceux qui sont réellement écrits par Enid Blyton et non les plus récents qui sont écrits par quelqu'un d'autre "d'après les personnages créés par Enid Blyton." Choisir une édition récente, écrite en gros caractères, avec un dessin en couleurs une page sur deux.

- La série des Oui-oui de Enid Blyton, bibliothèque rose

- La série des Clan des Sept bibliothèque rose

 

De 9 à 10 ans et plus

 

- Les club des 5 cf. même remarque que ci-dessus, choisir ceux réellement écrits par Enid Blyton.

- Les livres écrits par la Comtesse de Ségur. Éviter les 4 titres suivants dont l'histoire est un peu pénible : Les malheurs de Sophie, Le mauvais Génie, Les mémoires d'un âne, La soeur de Gribouille. Les bons enfants sont un peu ennuyeux. Tous les autres titres sont excellents et passionnants : on peut commencer par François le bossu, l'auberge de l'ange gardien, le général Dourakine, Quel amour d'enfant, Comédies et proverbes, Les petites filles modèles, Après la pluie le beau temps, La fortune de Gaspard, Jean qui grogne et Jean qui rit.

Les livres de la Comtesse de Ségur présentent un excellent niveau de langue.

- la série des Six compagnons, bibliothèque verte, Hachette. Même remarque que pour les livres de Enid Blyton : choisir ceux écrits par Paul-Jacques Bonzon lui-même.

10-13 ans et plus

 

- La série des Langelot (ces livres sont uniquement en vente par correspondance aux Éditions de Triomphe, 7 rue Bayen, 75017 Paris. Tél. : 01 40 54 06 91, www.editionsdutriomphe.fr. En téléphonant, on peut se procurer le catalogue.) Les histoires de Langelot sont des histoires d'agent secret. Elles sont passionnantes. Certains passages peuvent être trop impressionnants pour les âmes sensibles. Tous les titres sont corrects sauf Langelot, garde du corps.

- La série des T. Trilby et des Bibliothèque de Suzette est excellente et passionnante. On se procure ces livres également aux Éditions du Triomphe.

- La série des Alice, bibliothèque verte. Éviter les Alice récents.

- La saga de Narnia est intéressante. Il y a 7 tomes en tout.

- Vous pouvez retrouver également d'occasion, dans la collection Rouge et Or, certains livres.

 

 

SUGGESTIONS DE LECTURES COLLÈGE ET LYCÉE

 

Ne pas hésiter à faire lire des livres très simples qui ne correspondent pas forcément à la classe de l’enfant afin de lui donner le goût de la lecture. Le livre, quel que soit le niveau choisi, permettra à l’enfant d’acquérir du vocabulaire et d’améliorer l’orthographe et la rédaction. Consulter la liste pour les élèves du primaire ci-dessus.
 

VERS LA 5e

 

- L’histoire d’Helen Keller, L. A. Hickok, Pocket Junior

- La Gloire de mon Père, Le Château de ma Mère, Pagnol

- Jean qui grogne ou Jean qui rit, L’auberge de l’ange gardien, Le général Dourakine, Comtesse de Ségur, Folio Junior

- La série des Six compagnons, Bonzon, Hachette.

- La série des Alice, bibliothèque verte.

- Contes et légendes des chevaliers de la Table Ronde, L. Camiglieri, Pocket Junior

- Le roman de Renart

- L’étalon noir, W. Farley

- Le monde de Narnia, le meilleur est le tome 2, l'armoire magique, C.S. Lewis, folio Junior.

- La Chanson de Roland (prendre une bonne traduction)

- Yvain et le chevalier au lion, Chrétien de Troyes (prendre une bonne traduction)

- Les Fourberies de Scapin, et autres pièces simples de Molière

- L'Iliade, l'Odyssée, Homère (prendre une édition adaptée)

- La farce de Cuvier, la farce de Maître Pathelin (prendre une bonne traduction)

 

VERS LA 4e

 

- Le jardin secret, F. Burnett, Folio Junior

- Le petit Lord Fauntleroy, M. O’Hara, Folio Junior

- Le Bourgeois gentilhomme, Molière

- Les quatre filles du docteur March, L.M. Alcott

- Heidi, J. Spyri

- Langelot, Lieutenant X, uniquement par correspondance auprès des éditions du Triomphe, Paris, tél. : 01 40 54 06 91

- Ivanhoe, W. Scott, Classiques abrégés, École des Loisirs

 

VERS LA 3e

- Mon amie Flicka, Le fils de Flicka, M. O’Hara, Folio Junior (pour ceux qui aiment les chevaux)

- La guerre du feu, Rosny l’Ainé, Poche jeunesse (sur la préhistoire)

- Les derniers jours de Pompéi, Lytton, version abrégée possible en poche jeunesse

- Quo Vadis, H. Sienkiewicz, (version abrégée possible en poche jeunesse mais l’édition intégrale est davantage palpitante, livre très épais)

- L’avare, Molière

- Robinson Crusoé, D. Defoe

 

VERS LA 2de

- La Petite Fadette, G. Sand (le meilleur de l'auteur, roman sur les relations garçon-fille et le choix du conjoint)

- Le Capitaine Fracasse, Gautier, il existe des versions abrégées (sur le théâtre au XVIIe siècle)

- théâtre : Le Jeu de l’amour et du hasard, Marivaux, Le barbier de Séville, Beaumarchais, Le Cid, Corneille, Le voyage de M. Perrichon, Labiche, Athalie, Racine.

 - Cinq semaines en ballon, Jules Verne (pour ceux qui n'apprécient pas les longues descriptions, c'est le meilleur de Jules Verne)

VERS LA 1re

Consulter la rubrique du site, "pour préparer au mieux le baccalauréat de français" pour connaître le programme et pour avoir d'autres idées de lecture.

- Anthologie de la poésie française, Le livre de poche, collection Libretti.

 

 

Lire des textes choisis tirés des six livres de la collection Lagarde et Michard (qui va du Moyen-âge au XXème siècle) chez Bordas ou d'une autre collection de classiques de ce genre. 

 

 

Note : Malheureusement, de nombreux auteurs sont anticléricaux. Nous sommes forcés de les étudier pour correspondre au programme. Aux parents de former leurs enfants pour éviter qu'ils ne perdent la foi.

 

Le texte intégral de certaines oeuvres peut facilement se trouver sur internet et peut être imprimé. Cela est d'autant plus facile si l'œuvre est courte.

 

© Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

BP 79 Cournonsec

34660 Cournonterral

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 

 

Repost 0
Published by Frederique Dollie - dans 8.2 Quels livres faire lire ?
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 18:06

Vous trouverez ci-dessous des échantillons de cours de primaire, collège et lycée, en français, mathématiques et anglais.

 

EXTRAIT DE "VERS LE CM2 FRANÇAIS"

 

 
Exercice : analyser les adjectifs qualificatifs selon les modèles donnés ci-dessus : attention, certains sont épithètes, d’autres sont attributs du sujet.

Le grand livre est rouge.

Grand :........................................................
            .......................................................

            .......................................................

 

ŸLa fille insolente a été punie.

insolente :........................................................
                .......................................................

                .......................................................

 

La fille a été méchante.

méchante :........................................................
                 .......................................................

                 .......................................................

 

La table paraît bancale.

bancale :........................................................
                .......................................................

                .......................................................



 

EXPLICATION DE TEXTE

 

Lire le texte suivant :

 

              Bien installé, Titi  se met à lire, et Pilou peut passer et repasser devant lui, sur sa pédalette, il ne s’en aperçoit pas. Le livre est amusant et la fenêtre de la chambre, grande ouverte, laisse passer un agréable courant d’air.

              L’histoire que Titi lit avec la plus grande attention est vraiment une belle histoire. Scaf, un beau et brave chien, arrive à découvrir et à sauver son maître perdu dans la neige et, pour le ramener au poste où il pourra être soigné, le pauvre chien connaît toutes les difficultés : tirer avec ses dents, gratter la neige avec ses pattes ; cela ne va pas très vite quand on est seul, mais, heureusement Pouf, un camarade de Scaf, vient le rejoindre.

              Au moment où Titi va tourner la page, pressé de savoir la suite, un objet dur et mou tombe du ciel, d’abord sur sa tête, puis sur son livre. Instinctivement, effrayé par ce projectile, Titi a fermé les yeux, mais comme il se rend compte tout de suite que le coup était supportable, il les rouvre et regarde l’objet resté sur son livre.

              C’est une poupée, une étrange poupée, qui sûrement n’est pas de Paris ni même de France. Visage taillé en plein bois, jambes et bras de même matière, robe de soie jaune et rouge, mantille de dentelle noire retenue sur la tête par une rose. C’est une poupée portant le costume d’un pays. Titi a vu un jour, dans une vitrine d’un grand magasin, des poupées de toutes les contrées du monde ; d’où vient-elle, celle-là, qui l’a envoyée sur la tête de Titi ? Ce n’est pas Pilou, il a quitté la rue en ayant assez, lui aussi, de jouer seul.

              Machinalement Titi, tenant la poupée dans ses mains, lève la tête et regarde le premier étage de la maison d’en face. Sur le balcon une femme en blanc, celle que le valet de chambre appelle la nurse, le regarde et lui fait des signes. Immédiatement, Titi comprend - la poupée, d’origine espagnole, appartient à la petite princesse, mais pourquoi l’a-t-elle lancée dans la rue ?

 

Ce texte est extrait du livre : Titi la carotte et sa princesse, écrit par T. Trilby. Vous pouvez le lire, il est passionnant. On peut se le procurer uniquement en écrivant aux Éditions du Triomphe, 7 rue Bayen, 75017 Paris. Tel. : 01 40 54 06 91.

 

Méthode pour répondre à des questions :

 

Vous devez faire des phrases complètes en reprenant la question ; on cherche dans le texte des mots pour justifier la réponse. Les mots du texte sont mis entre  guillemets.

 

Exemple :

Question : Titi est - il captivé par sa lecture ? 

Réponse :  Oui, Titi est captivé par sa lecture puisqu’il lit « avec une grande attention ». Les réponses : « oui » ou « avec attention » ne conviennent pas.

 

Répondre aux questions suivantes :

 

1. Donner un détail montrant que Titi est captivé par son livre.

2. La petite voisine de l’immeuble d’en face est une princesse. Qu’est-ce-qui montre qu’elle est riche ?

3. Pourquoi la poupée est-elle une poupée particulière ?

 

Réponses :

1.______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2._____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

3._____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

JEUDI 1re semaine

 

ORTHOGRAPHE

 

Dictée : Le moniteur de ski de la station aide avec bonne humeur skieurs et skieuses. Il s’occupe bien d’eux. Il surveille leurs gestes avec attention. Une tempête et de lourds nuages arrivent. Pour éviter une descente difficile et un accident, il prend la décision de rejoindre tout de suite le chalet d’accueil. Ils arrivent sans dommage.

 

CESE OU S’ ?

 

Se ou s’ est un pronom personnel qui accompagne un verbe.

Exemple : Il se lève. (verbe se lever). Elle se lave les dents.(verbe se laver

 

Ce est un déterminant (adjectif  démonstratif) ou pronom démonstratif

Exemple : Ce chien. Ce que je vois.

Ce exprime quelque chose qu’on veut montrer.

 

Quand on hésite entre ce ou se, on peut se dire :

Est-ce que se  accompagne un verbe ? Si l’infinitif du  verbe est (se...........) ou (s’ ..........) alors j’écris se ou s’.

 

Si  ce  accompagne un nom, c’est un adjectif démonstratif. On écrit alors  ce. Exemple : Ce chat.

 

Si ce accompagne un verbe ou un autre mot et qu’on peut le remplacer par cela, alors il s’écrit ce : c’est un pronom démonstratif. Exemple : Ce sera bien.

 

Exercice : mettre ce ou se ou s’.

 

Les arbres du verger ......... couvrent de fleurs. L’oiseau ......... perche sur le toit de la maison. ......... que tu me dis ne m’étonne pas. De gros nuages gris ......... amoncelaient à l’horizon. ......... journal est bien illustré. Il ......... attend à ......... que je vienne. Le chat ......... cache derrière la malle. Les enfants ......... amusent pendant que leurs parents ......... promènent. J’aime la couleur de ......... manteau. ......... sont les lapins qui ont creusé ces terriers. .........  vélo ......... range au garage.

 

 

CONJUGAISON

 

Apprendre par cœur le passé composé des verbes du 1er groupe :

 

marcher                           lancer                       aller

 

j’ai marché                        j’ai lancé                    je suis allé

tu as marché                     tu as lancé                tu es allé

il a marché                        il a lancé                    il est allé

nous avons marché          nous avons lancé    nous sommes allés

vous avez marché            vous avez lancé         vous êtes allés

ils ont marché                   ils ont lancé               ils sont allés

 

Exercice : mettre au passé composé.

Nous (aller) ................................... à la campagne. Je (marcher) ................................... devant. Le chemin (surplomber) ................................... le torrent qui s’étirait au fond de la gorge. Nous (peiner) ................................... depuis deux heures sous un soleil écrasant. Mon père (proposer) ................................... une pause car il (transpirer) ................................... à grosses gouttes. « Installez-vous, (crier) ................................... mon père. Une bouteille de limonade s’est échappée des mains de ma soeur et (rouler) ................................... dans le ravin. Juste après, des hurlements (éclater) .................................... . Nous avons été effrayés. Ma mère (attraper) ................................... les jumelles et (regarder) .................................... puis (passer) ...................................  la longue vue aux autres. « Devines-tu qui habite là-bas ? » Je (regarder) ................................... et j’ai aperçu une meute de louveteaux en train de construire un campement. « Vous vous êtes  inquiétés pour rien, dit ma mère ».

 

Apprendre le passé composé des verbes suivants :

 

avoir

j’ai eu

tu as eu

il a eu

nous avons eu

vous avez eu

ils ont eu
 

être

j’ai été

tu as été

il a été

nous avons été

vous avez été

ils ont été
 

finir

j’ai fini

tu as fini

il a fini

nous avons fini

vous avez fini

ils ont fini

 

GRAMMAIRE : accorder les adjectifs en genre (masculin/féminin) et en nombre (singulier/pluriel) :

 

le (petit) ................................    buisson.

une fille ................................ (chanceux).

la main (vert) ................................ 

 

 

 

 

Échantillons du cours de français vers la 4e

 

JEUDI 1re semaine

 

 

 

 

RÉDACTION : MÉTHODE DU SUJET D’IMAGINATION

 

 

1) Lecture du sujet : je lis attentivement le sujet 3 à 4 fois, je souligne les mots importants.

 

2) Idées : je note rapidement les idées qui me viennent à l’esprit puis je cherche toutes les idées possibles.

 

3) Vocabulaire : je note du vocabulaire, des tournures utilisables en fonction du thème.

 

4) Plan : deux ou trois parties regroupent les idées jetées précédemment au hasard (vérifier que le plan traite le sujet).

 

5) Introduction : au brouillon, 5 lignes environ. On peut évoquer les personnages (qui ?), le lieu (où ?), l'époque (quand ?), le sujet (quoi ?) Je la recopie ; je ne donne jamais de titre au devoir.

 

6) Développement : on doit mettre : description (personnage, lieu, climat…), action (péripéties, personnages secondaires, …), psychologie (sentiments, portraits moraux, caractères…)

 

Il faut faire attention au temps (ne pas changer de temps sans raison), aux répétitions, aux pronoms (ils doivent suivre un nom cité précédemment).

 

7) La conclusion : au brouillon, 5 lignes ; évoquer le dénouement, le destin des personnages, ne jamais écrire fin ou signer.

 

8) Allure générale :

 

Chaque paragraphe commence par un alinéa (retrait de 2 carreaux)

 

introduction

je saute deux lignes

 

paragraphe

            je saute une ligne

paragraphe

je saute deux lignes

 

conclusion

 

9) Relecture : on fait attention à la terminaison des verbes, au choix des temps, à la ponctuation, aux répétitions.

 

 

Pour réussir une rédaction, il faut avoir quelque chose à dire et le dire bien. Le vocabulaire est essentiel. La rédaction du devoir portera sur le monde maritime. Le texte et le vocabulaire vont vous y préparer.

 

Le port de Marseille

 

C'était à perte de vue un fouillis de mâts, de vergues, se croisant dans tous les sens. Pavillons de tous les pays, russes, grecs, suédois, tunisiens, américains. Dans l'enchevêtrement des vergues, des nuées de mouettes faisant de jolies taches sur le ciel bleu, des mousses qui s'appelaient dans toutes les langues. Sur le quai, au milieu des ruisseaux qui venaient des savonneries, verts, épais, noirâtres, chargés d'huile et de soude, tout un peuple de douaniers, de commissionnaires, de portefaix.

 

Partout un encombrement prodigieux de marchandises de toute espèce : soieries, minerais, trains de bois, saumons de plomb, draps, sucres, caroubes, colzas, réglisses, cannes à sucre. L'Orient et l'Occident pêle-mêle.

 

Là-bas, sur le quai au blé, les portefaix déchargeaient leurs sacs sur la berge, du haut de grands échafaudages. Le blé, torrent d'or, qui roulait au milieu d'une fumée blonde. Plus loin, le bassin de carénage, les grands vaisseaux couchés sur le flanc et qu'on flambait avec des broussailles pour les débarrasser des herbes de la mer, les vergues trempant dans l'eau, l'odeur de la résine, le bruit assourdissant des charpentiers doublant la coque des navires avec de grandes plaques de cuivre.

 

Parfois, entre les mâts, une éclaircie. Des navires qui s'en allaient en courant, toutes voiles dehors. D'autres là-bas, bien loin, qui arrivaient lentement, dans le soleil, comme en l'air.

                                                       A. Daudet, Tartarin de Tarascon.

 

Une vergue : barre placée horizontalement sur un mât pour soutenir la voile.

Un pavillon : drapeau d'un bateau

Un mousse : un jeune matelot

Un portefaix : un porteur

Le carénage : action de caréner, c'est-à-dire nettoyer, peindre ou réparer la carène d'un navire

La carène : partie immergée de la coque d'un navire (en dessous de la ligne de flottaison)

 

 

Le Vieux-Port de Marseille

 

 

 

Au sommet de la colline, se trouve l’Église Notre-Dame de la Garde, souvent surnommée « la Bonne Mère ». En 1870, on érigea la statue monumentale de la Vierge qui surplombe le clocher. Elle mesure 11,2 mètres de haut et pèse 9 796 kg. Recouverte de feuilles d’or, elle est redorée tous les vingt-cinq ans environ. Une photographie de la statue se trouve en page de couverture. Deux millions de personnes visitent ce sanctuaire tous les ans.

 

Chapitre 4 - devoir

 

I – DICTÉE

 

    Nous avons, en haut, sous le toit, une grande pièce de débarrasqu’on appelle la « pièce aux vieux objets ». Tout ce qui ne sert plus est jeté là. Souvent j’y monte et je regarde autour de moi. Alors je retrouve un tas de riens auxquels je ne pensais plus et qui me rappellent un tas de choses. Et je vais de l’un à l’autre avec de légères secousses au cœur. Je me dis : « Tiens, j’ai brisé cela le soir où Paul est parti pour Lyon. » Ou bien : « Ah ! voilà la lanterne de maman, dont elle se servait pour aller au salut, les soirs d’hiver. »

       Il y a même des choses qui ne disent rien, qui viennent de mes grands-parents... Personne n’a vu les mains qui les ont maniées, ni les yeux qui les ont regardées.

 

Note : "Aller au Salut" veut dire aller au Salut du Saint Sacrement, cérémonie qui a lieu à l'église.

 

II - Questions de grammaire

 

Donner la fonction des mots soulignés.

 

III - Rédaction (dans le cours, le vocabulaire lié au château d'Écouen a été étudié)

 

Le Roi de France Henri II rend visite au connétable Anne de Montmorency dans son château d'Ecouen. Le Roi découvre la magnifique demeure. Décrire le château en racontant la visite.

 

A savoir : - Un connétable est le commandant suprême de l'armée.

                - Anne de Montmorency est un homme qui a pris comme prénom le nom  de sa marraine, Anne de Bretagne.

 

Conseil : - utiliser le vocabulaire appris dans le cours et dans les exercices.

               - ne pas oublier que  la scène se passe au XVIe siècle.

 

 


EXTRAIT DE "VERS LA 1re FRANÇAIS"

 

 

 

CHAPITRE 7 - COURS : LE THÉATRE

 

 


 

LA COMÉDIE AVANT MOLIÈRE

 

 

Début de la section à apprendre par cœur

 

I - La commedia dell’arte italienne

 

          Il s’agit d’un genre de comédie, né en Italie dans la deuxième moitié du XVIe siècle, où les acteurs improvisent sur un simple canevas. Cela est assez facile car :

          - l’histoire est souvent la même : un valet rusé, un mariage dont ne veut pas le père qui est stupide,

          - chaque personnage est un type : l’Ingénue (jeune fille naïve), le Scapin (valet rusé), le Léandre (jeune homme amoureux), etc.

          - la pantomime (= le mime), les jeux de scène (ex. : coups de bâton) sont fréquents.

 

Lecture : vous pouvez lire Le Capitaine Fracasse de T. Gautier (Vous pouvez prendre une édition abrégée si vous avez du mal à lire). Ce roman du XIXsiècle évoque ce théâtre.

 

II - La farce française

 

          Au XVe, XVIe siècle, la farce présente trois ou quatre personnages avec une intrigue simple et un renversement final (du type trompeur-trompé). Les thèmes sont ceux du quotidien (vol, adultère, querelles de ménage). On insiste sur l’exagération bouffonne, on parle de comique farcesque (= gros comique, bien lourd).

 

Lecture : vous pouvez lire La farce de maître Pathelin (traduite en français moderne)

 

 


 

Molière

 

[...]

 

 

 


 

LA TRAGÉDIE AU XVIIe SIÈCLE

 

I - Les acteurs :

 

Comme de nos jours les acteurs sont groupés en troupes ; trois d’entre elles sont célèbres : l’hôtel de Bourgogne, le théâtre du Marais, les comédiens italiens. En 1680, ces trois troupes s’unirent pour former une société qui existe encore : la Comédie Française.

 

Début de la section à apprendre par cœur :

 

II - Les règles du théâtre classique :

 

La tragédie (avec notamment Corneille  et Racine) est soumise à des règles :

1. une pièce devait se dérouler en cinq actes

2. être écrite en vers, 

3. la règle des trois unités : unité de temps (se passer en un jour), unité de lieu (dans un seul lieu), unité d'action (ne présenter qu’une action.)

4.  la vraisemblance : tous les événements doivent s'enchaîner logiquement selon une logique des caractères. Pas d'événements artificiels.

5.  les "bienséances" exigent que le sang ne soit pas versé sur la scène. Pas de choses inconvenantes sur scène. Ainsi la tragédie classique ne représente pas les combats sur scène : on en rend compte avec des récits.

 

À suivre ces règles la tragédie a gagné :

- en dignité : elle s’écarte résolument du mélodrame,

- en portée : dans la tragédie classique, à la différence du drame romantique, on ne trouve pas de confusion entre action et spectacle ; nous ne vibrons pas au spectacle d'événements extérieurs, mais devant leur répercussion dans l’âme des personnages. Un beau récit de bataille nous impressionne beaucoup plus que la rencontre sur la scène de deux troupes de figurants (quelques vers de Racine parlent beaucoup plus à notre imagination qu’un pauvre poignard de carton).

 

Les règles du théâtre classique ne sont pas des procédés infaillibles pour produire des chefs-d’œuvre. Mais elles ont aidé l’art classique à prendre conscience de lui-même et à se réaliser. Enfermée dans le réseau des unités et des bienséances, la tragédie se resserre et s’intériorise, gagne en profondeur, révélant ainsi son caractère essentiel, qui est de placer « les événements hors du temps et de l’espace, dans le cœur humain ». Les règles sont le creuset d’où est sortie la tragédie classique.

 

LE DRAME ROMANTIQUE : XIXe siècle

 

« Le combat à mort est entre le système tragique de Racine et celui de Shakespeare ». Cette déclaration de Stendhal dans l’essai Racine et Shakespeare en 1823 situe bien le débat. La scène française reste à l’époque dominée par le modèle de la tragédie classique, porté à sa perfection par Racine au XVIIe siècle. Mais les jeunes écrivains ont lu les pièces de Shakespeare et les drames historiques de l’Allemand Schiller et trouvent ce théâtre infiniment plus libre et plus vivant, mieux accordé à la sensibilité nouvelle que la tragédie classique. Ils rêvent de donner à la France l’équivalent de telles oeuvres. Pour cela, ils inventent, à l’opposé du modèle classique, un genre nouveau : le drame romantique.

 

I -  Les œuvres : V. Hugo : Ruy Blas, Hernani

                            Vigny : Chatterton.

 

II - Théorie du drame romantique

 

    Les dramaturges romantiques veulent peindre la réalité des choses, des êtres et refusent le côté artificiel du théâtre classique (qui aime les sujets mythologiques par exemple). Deux préfaces, celle de Hugo pour son drame Cromwell (1827) et celle de Vigny pour son adaptation de l’Othello de Shakespeare (1829), définissent le drame romantique dans ses sujets, sa structure, son style.

 

Résumé des principales idées de la Préface de Cromwell :

 

[...]

 

 

          2) La structure. Les romantiques libèrent le théâtre des règles dans lesquelles l’enfermait la doctrine classique, en particulier celle des trois unités (temps, lieu, action).

          L’unité de temps et l’unité de lieu sont refusées : se limiter à un décor unique et resserrer l’action en une journée, ce serait pour les romantiques renoncer au but même du drame qui est la recréation d’une époque et d’un destin. On multipliera au contraire les décors ; on étalera l’action sur des mois, voire des années.

          L’unité d’action est repensée : l’unité de la tragédie classique, c’est l’unité d’une crise saisie dans sa phase ultime. L’unité du drame romantique, c’est l’unité d’un vaste mouvement qui mêle plusieurs destins et admet donc des actions secondaires.

 

 

          3) Le style. Quel sera le ton du drame ?

          Le mélange des genres : le théâtre classique séparait les genres : tout le côté trivial ou comique de l’existence avait droit de cité dans la comédie, genre bas, mais était absolument banni de la tragédie, genre élevé. Pour les romantiques, ces barrières sont absurdes : le drame doit refléter la vie totale. Selon Hugo, l’homme est double : il y a la part corporelle, qui est « grotesque », c’est-à-dire comique et laide à la fois ; et il y a la part spirituelle, qui est « sublime », c’est-à-dire sérieuse et belle. Pour peindre l’homme entier, corps et esprit, le drame doit mêler le grotesque et le sublime

          Le drame sera-t-il écrit en vers ou en prose ? Les romantiques hésitent sur ce point, mais tous s’accordent sur la nécessité de renouveler le langage dramatique, de lui redonner force et vigueur, d’en finir avec la musique monotone des alexandrins de la tragédie classique. Certains le font en renonçant au vers (Vigny) ; d’autres en brisant le rythme de l’alexandrin régulier (Hugo).

          En 1830, Hernani (pièce de V. Hugo) fit scandale. C’est la bataille d’Hernani. Il fallait choisir son camp, être pour ou contre le théâtre romantique.

 

  

LA MISE EN SCÈNE

 

 

Avant la fin du XIXe siècle, la mise en scène n'existe pas en tant que tâche autonome nécessitant une créativité spécifique : la représentation met en jeu divers savoir-faire (concernant les décors, le jeu de l'acteur, etc.) relativement indépendants les uns des autres et appliqués indifféremment à toutes les oeuvres.

Au XIXe siècle, le directeur de la troupe est souvent l'acteur principal. Il s'occupe de la régie et de la coordination du spectacle. Jusqu'à la fin du XIXe, le directeur de la troupe ou du théâtre assurera souvent ce rôle de régisseur, relayé parfois par l'auteur de la pièce ou par un ancien acteur. On sait, par exemple, que Racine dirigea les grands interprètes de ses pièces, que Victor Hugo,  choisissait ses acteurs et tentait de limiter les caprices des monstres sacrés. Victor Hugo se préoccupait aussi, comme Alexandre Dumas, des décors et de tous les accessoires destinés à créer la couleur locale.

 

          Depuis le début du siècle, il y a 2 grands courants de la mise en scène :

[...]

 

Extrait de vers le CE2 maths

 

NB : ce blog n'accepte pas la mise en page et les illustrations telles qu'elles sont dans le fascicule ; le cours a donc une meilleure présentation. 

 

 

LUNDI 3e  semaine

 

 

Je copie les nombres de 200 à 300, de 5 en 5 :

______________________________________________________________________________________________________________________

 

______________________________________________________________________________________________________________________

 

______________________________________________________________________________________________________________________

 

______________________________________________________________________________________________________________________

 

Je complète :

 

· de 10 en 10 :

200 - ..... - ..... - ..... - ..... - ..... - ..... - ..... - ..... - ..... - ..... .

 

Additions avec ou sans retenue:

 

 

   1 5 3

+    3 6

   ........

 

    1 4 3

+     4 3

   .........

 

   1 1 9

+    7 5

  .........

 

   1 8 6

+    5 6

   ........

 

   1 5 7

+    3 6

   ........

 

    1 6 6

+     5 8

   .........

 

   1 0 9

+    9 5

  .........

 

   1 7 7

+    5 7

   ........

 

Soustractions sans bûchettes, la méthode intitulée : "pour aller jusqu'à..."

 

     A présent l'enfant doit apprendre la méthode qui lui permettra de se passer de bûchettes pour la soustraction. Nous l'intitulerons : "la méthode "pour aller jusqu'à..."

 

Méthode :

Procéder colonne après colonne. On commence donc par la colonne de droite.                    

Exemple : 

   2  5

 -     3

On commence toujours par chiffre du bas de la colonne.

On dit : "3... pour aller jusqu'à 5" ! On cogne ensuite le poing refermé en disant : "3 !". Puis on déplie les doigts progressivement en disant : "4 !" en dépliant le pouce, puis : "5 !" en dépliant l'index. On regarde ensuite ses doigts pour voir combien on en a déplié. On voit qu'on en a déplié deux. On note donc, sous la colonne de droite : 2.

On passe ensuite à la colonne de gauche et l'on voit qu'il n'y a rien en bas. Rien, c'est la même chose que 0. On dit donc : "0... pour aller jusqu'à 2 !". On cogne donc le poing refermé en disant :"0 !". Puis on déplie les doigts progressivement en disant : "1 !" en dépliant le pouce, puis : "2 !" en dépliant l'index. On regarde ensuite ses doigts pour voir combien on en a déplié. On voit qu'on en a déplié deux. On note donc, sous la colonne de gauche : 2.

 

 

Remarque importante : votre enfant va probablement au début s'embrouiller avec la méthode du poing cogné pour l'addition. Ne vous en inquiétez pas, c'est normal. Son intelligence rentre dans une phase nouvelle d'apprentissage un peu délicate. Elle va devoir apprendre à jongler entre les deux méthodes. Il faut aider l'enfant à distinguer les deux méthodes en lui disant : dans la méthode du poing cogné pour l'addition, tu notes en bas de la colonne, non pas le nombre de doigts que tu rajoutes et que tu vois dépliés, mais  le nombre que tu dis tout haut en dernier. Par exemple : 6 + 3. Tu cognes ton poing fermé en disant : "6 !", tu sais déjà à l'avance que tu vas déplier 3 doigts et c'est le dernier chiffre que tu as dit à voix haute que tu écris : 9.

 

Dans l'addition, tu écris ce que tu dis tout haut... Tandis que dans la soustraction, tu écris, non pas ce que tu dis tout haut, mais ce que tu vois sur tes doigts.

 

 

Soustractions sans retenue , avec la méthode : "pour aller jusqu'à".

 

 

  1 8 7

- 1 3 4

  ........

 

   1 8 9

-     3 3

   ........

 

   1 9 6

-  1 4 0

  .........

 

   1 8 6

-     4 0

  .........

 

   1 9 8

-     3 4

  .........

 

   1 8 5

-     5 4

   ........ 

 

   1 4 3

-     2 1

   ........

 

  1 8 4

-    8 0

  ........             

 

Problèmes :

 

J'ai 159 € dans mon porte-monnaie. J'achète un bijou qui coûte 43 €. Combien d'euros  me reste-t-il après cela ?

 ______________________________                   ..................

 

                                                                       ....     .................

 _______________________________

                                                                                                                                                  ...................

 

J'ai 198 bonbons. J'en donne 92. Combien m'en reste-t-il ?

 _____________________________                  ..................

 

                                                                      ....    .................

 _______________________________

                                                                                                                                                                                                                                                                                                           ...................

                                                                           

 

Extrait de vers la 2de maths

 

 

CHAPITRE 2

 

 

   LUNDI 2semaine

 

 

La factorisation

 

On a appris à développer, c'est-à-dire à passer d'un produit à une somme :

Exemple : 2(X + 3) = 2X + 6

 

Factoriser, c'est partir d'une somme pour arriver à un produit. Voici comment on procède :

Exemple : factorisons 2X + 6

 

—Repérer les termes : ils sont séparés par le signe  +  ;  ici, il y a le terme 2X et le terme 6

 

—Chercher le facteur commun à chacun de ces termes. Le faire apparaître et le souligner :

2X + 6 = 2X + 3 x 2          Dans chaque terme, on peut souligner 2

 

—Mettre le facteur commun devant la parenthèse : 2(                  )

 

—Mettre dans la parenthèse ce qui reste :

= 2 x X + 3 x 2

= 2 x(X + 3)

= 2(X + 3)

 

Je peux développer pour vérifier si je retrouve l'expression de départ :

2(X + 3)

= 2X + 6

 

Exercice 1 : entourer les termes (les termes sont séparés par un + ou un -)

Exemple : 14X  - 21    les termes sont 14X et 21

 

 

A. 4X - 6

B. 3 - 9X

C. 33X - 11

D. 20X - 15

E. 5 + 10X - 5y

 

Exercice 2 : dans chaque terme, souligner le facteur commun. Le faire apparaître au préalable si besoin.

Exemple : 14X - 21 = 2 x 7X - 3 x 7

 

A. 4X - 6 = ...............................................

B. 3 - 9X = ...............................................

C. 33X - 11 = ...........................................

D. 20X - 15 =...........................................

E. 5 + 10X - 5y =......................................

 

Exercice 3 : après avoir corrigé l'exercice précédent, factoriser les expressions

Exemple :   14X - 21 = 2 x 7X - 3 x 7 = 7(2X - 3)

 

A. 4X - 6 = ...............................................

B. 3 - 9X = ...............................................

C. 33X - 11 = ...........................................

D. 20X - 15 =...........................................

E. 5 + 10X - 5y =......................................

 

Exercice 4 : après avoir corrigé l'exercice précédent, développer les résultats pour retrouver l'énoncé et ainsi vérifier vos factorisations.

 

Exemple :    7(2X - 3) = 14X - 21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour factoriser avec de nombreux termes, je procède de même :

 

 

Exemple : 4X2 + 2X + 10                                       

Il y a 3 termes : 4X2 ; 2X ; 10

Le facteur commun est 2 : 2 x 2 x X2 + 2 x X + 2 x 5                      

                                       = 2(2X2 + X + 5)

 

Exercice 5 : factoriser

 

 

A. - 10X 2 + 5X - 25

= .....................................

= .....................................

 

B. 16X - 12X2 - 40

= .....................................

= .....................................

 

C. 4X + 7X + 10X

= .....................................

= .....................................

= .....................................

 

Savoir mettre des crochets

 

 

 

Exemple 1 : je veux factoriser 3(12 - X) - 6(X - 5)

Il y a 2 termes 3(12 - X) et 6(X - 5) ; les 2 termes sont séparés par le signe -

Le facteur commun est 3 : 3(12 - X) - 2 x 3(X - 5)

Je factorise ainsi :             3[(12 - X) - 2(X - 5)]

Je développe et réduis le crochet = 3(12 - X - 2X + 10) = 3(- 3X + 22)

 

Exercice 6 : factoriser

 

 

A. 8(X  - 1) - 4(2X + 1)

= ...............................................................

= ...............................................................

= ...............................................................

= ...............................................................

 

B. 15(2X - 5) + 5(3 X - 2)

= ...............................................................

= ...............................................................

= ...............................................................

 

C.  (X - 1) (2X - 5) - 3(X - 1)

= ...............................................................

= ...............................................................

 

   D. (X - 1) (2X - 5) - (X + 7)(2X - 5)

= ...............................................................

= ...............................................................

= ...............................................................

= ...............................................................

 

Savoir utiliser les puissances

 

 

Exemple 1 : factoriser 2X2 - 7X

Il faut se souvenir que X2 = X x X

Je souligne dans chaque terme le facteur commun : c'est X

2X2 - 7 X

2 x X x X - 7 x X

X(2X - 7)

 

Exemple 2 : 2(X - 1)2 - 7(X - 1)

= 2(X - 1)(X - 1) - 7(X - 1)

Je souligne dans chaque terme le facteur commun : c'est X - 1

= 2(X - 1)(X  - 1) - 7(X -1)

= (X - 1)[2(X - 1) - 7]

= (X - 1)(2X - 2 - 7)

= (X - 1)(2X - 9)

 

Exercice 7 : factoriser

 

 

   A. X3 - 7X 2

= ....................................

= ....................................
 

   B. 2(X + 1)2 - 7(X + 1)

= ....................................

= ....................................

= ....................................

= ....................................

 

   C. X2 - 8X

= ....................................

= ....................................

 

 

Extrait de vers la 4e : anglais

 

CHAPITRE 5

 

 

LUNDI 5e semaine

 

Vocabulaire du texte ci-dessous

 

Dès qu’il y a une liste de vocabulaire, il faut l’apprendre oralement et par écrit afin d’éviter les fautes d’orthographe.

 

leukodystrophy : leucodystrophie, maladie génétique conduisant à la paralysie

a wish child : un enfant malade dont l'association a réalisé le vœu

to book : réserver

to fulfil : réaliser, on double le "l" au passé, I fulfilled.

once : une fois

a wheel : une roue

a wheelchair : un fauteuil roulant

to glide : glisser

a carpet : un tapis

somewhere : quelque part

a wish : un vœu, un souhait

to settle in : s’installer

to make somebody welcome : réserver un bon accueil, bien accueillir

even though : bien que

still : quand même, cependant

to be able to : pouvoir

the grounds : le parc

to end : finir

the end : la fin

warm : chaud, chaleureux

the staff : le personnel

wherever (de where et ever ) : où, où donc, où que

     - adv (in questions) où donc, Wherever have you been ? Où donc étais-tu?

   - conj, où que, I hope that wherever they are now, they are togetherJ'espère que, où qu’ils soient maintenant, ils sont ensemble.

finally : finalement, enfin

 

Ecouter le CD en suivant avec le texte anglais ci-dessous :

 

TEXTE (CD plage 13) : Zabiha’s wish : staying in a lovely hotel !

 

Texte extrait d’un journal de la Fondation Make A Wish, Fondation qui vient en aide aux enfants malades en réalisant leur souhait.

 

NB : Dans le cours, le texte et sa traduction sont présentés en colonne en vis-à-vis

 

1. Zabiha Yasin is 11 years old and lives with Leukodystrophy. She comes from Manchester and lives with her sister Maliha, who is also a wish child, her parents and grandparents. Zabiha has not been on holiday for a long time but she remembers once staying in a nice hotel where her wheelchair could glide on the carpet. So it was no surprise that for her wish Zabiha wanted to stay somewhere special.

 

1. Zabiha Yasin est âgée de 11 ans et vit avec la leucodystrophie. Elle vient de Manchester et vit avec sa sœur, Maliha qui est aussi une « wish child » (voir vocabulaire), ses parents et grands-parents. Zabiha n'a pas été en vacances depuis longtemps, mais elle se souvient une fois restant dans un bel hôtel où son fauteuil roulant pouvait glisser sur le tapis. Aussi, ce n’était pas une surprise que, pour son vœu, Zabiha veuille rester dans un endroit spécial.

 

2. Zabiha's wish began with her Dad driving them all to Scotland to the beautiful place of Crieff Hydro. An adapted bedroom and an adjoining double bedroom had been booked for the family and they settled in and had a fabulous dinner.

 

2. Le souhait de Zabiha a commencé avec son papa les conduisant tous en l'Ecosse au bel endroit de Crieff Hydro. Une chambre adaptée et une chambre double attenante avaient été réservées pour la famille et ils se sont installés et ont eu un dîner fabuleux.

 

3. The following day, they went to see the magnificent gardens of Castle Drummond. The people working there did everything possible to make Zabiha welcome and even though she and her sister were in their wheelchairs, they were still able to explore the beautiful grounds. Zabiha was smiling long after her visit.

 

3. Le jour suivant, ils sont allés voir les magnifiques jardins du château de Drummond. Les gens travaillant là firent tout leur possible pour accueillir Zabiha et bien qu’elle et sa sœur soient dans leurs fauteuils roulants, elles pouvaient cependant explorer les beaux jardins. Zabiha souriait longtemps après sa visite.

 

4. After another lovely night at Crieff, the family continued their holiday by going to Dundee. The journey ended with a visit to Scone Palace. Again she was given the warmest welcome.

 

4. Après une autre nuit agréable à Crieff, la famille a continué ses vacances en allant à Dundee. Le voyage s'est terminé par une visite à Scone Palace. De nouveau, elle a reçu le plus chaleureux accueil.

 

5. At Dundee, Zabiha had her wish fulfilled to stay in the Apex City Quay Hotel, where once again the staff made her feel very special. They stayed two nights there and Zabiha could glide over the carpets in her wheelchair wherever she wanted.

 

5. A Dundee, Zabiha eut son vœu exaucé de rester dans l'Hôtel Apex City Quay, où une fois de plus le personnel lui a rendu son séjour très spécial. Ils sont restés deux nuits là-bas et Zabiha pouvait glisser sur les tapis dans son fauteuil roulant où elle voulait.

 

6. Finally it was time for Zabiha to go back home full of happy memories of her magical holiday.

 

6. Enfin, il était temps pour Zabiha de rentrer à la maison pleine de souvenirs heureux de ses vacances magiques.

Rappel : la colonne de droite n’est pas une traduction en bon français mais une aide pour apprendre l’anglais.

Etudier la traduction et la prononciation avec le CD.

 

 

 

 

Drummond Castle was built on a rocky outcrop by John, 1st Lord Drummond. The 2nd Earl, a Privy Councillor to James VI and Charles I, succeeded in 1612 and is credited with transforming both the gardens and the castle.

 

Vocabulaire des questions ci-dessous

 

disabled, adj (de dis qui signifie la négation et able, pouvoir) : handicapé

a disability : une infirmité

a surname : nom de famille

a hometown : ville natale

a first name : prénom

on one’s own : tout seul. Cette expression se conjugue selon la personne qui s’exprime :

on my own

on your own

on his/her own

on our own

on your own

on their own

She lived on her own. Elle vivait seule.

We can't solve this problem on our ownNous ne pouvons pas régler ce problème tout seuls.

the first time/the second time/the third time : la 1re fois/2e fois/3e fois

to enjoy : aimer au sens d’apprécier

Scottish : écossais

holiday : vacances

to go on holiday : partir en vacances

to be on holiday : être en vacances

an answer : une réponse

to answer : répondre

 

COMPRÉHENSION DU TEXTE

 

Faire ces exercices de compréhension du texte en évitant de consulter la colonne de droite en français.

 

Exercice 1 : Zabiha est une petite fille qui a une maladie invalidante appelée Leucodystrophie. Vous devez préparer un exposé et pour celui-ci vous avez besoin des renseignements suivants :

 

• Her surname : …………………………..…………………………….

• Her age : ……………………………………………………………….

• Her hometown : ……………………………………………………….

• Her sister's first name : ……………………………………………….

• Her disability : ……………………………………………….…..…….

• Her wish : ………………………………………………….….……….

 

[...]

 

© Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

34660 Cournonsec

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 
Repost 0
Published by Frederique Dollie - dans 8.3 Extraits de cours
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 20:35

APPRÉCIATIONS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES SUR LE COURS


Quelques témoignages de parents d'élèves de primaire


« Nous étions très pessimistes à la sortie du CM1 et nous pensions que Martin ferait, en français, un CM2 catastrophique et, en fait, en comblant ses lacunes, le cours l'a remis sur les rails et il a fait un CM2 brillant. Compte tenu des excellents résultats obtenus avec les cours de français (pour Martin) et d'anglais (pour E.) l'année dernière, ils ne résistent pas à l'envie de reprendre cet été ! »

 

« Le cours est remarquablement bien fait et les devoirs aussi. Cela permet à l'enfant de voir ses lacunes et ses points forts au retour des devoirs. Ce qui a été intéressant, c'est que je n'avais pas remarqué sa faiblesse en orthographe pendant l'année scolaire », Mme N., Vers le CM1

  

« C'est le meilleur cours que je connaisse pour l'instant ; j'en connais plusieurs ayant scolarisé mes enfants à la maison jusqu'à l'année dernière », Mme E., Vers la 6e.


«  Bravo pour ces devoirs intelligents et instructifs qui ont bien fait progresser Camille qui, en plus, les a faits sans rechigner, consciente qu'ils lui apportaient quelque chose. Ce n'était pas le cas les années précédentes ! Merci Beaucoup » ; Madame de S., maman de Camille, Vers la 6e.


« Sachez que nous sommes très satisfaits de ces devoirs de vacances qui leur ont permis de connaître leurs lacunes puis, grâce aux méthodes que vous leur indiquez, d'y remédier », M. et Mme D. S., Vers le CM2, français.


« Merci pour la correction qui donne envie à Luc de faire de son mieux », Mme R., Vers le CE1

 

« J'ai particulièrement apprécié tout ce qui concerne l'analyse grammaticale et la rédaction que Louis n'avait absolument pas vues cette année. Bravo ! », Mme M., Vers la 6e.

 

« Merci pour la qualité des cours bien aérés et écrits en gros caractères », Mme G. Vers le CE2

 

Quelques témoignages de parents d'élèves de collège

 

« Mes enfants ont tiré beaucoup de profit de vos cours. Marie-Alix surtout en français, qui après des années de collège avec des enseignants médiocres, a pu prendre la tête de la la classe de 3e, avec un professeur exigeant. Pour Louis-Marie, 1er de sa classe toute l'année en anglais, vos cours l'ont aidé à aimer cette matière qui le rebutait. » Mme T.

  

« Marie-Reine, ayant choisi allemand en 1re langue, a dû faire anglais en LV2, sachant qu'elle serait, dès la 3e avec ceux de LV1. Grâce au Cours Saint Expédit (Anglais : Vers la 6e et vers la 5e, qu'elle n'a pourtant pas encore terminé) elle a fait des progrès étonnants, aux dires de son professeur d'anglais. Merci au Cours Saint Expédit pour leur cours structuré, encourageant, et qu'un enfant peut suivre en parfaite autonomie. C'est précieux. » Mme T, maman de Marie-Reine, 12 ans.

 

« Merci pour ces cours qui ont permis à Pauline de reprendre confiance dans le français. » Mme D.


« Cours très clairs et juste assez longs pour ne pas décourager l'enfant ; merci » Madame R., maman de Mickael, Vers la 5e.


« Des corrections de rédactions qui vont au-delà des notes et sont l'occasion de conseils avisés, de remarques détaillées et de notifications qui toutes lues et étudiées par l'enfant avec les parents amènent l'enfant à davantage de progrès. », Mme d'A., vers la 4e


« Merci pour le soin apporté à la correction de ces devoirs qui ont aidé Erwan à structurer ses connaissances » Madame L., maman de Erwan, Vers la 5e.


« Le simple fait d'avoir à renvoyer des devoirs a permis à notre fils une régularité dans son travail. Nicolas a beaucoup apprécié la possibilité de vous contacter par téléphone, ce qui renforce les liens, rassure et encourage. De plus, il s'est senti responsable de son travail qu'il n'a d'ailleurs pas vécu comme une corvée mais comme un devoir mesurant les sacrifices de ses parents et la gravité de son avenir. » M. et Mme M., parents de Nicolas, Vers la 4e, mathématiques.

 

«  Merci d'avoir créé ces cours. Enfin des explications claires, logiques et concrètes » Madame P., maman de Tristan, Vers la 5e.


« Soyez remercié pour vos cours qui ont permis à notre fille de combler certaines de ses lacunes, notamment en grammaire et orthographe : ces deux matières étant largement oubliées tout au long de l'année scolaire officielle au profit d'expériences saugrenues sans grand rapport avec le français », Mme D., vers la 3e français.


« Nous vous remercions pour cette bonne remise à jour. Depuis trois ans, Mathilde n'a pas eu de bons cours de français structurés. Tout est flou... Elle n'avait jamais fait de rédactions ! », Mme B., Vers la 3e français.


« Notre fils a fait votre fascicule aidé par un professeur agrégé de maths, qui a trouvé le cours très bien fait, merci », Mme G., Vers la 5e mathématiques.

 

 

Quelques témoignages d'élèves de collège


« J'ai beaucoup progressé car en français je suis maintenant la première alors qu'avant j'étais moyenne. Merci beaucoup. » Mathilde, Vers la 4e


« Je fais vos devoirs un peu partout en Normandie. C'est super bien expliqué. Vous êtes un très bon professeur », Arthur, vers la 5e, français

 

« Très bonne présentation, vous êtes réactifs et disponibles », Augustin, Vers la 4e , mathématiques


« Les cours sont très bien expliqués et très utiles pour en cas de besoin faire des révisions pendant l'année. Ils me furent très utiles. », Paul, vers la 3e.


« Je vous remercie pour vos cours et vos corrigés et surtout pour votre aide sur les présentations des rédactions que j'utiliserai le reste de ma scolarité », Émilie, vers la 3e.

 

« Cher monsieur, Je vous remercie beaucoup pour cette année de travail qui m'a permis d'avoir une très bonne note à l'épreuve d'anglais (20/20) et des notes correctes aux épreuves de mathématiques et de français (31,5/40 et 29,5/40) du brevet. » L. D.

​.  


Quelques témoignages de parents d'élèves de lycée


« Nicolas n'a jamais eu de cours de français aussi riches », Mme D


« Ma fille Béatrice a eu 18 à l'écrit du bac de français (série S) et 16 à l'oral. Elle a été récompensée pour le gros effort de travail qu'elle a fourni en partie grâce à vos cours. En vous remerciant. » Mme M.


« Très bon cours que nous recommanderons à d'autres », Vers la 2de, maths, Mme de C.

 

« Je tiens à vous informer que X [en classe de 2dea acquis de solides bases cette année grâce à vos cours. En anglais, il est passé de 12,39 de moyenne à 17,62 ; en français, sa moyenne du 3e trimetestre est de 16,95 ; en mathématiques, il a eu plus de 18 chaque trimestre... »  Témoignage de parents ayant pris nos cours en octobre afin d'assurer un soutien scolaire.

 

« Nous tenons à nouveau à vous remercier pour la qualité et le niveau de vos cours en français, L.-A. a obtenu 19/20 à l'écrit du bac français et 20/20 à l'oral ! Nous sommes persuadés que les 2 ans de cours Saint-Expedit lui ont permis d'atteindre ce niveau, il a été obligé de travailler régulièrement pour envoyer ses devoirs à la correction et vos cours lui ont apporté de solides connaissances mais aussi des capacités de réflexion et d'analyse que nous ne trouvons pas forcément dans le système éducatif actuel... 

PS : je vous donne mon accord pour publier mon témoignage sur votre site »


Quelques témoignages d'élèves de lycée

 

« Les cours sur la technique de la dissertation ont été très clairs. » Anabelle, Vers la 2de.

 

« Merci beaucoup pour ces supers cours qui m'ont fait beaucoup progresser ! Ce petit dossier est vraiment très complet et pas trop compliqué ! c'est l'idéal » Marie, Vers la 1re.

 

«  Un grand merci pour tout le temps que vous avez concentré pour moi, je pense que ces devoirs me seront très utiles. Merci beaucoup et peut-être à l'année prochaine ! ! ! », Anselme, Vers la 1re S , mathématiques

 

« Le cours sur la méthode de dissertation et celui de la versification étaient très intéressants et bien faits », Adélaïde, vers la 2de.

 

«  Grâce à ces cours pour vacances, j'ai fait la connaissance de textes, de vocabulaire et d'auteurs que je ne connaissais pas tellement bien auparavant. J'ai également progressé dans ma manière d'écrire » , Elodie, Vers la 1re.

 

« Bonjour Monsieur, je vous fais part de ma réussite au bac S. En français, j'ai eu 16 à l'écrit et 12 à l'oral puis 13 en philosophie. Vos cours ont contribué à ma réussite dans ces deux matières, notamment grâce aux méthodes de travail que j'ai pu y trouver. » Julien

 

 

Cours Saint Expédit

35 rue des cordiers

34660 Cournonsec

Tél. : 04 67 85 49 52

 cours.saintexpedit@orange.fr 

 
Repost 0
Published by Frederique Dollie - dans 8.4 Témoignages
commenter cet article