Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cours Saint Expédit
  • Cours Saint Expédit
  • : Devoirs de vacances : des cahiers de vacances en maths, français, anglais. Par correspondance. Révision, aide aux devoirs, remise à niveau, soutien scolaire pendant l’année, école à la maison, instruction dans la famille. Pédagogie traditionnelle. Primaire, collège, lycée. Correction personnalisée des cours de vacances. Professeur agrégé.
  • Contact

Recherche

Liens

18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 16:23

Pour les sections de BTS, l'examen final de "culture générale et expression" sur 60 points ramenés à 20 points consiste en une synthèse (notée sur 40) puis en une "écriture personnelle" (notée sur 20). Le tout est à faire en 4 heures. Vous trouverez ci-dessous une fiche méthode pour la synthèse et pour l’écriture personnelle puis un sujet complet traité pas à pas. (Voir aussi rubrique BTS fiches thèmes, fiche située dans la colonne de gauche du blog juste au dessus.)

 

Fiche méthode sur la synthèse

 

Le but d’une synthèse est de confronter les documents qu’ils soient en accord ou en opposition.

 

1) Travail du brouillon

 

- Prendre des notes sur les textes en reformulant les idées avec vos propres mots ; éviter le surligneur ou le soulignement qui vous fera perdre du temps plus tard. Ne pas recopier les phrases du texte même entre guillemets.

- Si vous avez du mal à cerner les idées, regarder bien le début et la fin de chaque paragraphe, le début et la fin du texte : c’est là que sont souvent formulées les idées essentielles.

- Soyez complet. C’est possible car les documents sont courts, l’ensemble fait 4 pages environ, il faut donc relever toutes les idées même secondaires. Une synthèse n’est pas un résumé. Il se peut qu’il y ait plus de choses à relever pour un auteur que pour un autre, c’est normal.

- afin de confronter les documents, on peut utiliser la méthode du tableau qui fait gagner du temps : on met les idées qui se rejoignent ou qui s’opposent sur une même ligne afin de faire dialoguer les auteurs entre eux.

 

 

Auteur 1

Auteur 2

Auteur 3

Auteur 4

Idée 1

blabla

 

s’oppose à 1 sur ce point

rejoint 1 sur ce point en ajoutant…

Idée 2

 

blabla

 

blabla

Idée 3

blabla

blabla

blabla

 

etc.

 

 

 

 

 

Dans la 1re ligne du tableau, prendre l’habitude de ne pas nommer les textes « doc 1, doc 2, doc 3 ou doc 4 » mais de mettre le nom de l’auteur. Le document se caractérise par son titre ou son auteur et non par l’appellation « Document 1 » donnée par le professeur qui a fait le sujet.

 

- Souvent une image est proposée : il faut l’étudier à fond comme un autre document. Pour avoir des choses à dire, penser à décrire : cela donne des idées. (Parler de premier plan, de gros plan, de second plan, de la composition - que voit-on à gauche, à droite, symétrie – commenter le texte s’il y en a : les points d’exclamations, les majuscules, etc.)

 

2) Faire le plan

 

Le but est de trouver 2 ou 3 grandes parties qui évoquent chacune l’ensemble des auteurs, y compris le document iconographique. Cela est assez facile si on fait un tableau : il suffit de regrouper les idées. Il est difficile de pouvoir évoquer l’ensemble des auteurs dans chaque partie si on choisit un plan « avantages/inconvénients » ou « aspects positifs/négatifs » car certains auteurs vont dans un sens et d’autres auteurs dans un autre sens. Or le but est de les confronter, de les faire dialoguer. Il faut donc prendre pour thème des parties des aspects plus généraux soit des parties qui pourraient s’appeler « évolution/place/rôle/conséquence ». Une partie sur les conséquences permet de mettre des auteurs qui évoquent des aspects positifs et d’autres négatifs. On pourra donc faire dialoguer les auteurs entre eux dans la même partie.

Une fois qu’on a les grandes parties, on range les idées dans des sous-parties qui constitueront des paragraphes.

Ne jamais étudier les documents les uns après les autres.

 

À retenir : - chaque partie doit comporter tous les auteurs

                - chaque sous-partie doit comporter au moins deux auteurs

 

3) L’introduction

 

Elle se présente un 1 seul paragraphe de 5 à 10 lignes en trois étapes : 1. Une phrase d’accroche qui évoque le thème de la synthèse, 2. La problématique de la synthèse qui ressort des textes (pour vous aider à la trouver, penser aux problématiques principales du thème proposé pour l’année, 3. Annoncer le plan (uniquement les grandes parties).

Il est inutile de présenter les documents qui seront présentés au fur et à mesure, lors de leur première apparition dans le développement.

 

4) Le développement

 

- référenciation : chaque idée doit être référencée par rapport à son auteur. Utiliser des expressions telles que : X dit que, soutient que, pense que, affirme que, avance que, insiste sur, note que, estime que, remarque que, constate que, relève que, Y s’oppose à, contredit, infirme les propos de… Évoquer le nom de l’auteur ou de l’œuvre mais ne pas dire, Selon le document 2, …

- lors de la première évocation d’un auteur, on présente le document : le titre de l’ouvrage, date de parution. On souligne les titres, on ne met pas de guillemets.

- jamais de citation, toujours reformuler les idées des textes. Le montage de phrases tirées des documents est lourdement sanctionné.

- aucune idée personnelle, sauf éventuellement en ouverture de conclusion. Pas d’ajout de livre ou de références. Les fiches que je propose ne sont donc pas à utiliser ici. Elles permettront seulement de mieux comprendre les idées des textes.

- entre les grandes parties, on fait une transition qui récapitule ce qui vient d’être dit, annonce ce qui va être dit et montre la logique du plan.

- saut de ligne : uniquement 2 lignes entre introduction-développement et développement-conclusion, 1 ligne entre transition-partie suivante.

- alinéa : à chaque début de paragraphe (donc dès qu’on va à la ligne)

- pour l’ensemble de la synthèse, on adopte un ton administratif, impersonnel : on utilise le on ou le nous. On n’utilise pas le je.

 

5) Conclusion

 

Elle se présente un 1 seul paragraphe de 5 à 10 lignes en deux étapes : 1. Un résumé du devoir. 2. Une ouverture.

 

6) Gestion du temps et longueur

 

La synthèse est sur 40/60, il faut donc écrire environ 3 pages minimum. Commencer par la synthèse qui vous donnera des idées pour l’écriture personnelle.

Bien gérer son temps (à titre indicatif, à vous d’adapter selon votre façon de travailler) : 2h23 pour la synthèse, (1h15 pour l’étude des documents et le tableau, 1h07 pour la rédaction), 7 minutes pour la relecture, 1h23 pour l’écriture personnelle, 7 minutes pour la relecture. La relecture est primordiale pour enlever les fautes d’orthographe, améliorer la ponctuation (vous serez corrigé par des professeurs de français).

 

Fiche méthode sur l’écriture personnelle

 

Le but de l’écriture personnelle est de proposer une réflexion personnelle sur un sujet précis tout en montrant sa culture par des références. (Voir aussi rubrique BTS fiches thèmes, fiche située dans la colonne de gauche du blog juste au dessus.)

 

1) Travail du brouillon

 

- Analyser chaque mot du sujet pour en comprendre la problématique et les limites.

- Pour trouver des idées, se réciter ses fiches et voir ce qui pourrait se rapporter au sujet.

- se poser des questions avec les mots Qui ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Dans quel but ?

 

2) Faire le plan

 

Le but est de trouver 2 ou 3 grandes parties qui répondent à la problématique. Faire un plan simple du style avantages/inconvénients, problème/solution. Il faut trouver un plan, éventuellement sans sous parties.

 

3) L’introduction

 

Elle se présente en un 1 seul paragraphe rapide de 5 lignes environ en trois étapes : 1. Une phrase d’accroche qui évoque le thème. 2. La problématique du sujet qu’il est préférable de reformuler. Si vous n’y arrivez pas, réécrire le sujet tel quel. 3. Annoncer le plan (uniquement les grandes parties).

 

4) Le développement

 

- Il faut mettre des références dans le développement personnel afin de ne pas transformer cet exercice en conversation de café du commerce. Ne pas raconter des exemples vécus dans votre vie personnelle. Mettre des références signifie citer des œuvres et des auteurs afin d'élever le débat. Mes fiches vous seront utiles ici. Citer les documents fournis par la synthèse ne suffira pas. Pour l’ensemble de l’écriture personnelle, on adopte un ton personnel, on veille à utiliser le je de temps à autre. L’écriture personnelle s’appelle personnelle car vous donnez votre point de vue, vous utilisez le je (ou parfois le nous, le on), vous donnez vos références personnelles (pas que des films). Mais il ne faut pas raconter sa vie personnelle. Rester sur le plan du débat des idées.

- on peut mettre quelques citations (des textes ou autres)

- entre les grandes parties, on fait une transition qui récapitule ce qui vient d’être dit, annonce ce qui va être dit et montre la logique du plan.

- saut de ligne : uniquement 2 lignes entre introduction-développement et développement-conclusion, 1 ligne entre transition-partie suivante.

- alinéa : à chaque début de paragraphe (donc dès qu’on va à la ligne)

 

5) Conclusion

 

Elle se présente un 1 seul paragraphe rapide de 5 lignes environ. Il faut prendre parti personnellement (utilisation du je) et résumer le devoir en répondant à la question posée. La conclusion est obligatoire.

 

6) Gestion du temps et longueur

 

L’écriture personnelle compte pour 20/60, il faut donc écrire environ 2 pages minimum en 1h30 environ. Il faut donc aller assez vite d’où la nécessité de mémoriser des fiches.

 

Un sujet complet traité pas à pas

 

Le thème de cette année-là était : Cette part de rêve que chacun porte en soi.

 

1) Vous ferez une synthèse concise, objective et ordonnée des documents suivants (40 pts)

 

Document 1

 

Les bonnes affaires sont-elles toujours celles qui procurent le plus de satisfaction ? En cette période de soldes, une étude scientifique américaine qui vient d’être publiée bouscule les idées reçues. Elle montre le pouvoir du marketing. Le prix le plus bas n’est pas toujours ce qui séduit le plus le consommateur.

Si vous trouvez plus cher ailleurs, venez nous payer la différence ! Ça n’est pas encore le nouveau slogan publicitaire des hypermarchés, mais effectivement, le travail effectué par des chercheurs de l’Institut d’économie de Californie, démontre qu’un prix élevé peut être un critère positif pour apprécier un produit. Il s’agit d’un test effectué sur une vingtaine de volontaires. Une dégustation de vins à l’aveugle : des bouteilles de Cabernet Sauvignon californien. Seule information donnée aux cobayes : le prix des bouteilles. La ruse a consisté à proposer des séries avec deux fois le même vin, une fois en indiquant son prix réel, une autre avec un faux prix. Par exemple une bouteille à 90 dollars a été présentée comme valant 10 dollars. On a aussi fait passer un vin à 5 dollars comme valant 45 dollars. Pendant la dégustation, les scientifiques ont scanné le cerveau des volontaires, analysé une zone qui enregistre les plaisirs liés aux goûts. Résultat : quand le consommateur est persuadé qu’un vin est plus cher, son cerveau le ressent comme meilleur, le plaisir est plus grand. La force de cette expérience, c’est qu’on n’a pas seulement demandé aux cobayes leur avis. On a essayé de mesurer objectivement leur perception. Et cela montre qu’un élément qui n’a rien à voir avec les qualités du produit – le prix – influe très fortement sur la satisfaction qu’il procure. Mais alors que faut-il conclure de cette expérience ; que l’on peut faire avaler n’importe quoi au consommateur ? Non, mais que l’acte d’achat est déterminé par des facteurs multiples, qu’il fait intervenir des critères qui ne sont pas seulement liés à des qualités objectives. C’est cette dimension qui va être exploitée dans le marketing et la publicité, et sur laquelle le prix entre en jeu. Surtout pour des produits complexes, qu’il est difficile d’apprécier par soi-même quand on n’est pas expert. C’est le cas du vin. Sauf à être œnologue, on entre chez un caviste en ayant en tête, si on ne s’y connaît pas, qu’un prix plus élevé est gage de qualité. Moins le consommateur est informé, plus le prix apparaît comme une garantie. Ou comme la porte d’entrée dans un univers où l’on se trouve valorisé. Grands crus, café en dosettes haut de gamme, ou jeans de grandes marques, le deuxième enseignement, c’est que la consommation se détermine non seulement en fonction de besoins parfaitement rationnels, mais aussi de nos désirs, c’est-à-dire de notre imaginaire. Mêlés aux qualités d’un produit, il y a l’univers qu’il évoque, le sentiment qu’il procure d’appartenir à certains groupes sociaux, d’atteindre le luxe. Le prix que l’on paie, c’est aussi le prix du rêve.

 

Emmanuel Kessler, Le prix, ça fait aussi partie du rêve, franceinfo.fr, 2008.

 

Document 2

 

Afin de motiver le public, la communication (au sens large : publicité, design du produit, choix des textures, discours de la marque, logotype ...) doit créer autour de l'objet un univers symbolique fort et immédiatement reconnaissable. Le consommateur doit vouloir et pouvoir s'identifier à cet univers et à ces valeurs. L'acte d'achat devient alors presque une "profession de foi". Le discours fondé sur les qualités du produit n'existe plus que lorsqu'il y a innovation technologique, et donc unicité de l'offre. Dans les autres cas, on ne présente plus une voiture, mais "l'instrument incontournable de votre liberté". Le produit devient un prétexte pour parler au consommateur de ce qui l'intéresse par-dessus tout : lui-même. Un produit ou un service ne sont donc plus présentés tels quels au public, mais re-présentés symboliquement pour provoquer l'adhésion.

Par cette représentation, la communication insiste sur "le bénéfice consommateur" et non sur les qualités du produit, (ce qui constitue la différence fondamentale entre la publicité actuelle et la réclame d'antan.) La représentation est définie par le fait de "rendre sensible un objet ou un concept au moyen d'une image, d'une figure, d'un signe." (Petit Robert) La communication manipule l'utilisation des images et des signes, pour nous les rendre plus séduisants, et transformer "la part du produit" en "part de rêve". Dans La Société de consommation, Baudrillard précise : "On ne consomme jamais l'objet en soi (dans sa valeur d’usage) - on manipule toujours les objets (au sens le plus large) comme signes qui vous distinguent soit en vous affiliant à votre groupe pris comme référence idéale, soit en vous démarquant de votre groupe par référence à un groupe de statut supérieur".

Consommer, c'est donc "être en représentation" : se faire valoir, se montrer et montrer des préférences qu'on exhibe comme signes distinctifs... Une représentation bien ciblée est stratégique pour la survie d'une marque : elle fédère le public autour de ses valeurs, et crée un imaginaire qui se transforme en pulsions d'achats. Elle tient compte d'un imaginaire collectif bien établi (sur les notions de "terroirs" par exemple), de valeurs consensuelles en adéquation avec l'époque (l'écologie, la diversité ethnique...), et de spécificités liées à la marque (son historique par exemple : certaines marques se construisent d'ailleurs de toutes pièces un historique afin de se rendre crédibles).

Finalement, ce ne sont plus les produits qui sont représentés, mais les valeurs qu'ils doivent communiquer. Ainsi, une crème cosmétique, un yaourt, une voiture ou un téléphone, deviendraient nos meilleurs alliés et nous rendraient "libres", "heureux", "beaux"... et "sexy".

En 2002, les idéaux de bonheur, de liberté, de fraternité, et plus généralement de réussite individuelle et collective sont véhiculés en permanence par la publicité avec plus d'efficacité que par les religions, la philosophie ou les programmes politiques.

Dans la consommation, un individu ne satisfait pas un manque (contrairement au mythe récurrent), il échange des signes : "On jouit seul, mais la consommation, elle, n'est jamais solitaire, c'est un système de communication, elle implique toujours le regard et l'évaluation des autres. Elles brassent des standards et des représentations collectives. La réorganisation des besoins en signes est la façon dont la société entière communique et se parle." (Baudrillard, La Société de consommation)

Il faut donc admettre que le besoin n'est jamais le besoin de tel objet mais bien plutôt le besoin de distinction "valorisante" et c'est pour cette raison qu'il n'y a jamais de sentiment de satisfaction définitif ni d'ailleurs de définition objective du besoin (on entre ainsi dans la logique du désir - au sens social - qui implique le regard et la reconnaissance des autres). Rousseau nomme ce processus "l'amour-propre" : "L'homme, à l'état de société, vit en dehors de lui-même, dans l'opinion des autres"... L'homme vit donc dans la représentation des autres, au double sens du génitif. C'est pour cela qu’il n'y a pas de limite aux besoins de l'homme en tant qu'être social : la logique du prestige et le souci de distinction sont les moteurs de la consommation et non pas la sensation d'un manque objectif.

Paradoxalement, ce désir de reconnaissance et de distinction produit des êtres standardisés puisque, dans la pratique de la consommation, se différencier c'est toujours s'affilier à des modèles artificiellement démultipliés (comme les marques de lessive !). Il y a une production industrielle de différences stéréotypées : la petite note claire dans les cheveux qui "nous rend plus que jamais nous-mêmes", le dernier modèle de vase ou d'essuie-main qui "personnalise" notre maison, annulent au contraire toute différence réelle... Au lieu de marquer un être singulier, ces stratégies de personnalisation marquent au contraire l'obéissance à un code qui entretient l'économie de production par les jeux artificiels des représentations. "Le système ne joue jamais sur les différences réelles (singulières, irréductibles) entre des personnes [...] Il élimine le contenu propre, l'être propre de chacun (forcément différent) pour y substituer la forme différentielle, industrialisable et commercialisable des "signes distinctifs". (Baudrillard, La Société de consommation)

 

"Représentation et communication publicitaire", philophil.com

 

Document 3

 

[Les personnages principaux du roman vivent dans l’unique préoccupation de réussir matériellement.]

Ils auraient aimé être riches. Ils croyaient qu’ils auraient su l’être. Ils auraient su s’habiller, regarder, sourire comme des gens riches. Ils auraient eu le tact, la discrétion nécessaire. Ils auraient oublié leur richesse, auraient su ne pas l’étaler. Ils ne s’en seraient pas glorifiés. Ils l’auraient respirée. Leurs plaisirs auraient été intenses. Ils auraient aimé marcher, flâner, choisir, apprécier. Ils auraient aimé vivre. Leur vie aurait été un art de vivre.

Ces choses-là ne sont pas faciles, au contraire. Pour ce jeune couple, qui n’était pas riche, mais qui désirait l’être, simplement parce qu’il n’était pas pauvre, il n‘existait pas de situation plus inconfortable. Ils n’avaient que ce qu’ils méritaient d’avoir. Ils étaient renvoyés, alors que déjà ils rêvaient d’espace, de lumière, de silence, à la réalité, même pas sinistre, mais simplement rétrécie - et c’était peut-être pire – de leur logement exigu, de leurs repas quotidiens, de leurs vacances chétives. C’était ce qui correspondait à leur situation économique, à leur position sociale. C’était leur réalité, et ils n’en avaient pas d’autre. Mais il existait, à côté d’eux, tout autour d’eux, tout au long des rues où ils ne pouvaient pas ne pas marcher, les offres fallacieuses, et si chaleureuses pourtant, des antiquaires, des épiciers, des papetiers. Du Palais-Royal à Saint-Germain, du Champ-de-Mars à l’Étoile, du Luxembourg à Montparnasse, de l’île Saint-Louis au Marais, des Ternes à L’Opéra, de la Madeleine au parc Monceau, Paris entier était une perpétuelle tentation. Ils brûlaient d’y succomber, avec ivresse, tout de suite et à jamais. Mais l’horizon de leurs désirs était impitoyablement bouché ; leurs grandes rêveries impossibles n’appartenaient qu’à l’utopie.


Georges Perec, Les Choses, I, 2, 1965.

 

 

 

Document 4 : Publicité pour Nike

 

just-do-it-nike.jpg

 

(Le corpus des documents ci-dessus est repris d'un site intéressant  : http://btsfrancais2010.blogspot.fr/2013/10/cette-part-de-reve-sujet-de-synthese-et.html)

 

2) Écriture personnelle (20 pts) : Faut-il opposer rêve et réalité ?

 

Correction de la synthèse

 

1) Travail du brouillon

 

Pour plus de commodité, je prends la feuille en orientation paysage.

 

Je commence par remplir le tableau avec la prise de notes du document 1.

 

 

Emmanuel Kessler

Site philophil.com

Georges Perec

Publicité Nike

idée 1

Le prix est un indicateur subjectif de la qualité du produit : expérience sur une dégustation de vin. Le vin présenté faussement comme cher est considéré comme meilleur d’après une étude américaine.

 

 

 

idée 2

Mesure scientifique du plaisir : plus le prix est élevé, plus le plaisir ressenti est grand.

 

 

 

idée 3

L’acte d’achat, surtout pour des produits compliqués, est causé par des facteurs multiples et pas seulement par le rapport objectif qualité/prix.

 

 

 

idée 4

La consommation est liée à l’imaginaire que véhicule le produit.

 

 

 

idée 5

Un prix élevé relie le produit au luxe, symbole d’une classe sociale élevée.

 

 

 

idée 6

Il y a un lien entre rêve et produit. La publicité et le marketing jouent sur ces représentations.

 

 

 

 

Je ne fais pas un nouveau tableau, je reste sur la même feuille. Je poursuis avec le document 2 en mettant sur la même ligne les idées qui rejoignent ou s’opposent au document 1. Je fais de nouvelles lignes s’il y a de nouvelles idées mais j’évite au maximum de multiplier les lignes afin de pouvoir confronter les documents.

 

 

Emmanuel Kessler

Site philophil.com

Georges Perec

Publicité Nike

idée 1

Le prix est un indicateur subjectif de la qualité du produit : expérience sur une dégustation de vin. Le vin présenté faussement comme cher est considéré comme meilleur d’après une étude américaine.

§1 Le marketing ne vise pas le produit mais l’acheteur qui n’est intéressé que par lui-même

 

 

idée 2

Mesure scientifique du plaisir : plus le prix est élevé, plus le plaisir ressenti est grand.

 

 

 

idée 3

L’acte d’achat, surtout pour des produits compliqués, est causé par des facteurs multiples et pas seulement par le rapport objectif qualité/prix.

§ 6 Consommer n’est pas acheter quelque chose dont on a besoin mais communiquer avec son semblable en échangeant des signes.

 

 

idée 4

La consommation est liée à l’imaginaire que véhicule le produit.

§1 Vendre un produit, c’est communiquer sur lui, en créant un univers symbolique autour de lui. § 3 la notion de « marque » construite par la publicité crée cet imaginaire autour de valeurs. § 5 le marketing associe aux produits des idéaux philosophiques comme la fraternité ou la liberté.

 

 

idée 5

Un prix élevé relie le produit au luxe, symbole d’une classe sociale élevée.

§1 L’acheteur se reconnaît dans les valeurs véhiculées par le produit. § 2 Le but est de s’identifier à une classe sociale supérieure : § 8 selon le désir de distinction § 2 mais aussi parfois de se différencier comme le remarque Baudrillard dans La Société de consommation.

 

 

idée 6

Il y a un lien entre rêve et produit. La publicité et le marketing jouent sur ces représentations.

§1 Le but est de différencier un objet des produits similaires afin de susciter l’acte d’achat § 2 en offrant du rêve.

 

 

Idée 7

 

§ 8 Paradoxe : la publicité nous incite à consommer pour nous différencier des autres mais propose des objets standards fabriqués en grande quantité : cette consommation est donc artificielle et la publicité crée des modèles factices.

 

 

 

Ici, seule l’idée 7 est vraiment originale. Baudrillard étant cité à de nombreuses reprises dans ce document 2, il va de soi qu’il faut le mentionner dans la synthèse. Vous remarquerez que je ne reprends pas tous les paragraphes, quand les idées se répètent trop, on ne prend pas en note chaque paragraphe.

 

Je poursuis avec les documents 3 et 4 dans le même tableau. Le document 3 est un roman, le 4 un document iconographique (publicité). Cela arrive souvent qu’on mélange les genres : essai, roman, théâtre, fable, etc. Pour avoir des choses à dire sur ce genre de document, il faut être attentif à leurs caractéristiques, il faut les décrire et en tirer des conclusions.

 

 

Emmanuel Kessler

Site philophil.com

Georges Perec

Publicité Nike

idée 1

Le prix est un indicateur subjectif de la qualité du produit : expérience sur une dégustation de vin. Le vin présenté faussement comme cher est considéré comme meilleur d’après une étude américaine.

§1 Le marketing ne vise pas le produit mais l’acheteur qui n’est intéressé que par lui-même

 

La traduction du slogan est « simplement, fais le ». Slogan qui peut signifier qu’avec Nike on peut tout faire.

idée 2

Mesure scientifique du plaisir : plus le prix est élevé, plus le plaisir ressenti est grand.

 

 

 

idée 3

L’acte d’achat, surtout pour des produits compliqués, est causé par des facteurs multiples et pas seulement par le rapport objectif qualité/prix.

§ 6 Consommer n’est pas acheter quelque chose dont on a besoin mais communiquer avec son semblable en échangeant des signes.

 

La publicité n’indique pas le mot Nike, la virgule suffit. Signe de reconnaissance. Le logo déclenche l’achat.

idée 4

La consommation est liée à l’imaginaire que véhicule le produit.

§1 Vendre un produit, c’est communiquer sur lui, en créant un univers symbolique autour de lui. § 3 la notion de « marque » construite par la publicité crée cet imaginaire autour de valeurs. § 5 le marketing associe aux produits des idéaux philosophiques comme la fraternité ou la liberté.

Le rôle de l’imaginaire est rendu par l’emploi récurrent du mode conditionnel exprimant le désir. La force de ce désir est aussi rendue par des phrases courtes.

 

idée 5

Un prix élevé relie le produit au luxe, symbole d’une classe sociale élevée.

§1 L’acheteur se reconnaît dans les valeurs véhiculées par le produit. § 2 Le but est de s’identifier à une classe sociale supérieure : § 8 selon le désir de distinction § 2 mais aussi parfois de se différencier comme le remarque Baudrillard dans La Société de consommation.

Le but des personnages du roman est non seulement d’être riche mais de vivre comme des gens riches. Rôle des signes distinctifs de richesse : habillement, antiquaire, épiciers, quartiers. (on note l’énumération)

 

idée 6

Il y a un lien entre rêve et produit. La publicité et le marketing jouent sur ces représentations.

§1 Le but est de différencier un objet des produits similaires afin de susciter l’acte d’achat § 2 en offrant du rêve.

Paris devient une tentation.

L’anglais permet de faire rêver.

Idée 7

 

§ 8 Paradoxe : la publicité nous incite à consommer pour nous différencier des autres mais propose des objets standards fabriqués en grande quantité : cette consommation est donc artificielle et la publicité crée des modèles factices.

Idée de tromperie avec les mots « fallacieux, utopie »

 

 

On regarde s’il n’y a pas de lignes où un auteur serait seul. Cela n’est pas possible car le but est de confronter les auteurs. C’est le cas pour l’idée 2. On va la mettre avec l’idée 4.

 

 

Emmanuel Kessler

Site philophil.com

Georges Perec

Publicité Nike

idée 1

Le prix est un indicateur subjectif de la qualité du produit : expérience sur une dégustation de vin. Le vin présenté faussement comme cher est considéré comme meilleur d’après une étude américaine.

§1 Le marketing ne vise pas le produit mais l’acheteur qui n’est intéressé que par lui-même

 

La traduction du slogan est « simplement, fais le ». Slogan qui peut signifier qu’avec Nike on peut tout faire.

idée 3

L’acte d’achat, surtout pour des produits compliqués, est causé par des facteurs multiples et pas seulement par le rapport objectif qualité/prix.

§ 6 Consommer n’est pas acheter quelque chose dont on a besoin mais communiquer avec son semblable en échangeant des signes.

 

La publicité n’indique pas le mot Nike, la virgule suffit. Signe de reconnaissance. Le logo déclenche l’achat.

idée 4

La consommation est liée à l’imaginaire que véhicule le produit.

§1 Vendre un produit, c’est communiquer sur lui, en créant un univers symbolique autour de lui. § 3 la notion de « marque » construite par la publicité crée cet imaginaire autour de valeurs. § 5 le marketing associe aux produits des idéaux philosophiques comme la fraternité ou la liberté.

Le rôle de l’imaginaire est rendu par l’emploi récurrent du mode conditionnel exprimant le désir. La force de ce désir est aussi rendue par des phrases courtes.

 

idée 5

Un prix élevé relie le produit au luxe, symbole d’une classe sociale élevée.

§1 L’acheteur se reconnaît dans les valeurs véhiculées par le produit. § 2 Le but est de s’identifier à une classe sociale supérieure : § 8 selon le désir de distinction § 2 mais aussi parfois de se différencier comme le remarque Baudrillard dans La Société de consommation.

Le but des personnages du roman est non seulement d’être riche mais de vivre comme des gens riches. Rôle des signes distinctifs de richesse : habillement, antiquaire, épiciers, quartiers. (on note l’énumération)

 

idée 6

Il y a un lien entre rêve et produit. La publicité et le marketing jouent sur ces représentations.

§1 Le but est de différencier un objet des produits similaires afin de susciter l’acte d’achat § 2 en offrant du rêve.

Paris devient une tentation.

L’anglais permet de faire rêver.

Idée 7

 

§ 8 Paradoxe : la publicité nous incite à consommer pour nous différencier des autres mais propose des objets standards fabriqués en grande quantité : cette consommation est donc artificielle et la publicité crée des modèles factices.

Idée de tromperie avec les mots « fallacieux, utopie »

 

 

On donne un titre à chaque idée pour faire apparaître les grands thèmes de la synthèse. Je remplis donc la colonne de gauche.

 

 

Emmanuel Kessler

Site philophil.com

Georges Perec

Publicité Nike

idée 1 : importance de la subjectivité

Le prix est un indicateur subjectif de la qualité du produit : expérience sur une dégustation de vin. Le vin présenté faussement comme cher est considéré comme meilleur d’après une étude américaine.

§1 Le marketing ne vise pas le produit mais l’acheteur qui n’est intéressé que par lui-même

 

La traduction du slogan est « simplement, fais le ». Slogan qui peut signifier qu’avec Nike on peut tout faire.

idée 3 : le besoin n’est pas unique-

ment matériel

L’acte d’achat, surtout pour des produits compliqués, est causé par des facteurs multiples et pas seulement par le rapport objectif qualité/prix.

§ 6 Consommer n’est pas acheter quelque chose dont on a besoin mais communiquer avec son semblable en échangeant des signes.

 

La publicité n’indique pas le mot Nike, la virgule suffit. Signe de reconnaissance. Le logo déclenche l’achat.

idée 4 : le rôle de l’imaginaire

La consommation est liée à l’imaginaire que véhicule le produit.

§1 Vendre un produit, c’est communiquer sur lui, en créant un univers symbolique autour de lui. § 3 la notion de « marque » construite par la publicité crée cet imaginaire autour de valeurs. § 5 le marketing associe aux produits des idéaux philosophiques comme la fraternité ou la liberté.

Le rôle de l’imaginaire est rendu par l’emploi récurrent du mode conditionnel exprimant le désir. La force de ce désir est aussi rendue par des phrases courtes.

 

idée 5 : acheter pour s’intégrer à la classe sociale supérieure.

Un prix élevé relie le produit au luxe, symbole d’une classe sociale élevée.

§1 L’acheteur se reconnaît dans les valeurs véhiculées par le produit. § 2 Le but est de s’identifier à une classe sociale supérieure : § 8 selon le désir de distinction § 2 mais aussi parfois de se différencier comme le remarque Baudrillard dans La Société de consommation.

Le but des personnages du roman est non seulement d’être riche mais de vivre comme des gens riches. Rôle des signes distinctifs de richesse : habillement, antiquaire, épiciers, quartiers. (on note l’énumération)

 

idée 6 : importance du rêve

Il y a un lien entre rêve et produit. La publicité et le marketing jouent sur ces représentations.

§1 Le but est de différencier un objet des produits similaires afin de susciter l’acte d’achat § 2 en offrant du rêve.

Paris devient une tentation.

L’anglais permet de faire rêver.

idée 7 : idée de tromperie

 

§ 8 Paradoxe : la publicité nous incite à consommer pour nous différencier des autres mais propose des objets standards fabriqués en grande quantité : cette consommation est donc artificielle et la publicité crée des modèles factices.

Idée de tromperie avec les mots « fallacieux, utopie »

 

 

2) Faire le plan

 

On regroupe les idées en 2 ou 3 gros thèmes. Plusieurs plans sont possibles. Si on n’a pas d’idées, on pense au thème de l’année, ici, le rêve, et à ses grandes problématiques. On peut voir que la consommation est à la fois une décision individuelle mais relève aussi du jeu social.

 

I Le rêve individuel, moteur de la consommation.

idée 1 : importance de la subjectivité (auteurs n°1, n°2 et n°4)

idée 4 : le rôle de l’imaginaire (auteurs n°1, n°2 et n°3)

idée 6 : importance du rêve (auteurs n°1, n°2, n°3 et n°4)

 

II La pression de la société et de la communication dans la consommation

idée 3 : le besoin n’est pas uniquement matériel (auteurs n°1, n°2 et n°4)

idée 5 : acheter pour s’intégrer à la classe sociale supérieure. (auteurs n°1, n°2 et n°3)

idée 7 : idée de tromperie (auteurs n°2 et n°3)

 

Chaque idée constituera une sous-partie, c’est-à-dire un paragraphe commençant par un alinéa.

On vérifie que chaque sous-partie fait dialoguer au moins 2 documents : c’est forcé car on avait pris soin de regrouper l’idée n°2 avec l’idée 4.

On vérifie que chaque partie évoque tous les auteurs : c’est le cas.

 

2) L’introduction

 

Bien identifier les thèmes : le thème de l’année est le rêve, et le thème de la synthèse est rêve et consommation. La problématique articule ces 2 thèmes et pourrait être : Comment la société utilise-t-elle le rêve pour nous faire consommer ? 

La synthèse entièrement rédigée

 

            Le consommateur achète des produits pour satisfaire un besoin en fonction de ses contraintes économiques. Mais avec le développement des outils de communication qui influencent l’acte d’achat, le phénomène de la consommation devient de plus en plus complexe à étudier. C’est pourquoi, on peut se demander comment la société de consommation s’y prend pour nous faire rêver et ainsi nous inciter à acheter. D’une part, nous verrons que le rêve individuel reste le moteur de la consommation ; d’autre part, nous étudierons la pression de la société et de la communication.

 

 

Le rêve individuel que chacun porte en soi est à l’origine de notre appréciation du produit. Emmanuel Kessler dans Le prix, ça fait aussi partie du rêve, qui est une chronique extraite de franceinfo.fr de 2008, fait état d’une étude américaine qui affirme l’importance de la subjectivité : indépendamment de la qualité du produit, le prix est un indicateur subjectif de la qualité du produit. L’expérience a été conduite sur une dégustation de vin : le vin présenté faussement comme cher est considéré comme meilleur. En fait, le consommateur ajuste son jugement sur le prix qui devient un outil marketing. D’ailleurs, le site philophil.com, dans un article intitulé Représentation et communication publicitaire remarque que le marketing ne vise pas le produit mais l’acheteur qui n’est intéressé que par lui-même. C’est pourquoi, la publicité pour Nike s’adresse directement à l’ego de l’acheteur en lui disant, "Just do it". La traduction du slogan est "Simplement, fais le", slogan qui peut signifier qu’avec Nike, on peut tout faire.

La consommation est liée à l’imaginaire que véhicule le produit. L’étude américaine, évoquée par E. Kessler,  a procédé à une mesure scientifique du plaisir : plus le prix est élevé, plus le plaisir ressenti est grand. Le site philophil.com corrobore cette idée : vendre un produit, c’est communiquer sur lui créant un univers symbolique autour de lui. La notion de « marque » construite par la publicité crée cet imaginaire autour de valeurs : le marketing associe aux produits des idéaux philosophiques comme la fraternité ou la liberté. Georges Perec, dans son roman Les Choses, paru en 1965, exprime bien cette force de l’imaginaire par l’emploi récurrent du mode conditionnel exprimant le désir. La force de ce désir est aussi rendue par des phrases courtes.

Très vite l’imaginaire installe le rêve. Il y a un lien entre rêve et produit. La publicité et le marketing jouent sur ces représentations comme l’indique E. Kessler. Le site philophil.com précise ce que sont ces représentations : il s’agit de différencier un objet des produits similaires afin de susciter l’acte d’achat en offrant du rêve. L’anglais utilisé dans la publicité pour Nike permet de différencier ce produit et de susciter l’évasion. Parfois, ce n’est pas la publicité mais une simple promenade dans Paris suffit : nos héros des Choses sont tentés par les antiquaires, les épiciers…

La publicité et le marketing travaille donc les désirs de nos rêves individuels. Mais, cela va plus loin, car la consommation personnelle s’insère dans un tissu de relations sociales, elle participe des désirs liés aux rêves collectifs.

 

On a compris que l’achat ne vient pas seulement combler un besoin uniquement matériel. Comme le notent E. Kessler et le site philophil.com, l’acte d’achat, surtout pour des produits compliqués, est causé par des facteurs multiples et pas seulement par le rapport objectif qualité/prix : consommer n’est pas acheter quelque chose dont on a besoin mais communiquer avec son semblable en échangeant des signes. D’ailleurs, la publicité n’indique pas le mot Nike ; la virgule, véritable signe de reconnaissance, suffit ; le logo déclenche l’achat.

Quels sont les signes qui sont en jeu ? Le but des personnages du roman est non seulement d’être riche mais de vivre comme des gens riches d’où le rôle des signes distinctifs de richesse : habillement, antiquaire, épiciers, quartiers, signes qui sont mentionnés dans une longue énumération. Les essayistes rejoignent le romancier : il faut acheter pour s’intégrer à la classe sociale supérieure et un prix élevé relie le produit au luxe qui est le symbole d’une classe sociale élevée. Le but est de s’identifier à une classe sociale supérieure voire parfois aussi de se différencier comme le remarque Baudrillard dans La Société de consommation.

La manipulation du consommateur par la publicité et le marketing devient une tromperie ; le site philophil.com remarque le paradoxe : la publicité nous incite à consommer pour nous différencier des autres mais propose des objets standards fabriqués en grande quantité. Cette consommation est donc artificielle et la publicité crée des modèles factices. D’où le regard distancié du narrateur sur ses personnages, dans le roman de Perec, narrateur qui utilise les mots "fallacieux" et "utopie".

 

 

            La société de consommation utilise nos rêves personnels et la pression sociale pour déclencher nos actes d’achat. De façon insidieuse et trompeuse, nous sommes amenés à toujours vouloir nous identifier à la classe sociale supérieure. Il faut donc acquérir une certaine sagesse pour que ces désirs matérialistes du "toujours plus" aient moins de prise sur nous.

 

Correction de l'écriture personnelle (20 pts) :

Faut-il opposer rêve et réalité ?

 

Brouillon

 

Comme le temps est limité le jour de l’épreuve, il ne faut pas chercher un plan trop subtil. Ici, le sujet invite à un plan classique de type "oui/mais" :

 

I Il faut opposer rêve et réalité

 

A) Le rêve est associé au sommeil et à l’imaginaire : déconnexion de la réalité.

B) Le rêve est une fuite hors de la réalité.

C) Le rêve est aliénant.

 

II Le rêve ne s’oppose pas forcément à la réalité : il approfondit et dépasse la réalité

 

A) Le rêve comme connaissance de soi

B) La fécondité du rêve (sur le plan économique ou politique)

 

L'écriture personnelle entièrement rédigée

 

            Rêver n’est pas considéré comme une activité noble et rêvasser a une connotation péjorative. Pourtant, le rêve fait partie intégrante de notre vie ; durant le sommeil, il s’impose, incontrôlable. Dès lors, peut-on dire que le rêve, nous éloignant de la réalité, est stérile ? D’une part, je verrai que le rêve s’oppose à la réalité ; d’autre part, je soulignerai que cette opposition peut être dépassée, le rêve approfondissant la réalité.

 

 

Le rêve construit le monde différemment : l’imaginaire produit des chimères Les rapports à l’espace et au temps sont modifiés. Par exemple, dans le film Narnia, le temps passé dans le royaume de Narnia ne représente que quelques minutes du temps de la société anglaise réelle. Il y a donc une véritable déconnexion de la réalité. Le rêve peut se rapprocher de la folie, comme le note l’écrivain Gérard de Nerval, dans Aurélia pour qui « le rêve est une seconde vie ». Pour Nerval, disciple de Swedenborg, il s’agit d’explorer le monde invisible des esprits. Nerval sera interné dans une clinique psychiatrique puis, bénéficiant d’une permission de sortie, il se pendra aux barreaux d’une grille dans la rue.

            Le rêve s’oppose à la réalité car il est une fuite volontaire hors de la réalité, un déni de réalité. Le joueur qui gaspille un argent précieux dans des paris ou des jeux poursuit un rêve magique qui, comme dans les contes de fées, va le transformer en milliardaire par la magie d’une fée nommée "Française des jeux". De même, l’enfant rêveur est celui qui n’arrive pas à se concentrer en classe et qui échoue dans ses études.

            Le rêve éloigne de la réalité et devient aliénant. C’est comme cela que la publicité arrive à séduire. La publicité vend du rêve afin de vendre son produit comme le note le site philophil.com dans un article intitulé Représentation et communication publicitaire. Le but est d’associer une marque à un rêve. Il ne s’agit plus de présenter les caractéristiques d’un produit ; la publicité s’appuie sur les aspirations profondes de l’être humain, par exemple être aimé, réussir sa vie, être reconnu, être différent, rester jeune. Le roman de Frédéric Beigbeder, 99 Francs, le montre : « Je me prénomme Octave, je suis publicitaire, je suis l’homme qui vous vend de la merde. »

Le rêve est donc un élément négatif de notre vie. Cependant, il est constitutif de notre être. Ne pourrait-on pas apprendre à l’utiliser afin qu’il devienne bénéfique et rejoigne la réalité ?

 

Mieux compris, le rêve permet la connaissance de la réalité de soi. Le rêve, parenthèse de la conscience durant le sommeil, permet justement d’aller au-delà de la conscience et de découvrir notre moi profond comme l’affirme Freud, fondateur de la psychanalyse, dans Cinq leçons de psychanalyse. Le rêve permet de mieux se connaître, connaître la réalité de sa vérité intérieure. Les rêves d’enfance peuvent être considérés comme fondateurs car authentiques, échappant au conformisme social des adultes. Le livre, Alice au pays des merveilles, écrit par Lewis Carroll, est un bon exemple de rêve in

itiatique. Le mot "rêve" est ici entendu au sens figuré d’aspiration. Ils peuvent faire basculer une vie professionnelle avec la désillusion fréquente et toujours possible lors de "la crise de la quarantaine". Par exemple, François-Xavier Demaison travaille dans le secteur de la fiscalité internationale à New York. Suite aux attentats du 11 septembre, il se rend compte que la vie peut être bien courte et qu’il serait temps qu’il fasse ce dont il a toujours rêvé enfant : être comédien. Le rêve a alors une proximité avec la méditation, la contemplation et la philosophie, comme le montre Jean-Jacques Rousseau dans Les rêveries du promeneur solitaire.

Le rêve rejoint la réalité car, par sa créativité, il peut la transformer. Ainsi, Jean Etienne dans Quand le cerveau rêvasse, écrit : «  Quand le cerveau rêvasse, il travaille vraiment… » Je remarque que le rêve est source de créativité économique et scientifique quand il s’agit de créer des besoins nouveaux liés à de nouveaux produits. Le rêve icarien a conduit à l’invention de l’avion. Le rêve peut aussi transformer la réalité sur le plan social ; le rêve est alors synonyme d’aspirations collectives. On pense au rêve américain qui fait partie de l’inconscient collectif américain. Le mot "rêve" traduit ici un idéal. "Cette part de rêve que chacun porte en soi" est donc un stimulant. Le self-made man est le symbole du rêve américain. Le rêve peut aussi être politique : rêver collectivement pour lutter et résister. On a l’exemple de Martin Luther King. Cent ans après l’abolition de l’esclavage, en 1863, par Abraham Lincoln, Martin Luther King, en 1963, a prononcé un discours célèbre par ses anaphores, "I have dream", pour demander la suppression de la ségrégation raciale aux États-Unis. Martin Luther King est un pasteur protestant. Son discours mêle à la fois le désir utopique d’une fraternité universelle et des considérations politiques plus concrètes.

 

 

L’opposition entre rêve et réalité, est évidente au premier abord. Les rêves utopiques comme le communisme se sont heurtés à la réalité et sont devenus de véritables cauchemars : pour imposer le bonheur, on construisait des camps de concentration. Pour autant, cette opposition n’est pas radicale. Je pense que cela tient au fait que nous connaissons bien mal la réalité de notre être capable de modifier en profondeur la réalité qui l’entoure par la puissance de son imagination.

 

--------------------

 

Vous remarquerez que les titres des œuvres ont été soulignés conformément à l’usage typographique manuscrit. Le correcteur voit tout de suite si vous avez mis des références dans votre copie.

 

 

Partager cet article

6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 10:42

Le Cours saint Expédit propose des cahiers de vacances pour l'été, avec des devoirs, corrigés par correspondance, en français et en maths de "vers le CP" à "vers la Terminale" et en anglais de "vers la 6ème" à "vers la seconde". 

 

Il est possible d'utiliser ces cahiers sans renvoyer les devoirs si l'on préfère par commodité corriger par soi-même ou parce que l'envoi de courrier est compliquée (étranger, déplacement fréquents)

 

Ces cahiers pour les vacances d'été peuvent aussi être utilisés comme un soutien scolaire tout au long de l'année. On peut envoyer les devoirs tout au long de l'année.

 


On peut s'inscrire à tout moment de l'année.

 


Des familles faisant l'école à la maison utilisent nos cours. C'est ce que nous avons fait nous-mêmes avec nos enfants ! Nos fascicules donnent les bases qu'il faut compléter par quelques ouvrages. Pour certaines matières ou niveaux, ils sont mêmes suffisants. Attention, nous ne délivrons pas de certificats de scolarité.

 

Un établissement scolaire utilise actuellement nos cours. Nous consulter pour des commandes groupées. 

Partager cet article

Published by Cours saint Expedit - dans CAHIERS DE VACANCES
commenter cet article
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 21:24

 

DEVOIRS DE VACANCES : oui, mais efficaces et corrigés ; si nos cahiers - avec devoirs corrigés par correspondance - permettent de passer une année scolaire de façon beaucoup plus confortable, si les devoirs de vacances permettent de se hisser en tête de classe, cela change tout. Les devoirs de vacances sont évidemment une plaie si l'enfant ne voit pas le fruit de son investissement. 

 

Le principe est de comprendre que la motivation est liée à la réussite. Il est donc extrêmemement préoccupant de voir son enfant en échec car, la motivation disparaissant, s'installe un cercle vicieux. Il est donc impératif de maintenir l'enfant en permanence en situation de réussite afin qu'il conserve le goût du travail scolaire. 

 

Si le travail est méthodique et que, dès qu'il y a des fragilités, elles sont comblées, l'élève sera en situation de réussite sans travail extraordinaire, les professeurs diront même qu'il a des facilités, sans préciser d'où proviennent ces facilités qui semblent tomber du ciel.

 

Il ne s'agit donc pas de bourrer l'enfant de cours particuliers, ni de lui infliger des devoirs de vacances excessifs, il s'agit de proposer quelques plages de travail bien réparties pendant l'été permettant d'anticiper les difficultés pour justement ne pas trop surcharger l'enfant durant l'année. Il faut donc faire des devoirs de vacances tant que l'enfant marche bien afin de maintenir le cercle vertueux. Si l'enfant a des difficultés, c'est que l'on n'a pas anticipé. Il n'est jamais trop tard pour y remédier, et il n'y a pas de déterminisme, aucun enfant n'est condamné mais il faut reconnaître qu'il y a eu dysfonctionnement. 

 

C'est pourquoi nos devoirs de vacances :

- visent à l'efficacité pour que l'enfant ait le maximum de rendement de son travail. On évite le délayage ludique, les activités découvertes, on va à l'essentiel.

- sont corrigés par un professeur qui est à même de juger de la qualité du travail et de conseiller.

 

Une partie des vacances doit être entièrement consacrée au repos


Il faut réserver une partie des vacances pendant laquelle l'enfant se détendra entièrement et ne fera pas de travail scolaire : il a besoin de décompresser. Pendant les vacances d'été, cette plage durera d'une semaine à vingt jours, suivant le degré de fatigue de votre enfant et s'il fait ou non un  camp ou une colonie (si son camp dure 15 jours, prévoir 20 jours de repos en tout pour qu'il puisse récupérer après pendant 5 jours).

L'été cependant est la saison la plus favorable aux apprentissages car c'est à ce moment que l'organisme est en meilleure forme. Du moment que l'enfant dort tout son compte, s'aère, fait du sport et des sorties et a eu la plage de repos total mentionnée ci-dessus, il peut facilement travailler.


Si vous découvrez le cours saint Expédit pendant l'année scolaire ou au début de celle-ci, l'idéal est de répartir les efforts sur toute l’année sans trop accumuler les apprentissages l’hiver, saison qui est éprouvante. Vous pouvez décider d'envoyer par exemple un ou deux devoirs aux petites vacances.

 

 

Ce n’est pas du travail supplémentaire

 

L’enfant doit maîtriser un certain nombre de points du programme. Ce qui est fait l’été ne sera plus à assimiler pendant l’année déjà surchargée avec les activités et le sport. De plus, si l’élève est pensionnaire, mieux vaut l’encadrer l’été pour qu’il soit plus autonome à l’écoleLe travail de vacances effectué sérieusement avec La méthode saint Expédit  est profitable et les résultats augmentent. D’où, durant l’année, une motivation liée au succès et une confiance en soi retrouvée.

 

Acheter un cahier de vacances n’est-ce pas moins cher et tout aussi bien ?


  Avec le cahier de vacances, l'élève est moins motivé. La méthode par correspondance permet d’être stimulé : l’élève envoie un devoir et reçoit un courrier.

- En français, avec la Méthode Saint Expedit , l’élève s’exerce vraiment à écrire des rédactions, des dissertations. Durant l’année, il en fera peu.

- L’élève est corrigé par un professeur expérimenté, l’élève sait ce qu’il vaut et peut progresser.

- Les notions sont exposées de façon claire, structurée et progressive selon la pédagogie efficace et traditionnnelle, propre à  La méthode saint Expédit 


 

Pour savoir combien de temps cela prend par jour, et pour toutes les questions, voir :

La méthode saint Expedit

Réponse à vos questions

 

Partager cet article

12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 21:06

 

PROGRAMME ANGLAIS 3e et 2de

ATTENTION : IL Y A 2 COURS DIFFÉRENTS POUR L'ANGLAIS NIVEAU 3e/2de

 

 

 

Vous avez le choix entre :

- le cours Vers la 3e/2de "Brevet" : il propose des textes argumentatifs et des rédactions autour de sujets-types comme "Are you interested in new technologies?"

 

- le cours Vers la 3e/2de "Littérature" qui propose des extraits de romans et donc un vocabulaire différent. 

 

Conseil : commencer par le cours type "Brevet" car c'est le plus utile pour la 3e et pour le lycée.

 

Vous trouverez les tables des matières des deux cours ci-dessous.

 

 

 

PROGRAMME DÉTAILLÉ

du cours d’anglais Vers la 3e/2de "Brevet"

 

 

 

Temps de travail : il faut compter environ 5 heures par chapitre. On peut donc faire un chapitre par semaine, soit 1 heure d’apprentissage par jour du lundi au jeudi et 1 h pour le devoir, le vendredi. Cette répartition horaire est indicative : il vaut mieux aller plus doucement mais assimiler vraiment le vocabulaire et les structures et non pas les apprendre rapidement en mémoire immédiate pour tout oublier quelques jours plus tard. Les élèves qui ont des lacunes importantes auront intérêt à faire une heure le matin et une heure en fin d’après-midi afin de tout mémoriser à la perfection et d’avoir le temps de refaire les exercices faux.


 CHAPITRE 1


VERSION : les textes des versions sont tous des textes d’annales de Brevet des Collège ; étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur le déroulement d’un camp d’été pour handicapés. Questions de compréhension sur ce texte.

REDACTION : sujet : Last month, Brian went on a camp in the mountains. When he came back, he wrote his grandmother a letter in which he told her what he did and how he felt. Write his letter. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions usuelles en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : le prétérit aux formes affirmatives, négatives et interrogatives. Les verbes irréguliers. Révision des auxiliaires des différents temps avec les réponses courtes et les tags. La tournure to have got/to have.

GRAMMAIRE : le pronom personnel réfléchi ; l’accentuation et la prononciation ; l’exclamation avec how ; savoir construire une question ; tous les mots interrogatifs ; les modaux can, may, must, need’nt et to be allowed to.


CHAPITRE 2


VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur l’histoire du téléphone portable. Questions sur ce texte.

REDACTION : sujet : Are you interested in new technologies?Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : le present perfect, savoir choisir entre present perfect et prétérit.

GRAMMAIRE : l’adjectif démonstratif ; comment traduire "il y a" ; les quantificateurs some/any/no et leurs composés (body/thing/where et every)


 CHAPITRE 3


VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur l’histoire du hamburger. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales étudiées dans les chapitres précédents.

REDACTION: sujet : Do you often go to fast-food restaurants? Explain the advantages and the disadvantages. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : les verbes irréguliers (suite), le futur

GRAMMAIRE : l’article ; les prépositions usuelles ; les changements de sens des verbes suivis de prépositions ; les périphrases modales to have to, to be able to, ought to might et should ; les adjectifs et pronoms possessifs, les pronoms personnels sujets et compléments ; comparatifs et superlatifs.


CHAPITRE 4


VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur les Junior High Schools in the United States of America. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales antérieures.

REDACTION: sujet : Compare your school to an American Junior High School. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte.

CONJUGAISON : le pluperfect ; la forme progressive en général ; tableau clair et synthétique des principaux temps.

GRAMMAIRE : la voix passive.


 CHAPITRE 5


VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur l’histoire de Charlotte qui exerce la profession, peu connue, d’éthologue. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales antérieures.

REDACTION: sujet : What do you think of Charlotte’s job. What do you want to do later? Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : if I were ; verbes irréguliers (suite)

GRAMMAIRE : I’d better - I’d rather - I’d prefer - I’d like ; le discours indirect ; différence entre say et tell.


CHAPITRE 6


ANNALE DU BREVET PRÉSENTÉE COMME AU BREVET :

Sans étude préalable, l’élève s’entraîne sur un texte d’annale avec les questions. Il peut se corriger et se noter. Le texte porte sur les phobies.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte.

REDACTION: sujet : Are you afraid of something? Talk about it and tell how you react and feel. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

GRAMMAIRE : to be used to / I used to


CHAPITRE 7


ANNALE DU BREVET PRÉSENTÉE COMME AU BREVET :

Sans étude préalable, l’élève s’entraîne sur un texte d’annales avec les questions. Le texte porte sur un extrait de roman évoquant une scène de vie scolaire.

DEVOIR : cette annale constitue le devoir à envoyer à la correction.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte.

REDACTION : sujet : What in your opinion is the ideal teacher like? Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

EN FIN DE FASCICULE : Dictionnaire du vocabulaire étudié dans le cours, pratique pour des révisions générales.

 


QUELQUES REMARQUES SUR L’ESPRIT DE CE COURS

 


Quel est le niveau d'anglais de ce cours ?

 

Le niveau d’anglais est celui d’une fin de 4e selon le programme officiel. En grammaire/conjugaison, les points au programme de 6e/5e/4e sont très nombreux. C’est pourquoi, plutôt que de survoler rapidement toutes les notions, nous avons sélectionné les points les plus importants afin de poser des bases solides.

Si l'on maîtrise parfaitement le niveau officiel de fin de 4e, on fera une seconde correcte. Il y a un gouffre entre le niveau officiel et le niveau réel des élèves, sachant qu'un 14/20 de moyenne en début de 3signifie qu'un tiers des notions ne sont pas acquises !

 

J'ai de grosses lacunes, est-il préférable de prendre le fascicule vers la 4e ?

 

Si vous avez des hésitations sur les conjugaisons du présent, du prétérit, si vous avez du mal à poser des questions en anglais, bref si vous pensez que vous ne maitrisez pas bien les bases de 6eet 5e, il semble raisonnable de prendre le fascicule de la classe Vers la 4e qui est d’un bon niveau et qui initie déjà à la rédaction. Quitte à aller un peu plus vite et à poursuivre par la suite avec le fascicule de la classe suivante. Evidemment, si les devoirs de vacances sont imposés par l’école, il faut s’arranger avec elle si l’on ne prend pas le niveau voulu.

 

Faut-il prendre 5 ou 7 chapitres ?

 

Les chapitres 6 et 7 permettent de faire deux sujets d’annales présentés de la même manière qu’au Brevet des Collèges des candidats libres, cela est un moyen pour tester son niveau. Cela permet aussi d’étudier des textes et du vocabulaire supplémentaires. Il est toujours possible de terminer le fascicule après les vacances d’été et d’envoyer les devoirs durant l’année : le Cours saint Expédit est ouvert toute l’année.

 

L'anglais est-il traduit ?

 

Tout est intégralement traduit, y compris les textes et les rédactions traduits ligne par ligne ! Le Cours saint Expédit est contre la pédagogie de la "devinette". Un index à la fin de la brochure récapitule le vocabulaire et sa traduction.


Est-il souhaitable de tout traduire ? L'enfant pourra-t-il penser en anglais ?


 

Contrairement à certaines méthodes, dans ce cours tout est traduit. Cela va aider l’enfant à comprendre le fonctionnement de l’anglais qui est une langue étrangère. Il comprendra son fonctionnement par analogie avec le français qui est sa langue maternelle. Avec le temps, la mémorisation des structures sera telle que le cerveau n’aura plus besoin de passer par la traduction et l’enfant se mettra à penser en anglais et donc à parler et à écrire anglais avec aisance. Traduire n’est donc pas contradictoire avec le fait de vouloir amener l’enfant à maîtriser mentalement une langue sans avoir recours à la transposition dans sa langue maternelle. Traduire est simplement une étape indispensable pour les commençants.

C’est le même problème que pour l’apprentissage de la lecture en classe de CP. Ce n’est pas parce qu’un adulte lit les mots de façon globale qu’il faut utiliser la méthode globale de lecture en CP : la méthode syllabique est nécessaire pour les commençants. De même, ce n’est pas parce qu’un adulte bilingue pense en anglais et ne traduit pas qu’il faut interdire la traduction dans l’enseignement secondaire : la traduction est nécessaire pour les commençants.

Enfin, rappelons qu’il n’y a pas de honte à traduire puisque le métier de traducteur-interprète est le débouché par excellence des études de langues.

 

Comment est travaillée la prononciation ?

 

Les textes et les rédactions sont enregistrés sur CD par un anglophone du Royaume-Uni.


Comment le cours prépare-t-il à la rédaction en anglais ?

 


En 4e, c’est le début de la rédaction en anglais, véritable calvaire pour beaucoup de collégiens et de lycéens. Comment faire pour écrire en anglais sans fautes ? Ce cours va y préparer : on vous propose des rédactions sur des sujets donnés habituellement par les professeurs. La rédaction est toute faite. Le but est de mémoriser le texte anglais (avec sa traduction sous les yeux), afin de progresser par imprégnation et ainsi de pouvoir écrire en anglais. Quand l’élève devra écrire un texte en classe, il pourra puiser dans sa mémoire des phrases ou des passages, voire des textes entiers. C’est ainsi qu’il progressera très vite, adaptant ses tournures et son vocabulaire aux sujets. Cette méthode testée par le Cours Saint Expédit a donné des résultats extraordinaires. A l’inverse, les autres élèves qui ne se préparent pas à la rédaction produiront des textes truffés de fautes, barbouillés de rouge par le professeur. La correction est bien difficile pour l’élève qui ne progressera guère d’une rédaction à l’autre.


Comment les textes anglais ont-ils été choisis ?

 


 

Les textes anglais sont des sujets du Brevet des Collèges, sujets qui sont tombés ces dernières années pour les candidats libres. Nous avons retenu les thèmes qui tombent fréquemment. Par ailleurs, les sujets ont aussi été sélectionnés en fonction de l’esprit et des valeurs catholiques de notre cours.

 

 

Faut-il laisser travailler l'enfant seul ?


 

 

Pour que ce cours soit profitable, un adulte doit superviser le travail, En général, pour ce cours, l’adulte devra faire réciter le vocabulaire, les versions (traductions de l’anglais vers le français) et les thèmes (traduction du français vers l’anglais). Si l’enfant a des lacunes importantes ou s’il est paresseux et rêveur, l’adulte pourra rester en permanence à côté de l’enfant avec le fascicule des corrigés en main.

 

Les devoirs sont-ils difficiles ?


Tout ce qui est demandé dans les devoirs est auparavant étudié et traduit dans le chapitre ou les chapitres précédents. Les questions posées sont souvent les mêmes que celles données dans les exercices auparavant. Si l’élève est sérieux et travailleur, il doit pouvoir obtenir une très bonne note.


Les exercices sont-ils difficiles ?


Les exercices sont de difficulté progressive. Ils sont simples et privilégient l’acquisition d’automatismes des structures.

 

 

 

 

PROGRAMME DÉTAILLÉ

du cours d’anglais Vers la 3e/2de "Littérature"

 

 


 

 

 

 

 

Temps de travail : Il y a quatre chapitres d’apprentissage et un cinquième chapitre de révision de vocabulaire (800 mots) qui sera fait en 3 heures si les 4 premiers chapitres ont été bien appris. Votre enfant doit compter 6 à 8 heures de travail pour faire un des quatre premiers chapitres : 6 heures s’il choisit la méthode minimale conseillée et 8 heures s’il choisit la méthode d’excellence. Les deux méthodes sont expliquées ci-dessous. Un chapitre est divisé en 5 journées. Le 5e jour d’un chapitre est celui du devoir qui réinvestit les notions étudiées les 4 jours précédents. Le découpage en journées n’est qu’indicatif. Vous organisez votre travail comme vous le voulez. Cela fait donc 23 journées de 1h10 à 1h40 chacune, soit 27 à 35 heures en tout  pour faire tout le cours, en fonction de la méthode choisie.

Pour ce niveau, il n’y aura pas de choix entre 5 ou 7 chapitres car si votre enfant assimile le programme de ces 5 chapitres parfaitement avec la méthode d’excellence décrite plus bas, il sera devenu très bon en anglais et peut-être même le premier de la classe dans cette matière.

 

CHAPITRE 1

 

VERSION-VOCABULAIRE : Chaque semaine, une nouvelle histoire est abordée en anglais, par extraits. Le vocabulaire propre à cette histoire est étudié sous forme de liste, à côté de l’histoire. Tous les textes sont présentés intégralement traduits, ligne par ligne.On peut les écouter sur un CD joint au cours. Ils sont lus par un anglais du Royaume-Uni. Ces textes sont à apprendre soit  par coeur (méthode d’excellence des 35 heures), soit par extraits (méthode minimale des 27 heures). Si l’enfant choisit la méthode d’excellence, nous lui donnons une technique efficace que nous lui expliquons pas à pas. Ce système d’apprentissage est le secret pour devenir très vite excellent en anglais, quel que soit le niveau de départ. Cette semaine, nous étudions 5 extraits de A little princess, de Frances Burnett. Il y a en tout dans le cours, tous chapitres confondus, 17 textes de 250 mots chacun en moyenne.

 

 

CONJUGAISON : Le présent simple et le présent progressif (ou continu) aux formes affirmative, négative, interrogative. Règles d’emploi. Exercices.

 

 

GRAMMAIRE : Le pluriel des noms. Les pronoms personnels sujets et compléments. Place de l’adjectif : règle de base. Exercices.

 

 

THÈME : Chaque journée comporte 5 à 8 phrases de thème choisies dans le texte appris auparavant. La méthode minimale consiste à apprendre uniquement les phrases de thème demandées chaque jour. Si l’on a choisi la méthode d’excellence,  on sait déjà le texte par coeur et ces phrases se font très rapidement en 5 minutes. A chaque devoir, on demandera 10 phrases de thème environ qui seront choisies parmi les phrases de thème vues dans la semaine. Il faut donc, pour bien se préparer au devoir, se réciter de nouveau les  textes vus dans la semaine en entier ou par extraits suivant la méthode choisie en cachant la partie anglaise avec un papier et en s’aidant en regardant la traduction française. Le thème appris par cœur avec la compréhension des règles est une des meilleures méthodes pour réussir et progresser très vite en anglais. Cela effraye un peu de prime abord, mais on s’y habitue vite et on est étonné de voir très rapidement la vitesse d’apprentissage s’accélérer. Ces phrases sues par cœur seront réinvestissables dans des « essays » et par oral. Votre enfant, à la fin de ce cours aura acquis une aisance d’expression qui vous surprendra, à condition d’avoir appris sérieusement ses textes. Il est capital de veiller à cela et de l’aider à bien appliquer la méthode d’apprentissage au début. Il vaut mieux être assis à côté de lui pour les deux premiers chapitres car s’il n’applique pas la méthode décrite, il se découragera et ralentira sa vitesse d’apprentissage.

Chaque devoir de chaque semaine à renvoyer à la correction comportera donc, outre ces dix phrases de révision de thème, d’autres questions de grammaire et/ou de conjugaison. Tout sera vu auparavant dans le cours. Donc si le cours est appris, l’enfant peut avoir une très bonne note, même s’il est en grande difficulté.

 

 

CHAPITRE 2

 

VERSION-VOCABULAIRE : Tales of Narnia, The lion, the witch and the wardrobe de C.S Lewis. (Narnia tome II). Même esprit qu’au chapitre 1 : 4 extraits passionnants sont à apprendre entièrement ou par extraits.

 

 

CONJUGAISON : Le prétérit (ou simple past) : forme interrogative, affirmative et négative. Liste des verbes irréguliers.

 

 

GRAMMAIRE : Les comparatifs, d’égalité, d’infériorité et de supériorité, les superlatifs relatif et absolu, réguliers et irréguliers. Le cas possessif, les adjectifs et pronoms possessifs. Les pronoms réfléchis.

 


CHAPITRE 3

 

VERSION-VOCABULAIRE : The dawn treader ou L’Odyssée du Passeur d’Aurore, C..S. Lewis. (Narnia tome V) : 4 extraits.

 

 

CONJUGAISON : Le present perfect : forme interrogative, affirmative et négative.

 

 

GRAMMAIRE : les questions-tags. Les propositions subordonnées relatives. L’exclamation. Some, any, no.

 


CHAPITRE 4

 

VERSION-VOCABULAIRE : The railway children, d’Edith Nesbit : 4 extraits.

 

 

CONJUGAISON : Le futur avec will : forme interrogative, affirmative et négative. To be going to. L’impératif et les auxiliaires de mode avec leur équivalent  (can, may, to be allowed to, must, to have to etc.) : forme interrogative, affirmative et négative.

 

 

GRAMMAIRE : L’article the. Quand faut-il le mettre ?

 


CHAPITRE 5

 

VOCABULAIRE : Révision des 800 mots vus dans ce cours. Le devoir à renvoyer à la correction est une interrogation facile de 20 mots de vocabulaire, contrairement aux autres devoirs qui donnent une large place au thème.

 

 

Partager cet article

11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 20:36

 

 

PROGRAMME ANGLAIS 3e /2de

ATTENTION : IL Y A 2 COURS DIFFÉRENTS POUR L'ANGLAIS NIVEAU 3e/2de

 

 

 

Vous avez le choix entre :

- le cours Vers la 3e/2de "Brevet" : il propose des textes argumentatifs et des rédactions autour de sujets-types comme "Are you interested in new technologies?"

- le cours Vers la 3e/2de "Littérature" qui propose des extraits de romans et donc un vocabulaire différent.

 

Conseil : commencer par le cours type brevet car c'est le plus utile pour la 3e et pour le lycée.

 

Vous trouverez les tables des matières des deux cours ci-dessous.

 

 

 

PROGRAMME DÉTAILLÉ

du cours d’anglais Vers la 3e/2de Brevet

 

 

 

Temps de travail : il faut compter environ 5 heures par chapitre. On peut donc faire un chapitre par semaine, soit 1 heure d’apprentissage par jour du lundi au jeudi et 1 h pour le devoir, le vendredi. Cette répartition horaire est indicative : il vaut mieux aller plus doucement mais assimiler vraiment le vocabulaire et les structures et non pas les apprendre rapidement en mémoire immédiate pour tout oublier quelques jours plus tard. Les élèves qui ont des lacunes importantes auront intérêt à faire une heure le matin et une heure en fin d’après-midi afin de tout mémoriser à la perfection et d’avoir le temps de refaire les exercices faux.


 CHAPITRE 1


VERSION : les textes des versions sont tous des textes d’annales de Brevet de Collège ; étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur le déroulement d’un camp d’été pour handicapés. Questions de compréhension sur ce texte.

REDACTION : sujet : Last month, Brian went on a camp in the mountains. When he came back, he wrote his grandmother a letter in which he told her what he did and how he felt. Write his letter. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions usuelles en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : le prétérit aux formes affirmatives, négatives et interrogatives. Les verbes irréguliers. Révision des auxiliaires des différents temps avec les réponses courtes et les tags. La tournure to have got/to have.

GRAMMAIRE : le pronom personnel réfléchi ; l’accentuation et la prononciation ; l’exclamation avec how ; savoir construire une question ; tous les mots interrogatifs ; les modaux can, may, must, need’nt et to be allowed to.


CHAPITRE 2


VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur l’histoire du téléphone portable. Questions sur ce texte.

REDACTION : sujet : Are you interested in new technologies? Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : le present perfect, savoir choisir entre present perfect et prétérit. Forsince et ago.

GRAMMAIRE : l’adjectif démonstratif ; comment traduire "il y a" ; les quantificateurs some/any/no et leurs composées (body/thing/where et every)


 CHAPITRE 3


VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur l’histoire du hamburger. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales étudiées dans les chapitres précédents.

REDACTION : sujet : Do you often go to fast-food restaurants? Explain the advantages and the disadvantages. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : les verbes irréguliers (suite), le futur

GRAMMAIRE : l’article ; les prépositions usuelles ; les changements de sens des verbes suivis de prépositions ; les périphrases modales : to have to, to be able to, ought to ; might et should ; les adjectifs et pronoms possessifs, les pronoms personnels sujets et compléments ; comparatifs et superlatifs.


CHAPITRE 4


VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur les Junior High Schools in the United States of America. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales antérieures.

REDACTION : sujet : Compare your school to an American Junior High School. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte.

CONJUGAISON : le pluperfect ; la forme progressive en général ; tableau clair et synthétique des principaux temps.

GRAMMAIRE : la voix passive.


 CHAPITRE 5


VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur l’histoire de Charlotte qui exerce la profession, peu connue, d’éthologue. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales antérieures.

REDACTION : sujet : What do you think of Charlotte’s job. What do you want to do later? Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : "if I were" ; verbes irréguliers (suite)

GRAMMAIRE : I’d better - I’d rather - I’d prefer - I’d like ; le discours indirect ; différence entre say et tell.


CHAPITRE 6


ANNALE DU BREVET PRÉSENTÉE COMME AU BREVET :

Sans étude préalable, l’élève s’entraîne sur un texte d’annale avec les questions. Il peut se corriger et se noter. Le texte porte sur les phobies.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte.

REDACTION : sujet : Are you afraid of something? Talk about it and tell how you react and feel. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

GRAMMAIRE : to be used to / I used to


CHAPITRE 7


ANNALE DU BREVET PRÉSENTÉE COMME AU BREVET :

Sans étude préalable, l’élève s’entraîne sur un texte d’annales avec les questions. Le texte porte sur un extrait de roman évoquant une scène de vie scolaire.

DEVOIR : cette annale constitue le devoir à envoyer à la correction.

VOCABULAIRE : une centaine de mots et expressions en contexte.

REDACTION : sujet : What in your opinion is the ideal teacher like? Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

EN FIN DE FASCICULE : Dictionnaire du vocabulaire étudié dans le cours, pratique pour des révisions générales.

 


QUELQUES REMARQUES SUR L’ESPRIT DE CE COURS

 


Quel est le niveau d'anglais de ce cours ?

 

Le niveau d’anglais est celui d’une fin de 4e selon le programme officiel. En grammaire/conjugaison, les points au programme de 6e/5e/4e sont très nombreux. C’est pourquoi, plutôt que de survoler rapidement toutes les notions, nous avons sélectionné les points les plus importants afin de poser des bases solides.

 

J'ai de grosses lacunes, est-il préférable de prendre le fascicule de l'année précédente, c'est-à-dire vers la 4e ?

 

Si vous avez des hésitations sur les conjugaisons du présent, du prétérit, si vous avez du mal à poser des questions en anglais, bref si vous pensez que vous ne maitrisez pas bien les bases de 6eet 5e, il semble raisonnable de prendre le fascicule de la classe Vers la 4e qui est d’un bon niveau et qui initie déjà à la rédaction. Quitte à aller un peu plus vite et à poursuivre par la suite avec le fascicule de la classe suivante. Voir les points de grammaire abordés dans les fascicules pour vous décider. Évidemment, si les devoirs de vacances sont imposés par l’école, il faut s’arranger avec elle si l’on ne prend pas le niveau voulu.

 

Faut-il prendre 5 ou 7 chapitres ?

 

Les chapitres 6 et 7 permettent de faire deux sujets d’annales présentés de la même manière qu’au Brevet des Collèges des candidats libres, cela est un moyen pour tester son niveau. Cela permet aussi d’étudier des textes et du vocabulaire supplémentaires. Il est toujours possible de terminer le fascicule après les vacances d’été et d’envoyer les devoirs durant l’année : le Cours Saint Expédit est ouvert toute l’année.

 

L'anglais est-il traduit ?

 

Tout est intégralement traduit, y compris les textes et les rédactions traduits ligne par ligne ! Le Cours Saint Expédit est contre la pédagogie de la "devinette". Un index à la fin de la brochure récapitule le vocabulaire et sa traduction.


Est-il souhaitable de tout traduire ? L'enfant pourra-t-il penser en anglais ?


 

Contrairement à certaines méthodes, dans ce cours, tout est traduit. Cela va aider l’enfant à comprendre le fonctionnement de l’anglais qui est une langue étrangère. Il comprendra son fonctionnement par analogie avec le français qui est sa langue maternelle. Avec le temps, la mémorisation des structures sera telle que le cerveau n’aura plus besoin de passer par la traduction et l’enfant se mettra à penser en anglais et donc à parler et à écrire anglais avec aisance. Traduire n’est donc pas contradictoire avec le fait de vouloir amener l’enfant à maîtriser mentalement une langue sans avoir recours à la transposition dans sa langue maternelle. Traduire est simplement une étape indispensable pour les commençants.

C’est le même problème que pour l’apprentissage de la lecture en classe de CP. Ce n’est pas parce qu’un adulte lit les mots de façon globale qu’il faut utiliser la méthode globale de lecture en CP : la méthode syllabique est nécessaire pour les commençants. De même, ce n’est pas parce qu’un adulte bilingue pense en anglais et ne traduit pas qu’il faut interdire la traduction dans l’enseignement secondaire : la traduction est nécessaire pour les commençants.

Enfin, rappelons qu’il n’y a pas de honte à traduire puisque le métier de traducteur-interprète est le débouché par excellence des études de langues.

 

Comment est travaillée la prononciation ?

 

Les textes et les rédactions sont enregistrés sur CD par un anglophone du Royaume-Uni.


Comment le cours prépare-t-il à la rédaction en anglais ?

 


En 4e, c’est le début de la rédaction en anglais, véritable calvaire pour beaucoup de collégiens et de lycéens. Comment faire pour écrire en anglais sans fautes ? Ce cours va préparer : on propose des rédactions sur des sujets donnés habituellement par les professeurs. La rédaction est toute faite. Le but est de mémoriser le texte anglais (avec sa traduction sous les yeux), afin de progresser par imprégnation et ainsi de pouvoir écrire en anglais. Quand l’élève devra écrire un texte en classe, il pourra puiser dans sa mémoire des phrases ou des passages, voire des textes entiers. C’est ainsi qu’il progressera très vite, adaptant ses tournures et son vocabulaire aux sujets. Cette méthode testée par le Cours Saint Expédit a donné des résultats extraordinaires. A l’inverse, les autres élèves qui ne se préparent pas à la rédaction produiront des textes truffés de fautes, barbouillés de rouge par le professeur. La correction est bien difficile pour l’élève qui ne progressera guère d’une rédaction à l’autre.


Comment les textes anglais ont-ils été choisis ?

 


 

Les textes anglais sont des sujets du Brevet des Collèges, sujets qui sont tombés ces dernières années pour les candidats libres. Nous avons retenu les thèmes qui tombent fréquemment. Par ailleurs, les sujets ont aussi été sélectionnés en fonction de l’esprit et des valeurs catholiques de notre cours.

 

 

Faut-il laisser travailler l'enfant seul ?


 

 

Pour que ce cours soit profitable, un adulte doit superviser le travail, En général, pour ce cours, l’adulte devra faire réciter le vocabulaire, les versions (traductions de l’anglais vers le français) et les thèmes (traduction du français vers l’anglais). Si l’enfant a des lacunes importantes ou s’il est paresseux et rêveur, l’adulte pourra rester en permanence à côté de l’enfant avec le fascicule des corrigés en main.

 

Les devoirs sont-ils difficiles ?


Tout ce qui est demandé dans les devoirs est auparavant étudié et traduit dans le chapitre ou les chapitres précédents. Les questions posées sont souvent les mêmes que celles données auparavant dans les exercices. Si l’élève est sérieux et travailleur, il doit pouvoir obtenir une très bonne note.


Les exercices sont-ils difficiles ?


Les exercices sont de difficulté progressive. Ils sont simples et privilégient l’acquisition d’automatismes des structures.

 

 

 

 

PROGRAMME DÉTAILLÉ

du cours d’anglais Vers la 3e/2de "Littérature"

 

 

 

 

 

Temps de travail : Il y a quatre chapitres d’apprentissage et un cinquième chapitre de révision de vocabulaire (800 mots) qui sera fait en 3 heures si les 4 premiers chapitres ont été bien appris. Votre enfant doit compter 6 à 8 heures de travail pour faire un des quatre premiers chapitres : 6 heures s’il choisit la méthode minimale conseillée et 8 heures s’il choisit la méthode d’excellence. Les deux méthodes sont expliquées ci-dessous. Un chapitre est divisé en 5 journées. Le 5e jour d’un chapitre est celui du devoir qui réinvestit les notions étudiées les 4 jours précédents. Le découpage en journées n’est qu’indicatif. Vous organisez votre travail comme vous le voulez. Cela fait donc 23 journées de 1h10 à 1h40 chacune, soit 27 à 35 heures en tout  pour faire tout le cours, en fonction de la méthode choisie.

Pour ce niveau, il n’y aura pas de choix entre 5 ou 7 chapitres car si votre enfant assimile le programme de ces 5 chapitres parfaitement avec la méthode d’excellence décrite plus bas, il sera devenu très bon en anglais et peut-être même le premier de la classe dans cette matière.

 

CHAPITRE 1

 

VERSION-VOCABULAIRE : Chaque semaine, une nouvelle histoire est abordée en anglais, par extraits. Le vocabulaire propre à cette histoire est étudié sous forme de liste, à côté de l’histoire. Tous les textes sont présentés intégralement traduits, ligne par ligne.On peut les écouter sur un CD joint au cours. Ils sont lus par un anglais du Royaume-Uni. Ces textes sont à apprendre soit  par coeur (méthode d’excellence des 35 heures), soit par extraits (méthode minimale des 27 heures). Si l’enfant choisit la méthode d’excellence, nous lui donnons une technique efficace que nous lui expliquons pas à pas. Ce système d’apprentissage est le secret pour devenir très vite excellent en anglais, quel que soit le niveau de départ. Cette semaine, nous étudions 5 extraits de A little princess, de Frances Burnett. Il y a dans le cours, tous chapitres confondus, 17 textes de 250 mots chacun en moyenne.

 

 

CONJUGAISON : Le présent simple et le présent progressif (ou continu) aux formes affirmative, négative, interrogative. Règles d’emploi. Exercices.

 

 

GRAMMAIRE : Le pluriel des noms. Les pronoms personnels sujets et compléments. Place de l’adjectif : règle de base. Exercices.

 

 

THÈME : Chaque journée comporte 5 à 8 phrases de thème choisies dans le texte appris auparavant. La méthode minimale consiste à apprendre uniquement les phrases de thème demandées chaque jour. Si l’on a choisi la méthode d’excellence,  on sait déjà le texte par coeur et ces phrases se font très rapidement en 5 minutes. A chaque devoir, on demandera 10 phrases de thème environ qui seront choisies parmi les phrases de thème vues dans la semaine. Il faut donc, pour bien se préparer au devoir, se réciter de nouveau les  textes vus dans la semaine en entier ou par extraits suivant la méthode choisie en cachant la partie anglaise avec un papier et en s’aidant en regardant la traduction française. Le thème appris par cœur avec la compréhension des règles est une des meilleures méthodes pour réussir et progresser très vite en anglais. Cela effraye un peu de prime abord, mais on s’y habitue vite et on est étonné de voir très rapidement la vitesse d’apprentissage s’accélérer. Ces phrases sues par cœur seront réinvestissables dans des « essays » et par oral. Votre enfant, à la fin de ce cours aura acquis une aisance d’expression qui vous surprendra, à condition d’avoir appris sérieusement ses textes. Il est capital de veiller à cela et de l’aider à bien appliquer la méthode d’apprentissage au début. Il vaut mieux être assis à côté de lui pour les deux premiers chapitres car s’il n’applique pas la méthode décrite, il se découragera et ralentira sa vitesse d’apprentissage.

Chaque devoir de chaque semaine à renvoyer à la correction comportera donc, outre ces dix phrases de révision de thème, d’autres questions de grammaire et/ou de conjugaison. Tout sera vu auparavant dans le cours. Donc, si le cours est appris, l’enfant peut avoir une très bonne note, même s’il est en grande difficulté.

 

 

CHAPITRE 2

 

VERSION-VOCABULAIRE : Tales of Narnia, The lion, the witch and the wardrobede C.S Lewis. (Narnia tome II). Même esprit qu’au chapitre 1 : 4 extraits passionnants sont à apprendre entièrement ou par extraits.

 

 

CONJUGAISON : Le prétérit (ou simple past) : forme interrogative, affirmative et négative. Liste des verbes irréguliers.

 

 

GRAMMAIRE : Les comparatifs, d’égalité, d’infériorité et de supériorité, les superlatifs relatif et absolu, réguliers et irréguliers. Le cas possessif, les adjectifs et pronoms possessifs. Les pronoms réfléchis.

 


CHAPITRE 3

 

VERSION-VOCABULAIRE : The dawn treader ou L’Odyssée du Passeur d’Aurore, C. S. Lewis. (Narnia tome V) : 4 extraits.

 

 

CONJUGAISON : Le present perfect : forme interrogative, affirmative et négative.

 

 

GRAMMAIRE : les questions-tags. Les propositions subordonnées relatives. L’exclamation. Some, any, no.

 


CHAPITRE 4

 

VERSION-VOCABULAIRE : The railway children, d’Edith Nesbit : 4 extraits.

 

 

CONJUGAISON : Le futur avec will : forme interrogative, affirmative et négative. To be going to. L’impératif et les auxiliaires de mode avec leur équivalent  (can, may, to be allowed to, must, to have to etc.) : forme interrogative, affirmative et négative.

 

 

GRAMMAIRE : L’article the. Quand faut-il le mettre ?

 


CHAPITRE 5

 

VOCABULAIRE : Révision des 800 mots vus dans ce cours. Le devoir à renvoyer à la correction est une interrogation facile de 20 mots de vocabulaire, contrairement aux autres devoirs qui donnent une large place au thème.

 

 

Partager cet article

18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 16:56

 

 

 

Date des épreuves :  mai 2015

 

- Thème 1 : Cette part de rêve que chacun porte en soi (fiches déjà parues)

Thème 2 - Ces objets qui nous envahissent : objets cultes, culte des objets (à paraître mi-mars 2015)

 

Nous proposons des fiches sur les thèmes. 

 

 

Présentation : pour les sections de BTS, l'examen final de "culture générale et expression" consiste en une synthèse (notée sur 40) puis en une écriture personnelle (noté sur 20).

 

Le tout est à faire en 4 heures. C'est pourquoi il faut disposer de connaissances mémorisées afin de pouvoir, après la synthèse, faire l'écriture personnelle assez rapidement. Compter 2 à 3 pages pour l'écriture personnelle. De plus, il faut mettre des références dans l'écriture personnelle afin de ne pas transformer cet exercice en conversation de café du commerce. Mettre des références signifie citer des œuvres et des auteurs afin d'élever le débat. Citer les documents fournis par la synthèse ne suffira pas. La majorité des copies étant souvent très pauvres, ces références feront la différence. Enfin, ces fiches vous aideront à cerner les problématiques de la synthèse.

 

J’ai conçu des fiches facilement mémorisables car assez courtes et rédigées de telle sorte que le propos soit clair et que ceux qui ont du mal en français puissent apprendre par coeur des passages. Elles constituent un réservoir d'exemples et d'arguments qui vous permettront de faire face à de nombreux sujets. Elles tiennent en 12 pages environ soit 6 pages par thème : elles sont donc assez détaillées et en même temps assimilables en quelques heures. C’est l’idéal pour réviser l’examen surtout si on n’a rien de prêt et que le temps presse !

Attention : pour la synthèse, ne mettre que les idées tirées des documents. Les idées des fiches proposées sont uniquement à utiliser pour l'écriture personnelle.

 

Bon courage,

M. Dollié

Agrégé de l'Université

Actuellement professeur en BTS, membre de jury de BTS

Ancien correcteur du BTS au CNED

 

Extrait du début des fiches sur le thème "rêve" :

 

      Cette part de rêve que chacun porte en soi

 

Problématique générale (à apprendre par cœur) : commentaire du libellé

 

"Cette part" signifie un aspect de notre personnalité qui n’est pas clairement défini : se pose la question de la définition du rêve qui conserve un aspect mystérieux. Se pose aussi la question de la connaissance qu’a l’homme de son rêve, de l’influence du rêve dans sa vie puisque chacun le porte "en soi". Enfin le mot "chacun" renvoie à chaque homme en particulier mais signifie aussi que tous les hommes portent en eux ce rêve qui peut revêtir une forme collective.

 

Vocabulaire et orthographe :

 

- le mot "cauchemar" ne prend pas de "d" à la fin

- "onirique" : lié au rêve (c’est l’adjectif de rêve qui n’a pas d’adjectif, on ne dit pas rêvique). On dit une pensée onirique et non une pensée rêveuse.

- "prosaïque" signifie : + qui est dépourvu de noblesse, de distinction, d'élégance (un être prosaïque. Une existence prosaïque) S’oppose à rêvé.

                                     + Se dit d'une remarque bassement matérielle, réaliste : (Excusez ce détail prosaïque, mais j'ai mal à l'estomac.)

 

Méthode :

 

Votre écriture personnelle doit être constitué de paragraphes comportant des arguments généraux et des exemples. Veillez à développer les arguments. Suite à ces fiches, il ne faudrait pas que votre développement devienne un catalogue d’exemples : évoquer le rêve chez les romantiques, raconter le film Inception, ou parler de Freud sont des exemples. Ce qui compte est votre idée générale qui doit être bien expliquée au début du paragraphe : par exemple, Raconter son rêve permet de mieux se connaître. Il fait remonter à la surface notre intériorité et éclaire notre personnalité. Après seulement, on enchaîne sur un exemple en disant, C’est ce qu’affirme la psychanalyse s’appuyant sur les travaux de Freud, etc. puis vous expliquez cet exemple en montrant le lien avec votre argument. Dans ces fiches, les exemples sont développés plus longuement que nécessaire dans votre copie d’examen pour que vous compreniez de quoi il retourne.

 

Les arguments dans cette fiche sont donnés dans les titres et au début des paragraphes. Lisez plusieurs fois l’ensemble puis apprenez en premier le plan. Les mots importants sont en caractères gras pour faciliter la mémorisation. Vous utiliserez aussi les arguments présents dans le corpus proposé le jour de l’examen. Le sujet du développement personnel est en effet en lien avec les textes du corpus.


1re partie : le rêve individuel

 

 

A) NOUS ALLONS D’ABORD ÉTUDIER EN QUOI LE RÊVE PERMET L’EXPLORATION DU MONDE.

 

1) Le rêve et connaissance de soi

 

- Argument contre : Le rêve ne permet pas la connaissance puisque c’est une parenthèse de la conscience, un élève rêveur est un mauvais élève, qui n’est pas concentré. Noter le ton péjoratif du mot rêvasser. Par conséquent, le rêve est une perte de temps et n’apprend rien sur nous-mêmes. Une personne rêveuse a un tempérament très sensible, et romantique comme Emma dans Madame Bovary de Flaubert. Le romantisme qui prône l’exaltation de la sensibilité contre la raison accorde une grande importance au rêve. Musique : Franz Liszt, romantique allemand, a composé Liebestraum (Rêves d’amour) : la passion amoureuse dépasse le cadre prosaïque, est du domaine du rêve.

 

- Argument pour : le rêve, parenthèse de la conscience durant le sommeil, permet justement d’aller au-delà de la conscience et de découvrir notre moi profond comme l’affirme Freud, fondateur de la psychanalyse1. Freud pense que le rêve explique scientifiquement par l’inconscient. Les idées refoulées dans l’inconscient peuvent s’exprimer lors du rêve car celui-ci échappe à la raison consciente de la personne. Le rêve lève les tabous et les interdits puisque c’est une activité psychique qui n’est pas contrôlée par la raison. Interpréter le rêve permettra alors d’explorer l’inconscient et ainsi de résoudre les problèmes de la personne. La psychanalyse se propose d’interpréter les rêves.

 

 

Témoignages


"Je vous remercie pour vos fiches BTS de révison en Culture générale, elles me sont d'un très grand secours." Valérie

 

"Chère Madame, Cher Monsieur,

 Comme promis je vous fais part de mes notes à l'examen. J'ai obtenu mon BTS avec une moyenne de 13.05/20! C'est merveilleux quand on sait que ma moyenne générale ne décollait pas au-dessus de 10... A l'épreuve de Culture générale j'ai décroché un 14/20! Tandis que ma moyenne oscillait entre 7.5 et 9/20 durant ces 2 ans... J'ai utilisé vos fiches qui sont vraiment bien bâties! Tout y était. Je dis cela sincèrement." Mélanie

 

 

Comment commander les fiches ?

 

Imprimer ou recopier sur papier libre le bon de commande ci-dessous :

 

Nom : ……………………………………..

Prénom : ………………………………………………

 

○ Je veux les fiches sur rêves ( 9 pages) Prix : par la poste 6 € et par mail 5 €

 

 

Je souhaite un envoi par La Poste et mon adresse est :

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Je souhaite un envoi par mail et mon adresse mail est :

……………………………………………………………………………………

 

Je relis mon adresse pour vérifier qu'il n'y a pas d'erreur. 

 

 

Je joins un chèque (ordre Mme Dollié) ou des timbres. Ne mettez pas d’espèces car cela n’arrive jamais et c’est interdit !

 

J’envoie le tout à Cours saint Expédit

       35 rue des cordiers

       34660 Cournonsec

 

Bon courage et tous mes vœux de réussite !

 

 

Les fiches sur le 2e thème des objets paraîtront mi-mars 2015 au même prix

 

 

 

Vous trouverez les fiches sur la méthode de la synthèse et de l'écriture personnelle en accès libre : voir rubrique juste en dessous dans la colonne de gauche.

 

 

 

 

Partager cet article

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 16:24

 

DEVOIRS DE VACANCES : PROGRAMME DÉTAILLÉ

du cours d’anglais vers la 4e

(révision de la 5e)

 

DSC00240-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Temps de travail : Il faut compter environ 5 heures par chapitre. On peut donc faire un chapitre par semaine, soit 1 heure d’apprentissage par jour du lundi au jeudi et 1 h pour le devoir, le vendredi. Cette répartition horaire est indicative : il vaut mieux aller plus doucement mais assimiler vraiment le vocabulaire et les structures et non pas les apprendre rapidement en mémoire immédiate pour tout oublier quelques jours plus tard. En effet, ce cours est important : il récapitule les deux années d’anglais de 6e/5e, années qui donnent les bases indispensables.

 

 

CHAPITRE 1

 

VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur les écoles anglaises. Questions de compréhension sur ce texte.

REDACTION : sujet : Would you like to study en England ? Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une cinquantaine de mots simples et expressions usuelles en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : le présent simple aux formes affirmatives, négatives et interrogatives. La tournure to have got/to have : le problème des formes interrogatives et négatives.

GRAMMAIRE : l’adjectif qualificatif et sa place, les nombres (ordinaux et cardinaux), les mois de l’année, savoir dire la date à l’écrit et à l’oral.

 

CHAPITRE 2

 

VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur les cadets de la Royal Air Force. Questions sur ce texte.

REDACTION : sujet : You would like to spend a week in a firm, in order to observe how it is run. You must write a letter. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une cinquantaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : les modaux : can/may/must, le présent progressif, savoir choisir entre présent simple et présent progressif.

GRAMMAIRE : les articles ("a", "the" ou absence d’article), les mots interrogatifs, savoir poser une question, exercice de phonétique.

 

 

CHAPITRE 3

 

VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur les courses d’orientation. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales étudiées dans les chapitres précédents.

REDACTION : sujet : What are your favourite hobbies? Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser.

VOCABULAIRE : une cinquantaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : le futur et la tournure to be going to.

GRAMMAIRE : le comparatif, les prépositions usuelles : tableau et exemples à connaître, comment traduire "il y a" ?

 

 

CHAPITRE 4

 

VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur The delicious history of chocolate. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales antérieures.

REDACTION : sujet : What are your eating habits? Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une cinquantaine de mots et expressions en contexte.

CONJUGAISON : le prétérit aux formes affirmatives, négatives et interrogatives, les verbes irréguliers.

 

 

CHAPITRE 5

 

VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur le handicap : Zahiba, a wish child de la fondation Make A Wish. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales antérieures.

REDACTION : sujet : You write a letter to Zahiba to tell about your life. (Age, family, studies, hobbies…) Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser.

VOCABULAIRE : une cinquantaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : le prétérit progressif, choisir entre prétérit simple et prétérit progressif.

GRAMMAIRE : le superlatif, le cas possessif.

 

 

CHAPITRE 6

 

VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur un trek au Pôle Nord par une adolescente. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales antérieures.

REDACTION : sujet : In a talk on the Arctic she gives in a High School, she shares advice etc. Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux.

VOCABULAIRE : une cinquantaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : le conditionnel, abordé en 5e avec les expressions I’d rather, I’d prefer, l’d like.

GRAMMAIRE : les périphrases modales : to be allowed to, to have to, to be able to, should.

 

 

CHAPITRE 7

 

VERSION : étude d’un texte simple, entièrement traduit, portant sur l’histoire vraie de Violet Jessop, hôtesse sur le Titanic. Questions sur ce texte permettant un réinvestissement des notions grammaticales antérieures.

REDACTION : sujet : You have witnessed a bike accident. Tell a policeman what you saw… Modèle de rédaction entièrement traduite à mémoriser avec le texte français sous les yeux..

VOCABULAIRE : une cinquantaine de mots et expressions en contexte, extraits du texte de la version ou de la rédaction en anglais.

CONJUGAISON : l’impératif et la défense.

GRAMMAIRE : les adjectifs et pronoms possessifs, les pronoms personnels sujets et compléments, exercice de phonétique, ne pas confondre "is" ou "has" dans l’abréviation "’s ".

 

EN FIN DE FASCICULE : Dictionnaire du vocabulaire étudié dans le cours : pratique pour des révisions générales.

 

 

QUELQUES REMARQUES SUR L’ESPRIT DE CE COURS

 

Quel est le niveau d’anglais de ce cours ?

 

Le niveau d’anglais est celui d’une fin de 5e selon le programme officiel actuel. En grammaire/conjugaison, les points abordés en 6e/5e sont déjà très nombreux. C’est pourquoi, plutôt que de survoler rapidement toutes les notions, nous avons sélectionné les points les plus importants afin de poser des bases solides. Les exercices sont de difficulté progressive.

 

Faut-il prendre 5 ou 7 chapitres ?

 

Il n’a pas été possible de tout étudier dans les 5 premiers chapitres et les élèves qui souhaitent avoir un panorama grammatical presque complet sont invités à prendre les 7 chapitres. Il est toujours possible de terminer le fascicule après les vacances d’été et d’envoyer les devoirs durant l’année, le Cours saint Expedit étant ouvert toute l’année.

 

L’anglais est-il traduit ?

 

Tout est intégralement traduit, y compris les textes et les rédactions traduits ligne par ligne ! Le Cours saint Expedit est contre la pédagogie de la "devinette". Un index à la fin de la brochure récapitule le vocabulaire et sa traduction.

 

Est-il souhaitable de tout traduire ? L’enfant pourra-t-il penser en anglais ?

 

Contrairement à certaines méthodes, dans ce cours tout est traduit. Cela va aider l’enfant à comprendre le fonctionnement de l’anglais qui est une langue étrangère. Il comprendra son fonctionnement par analogie avec le français qui est sa langue maternelle. Avec le temps, la mémorisation des structures sera telle que le cerveau n’aura plus besoin de passer par la traduction et l’enfant se mettra à penser en anglais et donc à parler et à écrire anglais avec aisance. Traduire n’est donc pas contradictoire avec le fait de vouloir amener l’enfant à maîtriser mentalement une langue sans avoir recours à la transposition dans sa langue maternelle. Traduire est simplement une étape indispensable pour les commençants.

C’est le même problème que pour l’apprentissage de la lecture en classe de CP. Ce n’est pas parce qu’un adulte lit les mots de façon globale qu’il faut utiliser la méthode globale de lecture en CP : la méthode syllabique est nécessaire pour les commençants. De même, ce n’est pas parce qu’un adulte bilingue pense en anglais et ne traduit pas qu’il faut interdire la traduction dans l’enseignement secondaire : la traduction est nécessaire pour les commençants.

Enfin, rappelons qu’il n’y a pas de honte à traduire puisque le métier de traducteur-interprète est le débouché par excellence des études de langues.

 

Comment est travaillée la prononciation ?

 

Les textes et les rédactions sont enregistrés sur CD par un anglophone du Royaume-Uni.

 

Comment le cours prépare-t-il à la rédaction en anglais ?

 

En 4e, c’est le début de la rédaction en anglais, véritable calvaire pour beaucoup de collégiens et de lycéens. Comment faire pour écrire en anglais sans fautes ? Ce cours va y préparer : on propose dans ce cours des rédactions sur des sujets donnés habituellement par les professeurs. La rédaction est toute faite. Le but est de mémoriser le texte anglais (avec sa traduction sous les yeux) afin de progresser par imprégnation et ainsi de pouvoir écrire en anglais. Quand l’élève devra écrire un texte en classe, il pourra puiser dans sa mémoire des phrases ou des passages, voire des textes entiers. C’est ainsi qu’il progressera très vite adaptant ses tournures et son vocabulaire aux sujets. Cette méthode testée par le Cours Saint Expédit a donné des résultats extraordinaires. A l’inverse, les autres élèves qui ne se préparent pas à la rédaction produiront des textes truffés de fautes, barbouillés de rouge par le professeur. La correction est bien difficile pour l’élève qui ne progressera guère d’une rédaction à l’autre.

 

Comment les textes anglais ont-ils été choisis ?

 

Les textes anglais sont des sujets du Brevet des Collèges professionnel, technologique ou général, sujets qui sont tombés ces dernières années pour les candidats libres. Dans le cours Vers la 4e, ont été sélectionnés des sujets de brevet faciles. Par ailleurs, les sujets ont aussi été sélectionnés en fonction de l’esprit et des valeurs catholiques de notre cours.

 

Faut-il laisser travailler l’enfant seul ?

 

Pour que ce cours soit profitable, un adulte doit superviser le travail. En général, pour ce cours, l’adulte devra faire réciter le vocabulaire, les versions (traductions de l’anglais vers le français) et les thèmes (traduction du français vers l’anglais). Si l’enfant a des lacunes importantes ou s’il est paresseux et rêveur, l’adulte pourra rester en permanence à côté de l’enfant avec le fascicule des corrigés en main.

 

Les devoirs sont-ils difficiles ?

 

Tout ce qui est demandé dans les devoirs est auparavant étudié et traduit dans le chapitre ou les chapitres précédents. Les questions posées sont les mêmes que celles données dans les exercices auparavant. Si l’élève est sérieux et travailleur, il doit pouvoir obtenir 20 sur 20.

 

Les exercices sont-ils difficiles ?

 

Les exercices sont simples et privilégient l’acquisition d’automatismes des structures.

 

Partager cet article

6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 16:03

 

DEVOIRS DE VACANCES : PROGRAMME DÉTAILLÉ

du cours d’anglais vers la 5e

(révision de la 6e)

 

Le travail de votre enfant est divisé en  journées. Un chapitre dure 5 jours, à raison d’une séance par jour. Chaque journée de travail dure 30 minutes à 1 heure, cela dépend du niveau de votre enfant. Vous pouvez décider de ne faire durer un chapitre que deux jours et demi, si vous faites deux séances de travail, une le matin et une l’après-midi.

Vous avez le choix entre 5 ou 7 chapitres à étudier et donc 5 ou 7 devoirs à renvoyer à la correction. Les 5 premiers chapitres réactualisent beaucoup de connaissances mais seuls les 7 chapitres révisent entièrement tout le programme de 6e.

 


CHAPITRE 1

 

VOCABULAIRE : environ 90 mots de base sont appris en liste, avec leur traduction : environ 22 mots appris par jour sur 4 jours. Il faut apprendre leur orthographe. Le 5e jour est le jour du devoir où ces mots seront demandés sous des formes d’exercices variés. Un CD audio permet de répéter les mots après un anglophone.

 

CONJUGAISON : verbes être et avoir au présent. Have got. Le présent progressif (ou continu): conjugaison et emploi à la forme affirmative. Le présent simple : conjugaison et emploi à la forme affirmative.

 

GRAMMAIRE : Quelques questions avec « what »,  « how ». Schéma de l’interrogation avec être et avoir.  Le pluriel des noms. L’adjectif qualificatif : place et accord (règles de base).Place de l’adverbe de temps. Les adjectifs démonstratifs singuliers et pluriels.

 

VERSION : Chaque jour 10 phrases simples d’anglais doivent être lues à voix haute. L’enfant répète les phrases après le CD audio. La traduction est donnée dans une brochure à part, envoyée en même temps que le cours. Ces phrases n’utilisent que des mots ou notions de grammaire vus le jour même ou les jours précédents. L'enfant est donc en terrain de connaissance et cela lui paraît facile. Le 5e jour de la semaine, le devoir à renvoyer comportera une version récapitulative de 10 petites phrases, qu'il faudra cette fois-ci traduire par écrit. La version sert à comprendre un texte en anglais. Le CD sert à comprendre un anglais qui nous parle.

 

THEME : chaque jour, 10 phrases simples françaises sont à traduire en anglais par écrit, afin de maîtriser l'orthographe anglaise. L'enfant vérifie ensuite dans son fascicule de corrigés qu'il a tout bien fait et bien compris. De même que pour la version, les phrases n’utilisent que des mots ou notions de grammaire vus le jour même ou les jours précédents. L'enfant n'a donc rien à inventer. S'il apprend systématiquement ses petites leçons tous les jours, il aura 20 au devoir et comme on aime bien tout ce qu'on réussit, il commencera à aimer l'anglais. Le 5ème jour de la semaine, le devoir à renvoyer comporte un thème récapitulatif de quelques phrases faciles. Le thème est un excellent moyen pour apprendre à parler anglais car pour savoir dire quelque chose dans une langue étrangère, on pense d'abord en français dans sa tête. Plus on écrit facilement une phrase en anglais, plus on peut la dire rapidement. Le plus important est d'être capable de faire rapidement cette gymnastique intellectuelle du français vers l'anglais.

 

 


CHAPITRE 2

 

VOCABULAIRE : environ 90 mots de base : apprendre à dire l’heure. Les nombres. La date : les nombres ordinaux. Les mois et les jours de la semaine. Les prépositions de lieu.

 

CONJUGAISON : Le présent progressif : conjugaison et emploi à la forme interrogative et négative. Le présent simple : conjugaison et emploi à la forme interrogative et négative : do, does, don’t, doesn’t.

 

GRAMMAIRE :  Autres mots interrogatifs : where, how much, why, who. « Do » auxiliaire et « do » verbe faire. Schéma de l’interrogation et de la négation au présent simple et présent progressif.                            

 

VERSION et THEME :  comme au chapitre 1.

 

 


CHAPITRE 3

 

VOCABULAIRE : environ 90 mots de base : le temps qu’il fait, les métiers, la nourriture, l’école. Les saisons.

 

CONJUGAISON : le futur avec « will »(nous nous situons volontairement en avance par rapport au nouveau programme officiel qui a retiré cette notion du programme de 6ème  car ce futur est un temps facile et est abordé en 6ème encore actuellement par des établissements hors contrat dont nous avons certains élèves. Pour ceux pour lesquels ces notions sont nouvelles, qu’ils n’hésitent pas à anticiper sur la 5ème et à étudier quelques mois en avance le futur. Cela leur permettra de bien démarrer l’année scolaire prochaine avec une légère avance et donc un avantage). Be going to.

 

GRAMMAIRE :  Comparatif et superlatif de tous les adjectifs. There is, there are. Adjectifs possessifs.

 

VERSION et THEME :  comme au chapitre 1.

 

 


CHAPITRE 4

 

VOCABULAIRE : environ 90 mots de base : activités, fêtes, expressions de la conversation courante.

 

CONJUGAISON : Les auxiliaires modaux « can » et « must » et leur équivalent. L’impératif à la 2ème personne.

 

GRAMMAIRE : Les phrases interro-négatives. Whose. Le cas possessif.

 

VERSION et THEME : comme au chapitre 1.

 

 


CHAPITRE 5

 

VOCABULAIRE : environ 90 mots de base : la nature, les animaux, la ville, les transports.

 

CONJUGAISON : les question-tags (n’est-ce-pas ?) et les réponses courtes (yes, it is. No, they won’t etc…)  

 

GRAMMAIRE : Les pronoms compléments. Some, any, no. Many, much, a lot of, plenty of, all.

 

VERSION et THEME : comme au chapitre 1.

 

 


CHAPITRE 6

 

VOCABULAIRE : 90 mots de base : la maison, la nourriture (2ème partie)

 

CONJUGAISON : Le prétérit simple (passé) à toutes les formes : interrogative (did, was), négative et affirmative avec tous les verbes réguliers.

 

GRAMMAIRE : Le discours indirect.

 

VERSION et THEME : comme au chapitre 1.

 

 

 

CHAPITRE 7

 

VOCABULAIRE :  environ 90 mots de base : l’homme et la femme. Les sentiments. Les opinions. Les vêtements. Un enfant sortant de 6ème est sensé connaître  environ 600 mots au sortir de cette classe. L’enfant ayant appris les 7 chapitres par cœur maîtrisera environ 630 mots. 

 

CONJUGAISON :  Prétérit des 40 verbes irréguliers déjà vus dans le cours. Le prétérit progressif : I was doing. (Cette étude est une anticipation sur la 5ème pour les élèves suivant le programme officiel. Même remarque qu’au chapitre 3 pour le futur : un peu d’avance en une matière simple est bienvenue avant d’aborder la 5ème qui est réputée une classe « difficile » pour l’anglais et les maths).

GRAMMAIRE :  Place des mots dans la phrase. « The » ou rien devant un nom. L’emploi du prétérit et du prétérit progressif dans une même phrase.

 

VERSION et THEME :  comme au chapitre 1.

 

   


L’enfant maîtrisant parfaitement les 7 chapitres de ce cours a un très bon niveau de fin de 6ème et se classe dans les premiers au début de la 5ème. Ceci est possible en 35 heures environ.

(5h = 1 chapitre)

 

© Cours saint Expédit

35, rue des cordiers

34 660 Cournonsec

04 67 85 49 52 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 16:25


 DEVOIRS DE VACANCES : PROGRAMME de VERS LA Tale ES : MATHS
et enseignement de spécialité de Tale L

   

Les 6 premiers chapitres préparent au programme de terminale ES, enseignement obligatoire (et à l'enseignement au choix de spécialité de Tale L).

Le 7ème chapitre est consacré aux maths ES, option enseignement de spécialité. Vous avez le choix entre 3 formules : 5 ou 6 ou 7 chapitres.

 

 

Les points clés du programme de première ES sont passés en revue à travers l'étude d'exemples détaillés accompagnés de rappels de cours.

 

Chaque chapitre est divisé en quatre journées, auxquelles s'ajoute un devoir final. L'ensemble du cours est conçu de façon à ce que l'élève puisse consacrer à chaque chapitre environ cinq jours de travail, à raison de deux heures par jour en moyenne.

Pour chaque paragraphe du cours, il est proposé un ou plusieurs exercices. Ces exercices sont de niveau de difficulté variable, mais nous avons privilégié les exercices d'entraînement visant à favoriser l'acquisition des réflexes de base et d'une certaine aisance, notamment en calcul.

 

          Vous recevez deux fascicules :

- le 1er contient le cours, les exercices et les devoirs. Les exercices s'intercalent dans le cours pour maîtriser immédiatement les notions. Le cours est synthétique mais clair. Il va droit au but et aide efficacement à la compréhension. Les exemples sont nombreux.

- le 2ème fascicule contient les corrigées des exercices. Tous les calculs sont détaillés pas à pas. Ce 2ème fascicule est donc très important et l'élève pourra s'y reporter régulièrement.

 

 

 

Chapitre 1 : le second degré

 

Equations du second degré

- Les cas où il est inutile de calculer le discriminant

- Les formules générales

- Factorisation du trinôme du second degré

 

Inéquations du second degré, fonctions du second degré

- Le signe du trinôme

- Résolution d'inéquations du second degré

- Fonctions du second degré : ce qu'il faut savoir

 

Systèmes d’équations linéaires

 

Inéquations linéaires à deux inconnues, programmation linéaire

 

 

Chapitre 2 : études de fonctions (1) : dérivées

 

Préliminaires : image, antécédent, coefficient directeur

- Fonctions : comment déterminer une image ?

- Fonctions : comment déterminer un ou des antécédents ?

- Fonctions : comment trouver un ensemble de définition ?

- Que représente le coefficient directeur d'une droite ?

 

Dérivabilité

- Etude détaillée d'un exemple : la vitesse instantanée d'une voiture

- Conclusion : qu'est-ce-qu'un nombre dérivé ?

 

Les dérivées à connaître

- Dérivées des fonctions usuelles

- Formules de dérivation

- Dérivée d'une composée

 

Applications usuelles des dérivées

- Equation de la tangente

- Dérivée et variations

- Dérivée et extrema locaux

 

 

 

Chapitre 3 : études de fonctions (2) : limites, asymptotes, tableau de variation

 

Limites

- Les limites les plus évidentes

- La division par une expression qui tend vers l'infini

- La division par une expression qui tend vers 0.

- Limites à gauche et à droite.

- Les formes indéterminées

 

Asymptotes

- Interprétation graphique de certaines limites

- Asymptotes horizontales et verticales

- Asymptotes obliques

- Position de la courbe par rapport à l'asymptote

 

Etude complète d'une fonction rationnelle

- Les huit étapes indispensables

 

Etude complète d'autres fonctions

- Exemple avec une fonction irrationnelle

 

 

 

Chapitre 4 : probabilités et statistiques

 

Le vocabulaire des probabilités

Les formules à connaître

Paramètres d’une série statistique

Série statistiques à deux variables

 

 

 

Chapitre 5 : suites

 

La notion de suite

- Exemples d'introduction

- Notations et vocabulaire

- Définition d'une suite par son terme général

- Définition d'une suite par son premier terme et une relation de récurrence

 

Variations d’une suite

- Suite croissante, suite décroissante, suite monotone

           - Suites arithmétiques et géométriques

           - Quelques exercices types sur les suites

 

 

 

Chapitre 6 : problèmes économiques et sociaux

 

Pourcentages et coefficient multiplicateurs

Problèmes types bac sur les pourcentages

Coût total, coût marginal, coût moyen, coûts fixes

Optimisation du bénéfice

 

 

Le chapitre 7 est utile pour l’enseignement de spécialité ES

 

 

Chapitre 7 : Calcul matriciel

Définition d’une matrice, dimension, opérations

Application des matrices

   

 

 

  

Pour commander ce cours, reportez-vous  sur la gauche de votre écran, à la rubrique : Comment s'inscrire ? Les tarifs

Si vous vous posez certaines questions, merci de vous reporter sur la gauche de votre écran aux rubriques  Réponses à vos questions et Méthode Saint Expédit

 

 


© Cours saint Expédit

35, rue des cordiers

34 660 Cournonsec

04 67 85 49 52 

 

 

 

 

 

Partager cet article

28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 10:47

Devoirs de vacances : Programme détaillé du cours d’anglais vers la 6ème


Pourquoi ce cours ?


Pour deux raisons importantes :


1 - L'Education Nationale considère qu'en fin de primaire, l'enfant doit
avoir un bagage d'anglais suffisant pour "comprendre des expressions très courantes au sujet de soi-même, de sa famille et de l'environnement concret et immédiat."


2 - La deuxième raison découle de la première : puisque que l'enfant est
censé avoir dès la rentrée en 6ème un excellent niveau, le programme avance très vite dès les premières semaines et l'enfant insuffisamment préparé est souvent très vite noyé, à moins d'un travail intense et très suivi dès les premiers jours.

Ce cours assoit donc les bases du primaire, afin que l'enfant commence son entrée en 6ème avec de bonnes notes. Il est  plus détendu et débute ainsi son année d'anglais sans difficultés. Mieux vaut prévenir que guérir.


Le travail de votre enfant est divisé en journées. Un chapitre dure 5
jours, à raison d’une séance par jour. Chaque journée dure environ 20 à 45 minutes, suivant le niveau de l'enfant. Vous pouvez décider de ne faire durer un chapitre que deux jours et demi, si vous faites deux séances de travail, une le matin et une l’après midi. A la fin de chaque chapitre l'enfant envoie son devoir à la correction.


A chaque chapitre, l'enfant apprend 50 nouveaux mots en moyenne
(théoriquement déjà vus en primaire), si bien qu'à la fin des 5 chapitres, l'enfant connaîtra 250 mots. C'est à peu près le nombre de mots que l'Education Nationale souhaite que l'enfant maîtrise à la fin du primaire.

Conformément à l'esprit de l'éducation nationale, non seulement l'enfant s'entraînera à comprendre des phrases courtes en anglais (version), mais aussi il devra savoir en faire ! (thème). Cela lui permettra de commencer son année de 6ème en ayant de bonnes notes facilement.


Un CD audio correspondant à son petit texte anglais de chaque jour lui
familiarisera l'oreille à l'intonation anglaise.

Il aimera découvrir à chaque page une jolie illustration dont certaines sont en couleurs.


Ce cours a été le plus possible calqué sur le niveau et les thèmes
abordés lors des évaluations  officielles d'entrée en 6ème qui ont eu lieu jusqu'en 2008. Ces évaluations, actuellement supprimées, étaient d'un excellent niveau.


Un index alphabétique anglais-français de tous les mots du cours permet
de récapituler tout le vocabulaire étudié. L'index sera donc de 250 mots pour les 5 chapitres. Il n'y a pas d'option 7 chapitres proposée pour ce cours.


CHAPITRE 1


VOCABULAIRE : environ 50 mots de base sont appris en liste, avec leur
traduction : 10 mots appris par jour environ. Il faut apprendre leur orthographe. Le 5ème jour est le jour du devoir où ces mots seront demandés en version ou en thème. Apprentissage des prépositions de lieu.

CONJUGAISON : apprentissage du verbe être.


GRAMMAIRE
: Poser les premières questions avec What et How. Place de l'adjectif.


VERSION
: chaque jour 10 phrases simples de version (ex : This is a boy) doivent être lues à voix haute. L'enfant répète après le CD audio fourni avec le cours. Ensuite il les traduit oralement. Un corrigé est donné dans une brochure à part, envoyée en même temps que le cours. Ces phrases n’utilisent que des mots ou notions de grammaire étudiés le jour même ou les jours précédents. L'enfant est donc en terrain de connaissance et cela lui paraît facile. Le 5ème jour de la semaine, le devoir à renvoyer comportera une version récapitulative de 10 petites phrases, qu'il faudra cette fois-ci traduire par écrit.


THEME : chaque jour, 10 phrases très courtes et simples de thème sont à traduire en anglais par écrit, afin de maîtriser l'orthographe. L'enfant vérifie ensuite dans son fascicule de corrigés qu'il a tout bien fait et bien compris. De même que pour la version, les phrases n’utilisent que des mots ou notions de grammaire étudiés le jourmême ou les jours précédents. L'enfant n'a donc rien à inventer. S'il apprend systématiquement ces petites leçons tous les jours, il aura 20 au devoir et comme on aime bien tout ce qu'on réussit, il commencera à apprécier l'anglais. Le 5ème jour de la semaine, le devoir à renvoyer comportera un thème récapitulatif de quelques phrases faciles. Le thème est un excellent moyen pour apprendre à parler anglais car pour savoir dire quelque chose dans une langue étrangère, on pense d'abord en français
dans sa tête. Plus on écrit facilement une phrase en anglais, plus on peut la dire rapidement. Certes, il faut également connaître la prononciation du mot, mais le CD est là pour cela. Le plus important est d'être capable de faire rapidement cette gymnastique intellectuelle du français vers l'anglais.


CHAPITRE 2


VOCABULAIRE : 50 nouveaux mots. Mots servant à poser une question :
Where, how many, what colour, how, what. Mon, ma, ton, ta. Parties du corps.

CONJUGAISON : verbe avoir. To have got.

GRAMMAIRE : poser une question : ordre des mots. Adverbe de temps : place. L’adjectif invariable.

VERSION et THEME : chaque jour 10 phrases simples. Cf. chapitre 1 : même méthode.


CHAPITRE 3


VOCABULAIRE : 50 nouveaux mots. Apprendre à dire l'heure.
Apprendre à dire un prix. Parler des activités et les apprécier. La famille.

CIVILISATION : questions posées à l'évaluation d'entrée en 6ème

CONJUGAISON : verbe aimer : différence entre to like et to love. Verbe jouer Expressions avec to play. Conjuguer au présent simple.

GRAMMAIRE : verbes d'action très courants. Questionner au présent simple.

VERSION et THEME : même méthode et même quantité de travail qu'au chapitre 1 et 2, avec des mots différents.


CHAPITRE 4


VOCABULAIRE : les nombres. Le programme officiel demande qu'à
l'entrée en 6ème l'enfant sache compter jusqu'à 100. Présenter sa famille. Décrire un itinéraire. Se présenter et se décrire sommairement.

GRAMMAIRE : pluriel. Présent progressif (ou continu). Règles d'emploi du présent simple et du présent progressif (appelé aussi présent continu).

VERSION et THEME : même méthode et même quantité de travail qu'au chapitre 1 et 2, avec des mots différents.


CHAPITRE 5


VOCABULAIRE : savoir compléter une fiche de réservation d'hôtel. Dire
le temps qu'il fait. Se saluer. Savoir comprendre une histoire simple et pouvoir répondre à des questions simples posées dessus. Les mois, les jours de la semaine.

CONJUGAISON : formuler un souhait à l'aide du conditionnel présent : I would like.

VERSION : comprendre un texte racontant une histoire récapitulant tous les mots et les notions de conjugaison et de grammaire étudiés dans ce cours. Répondre ensuite par écrit à des questions simples sur ce texte.

THEME : comme aux précédents chapitres.


A LA FIN DE CE CHAPITRE, L'ENFANT AURA ATTEINT LE NIVEAU
A1 REQUIS PAR LE PROGRAMME OFFICIEL POUR ENTRER EN 6ème.

N. B : Le présent simple (appelé aussi F1 0 par certains) et le présent
progressif (appelé aussi présent continu ou F1 Being) ne sont pas exigés explicitement par l'Education Nationale mais nous avons jugé indispensable de les enseigner dès maintenant à l'enfant, étant donné le niveau de compréhension et d'expression orale et écrite qui lui est demandé à l'évaluation d'entrée en 6ème. Ne pas lui apprendre ces temps de façon structurée l'acculerait à devoir de toutes façons les employer au hasard et serait le départ de lacunes de grammaire. De plus, cela le soulagera grandement pour la rentrée scolaire prochaine. Nous avons gardé l'appellation traditionnelle de ces temps pour plus de simplicité dans l'apprentissage. Votre enfant rétablira facilement si besoin l'année prochaine. Certains professeurs ont encore d'autres appellations.

Pour commander ce cours, reportez-vous  sur la gauche de votre écran, à la rubrique : Comment s'inscrire ? Les tarifs

Si vous vous posez certaines questions, merci de vous reporter sur la gauche de votre écran aux rubriques  Réponses à vos questions et Méthode Saint Expédit

 

 

© Cours saint Expédit

35, rue des cordiers

34 660 Cournonsec

04 67 85 49 52 

 

 

 

Partager cet article